Skip to main content

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Karl Malden

Annonce de la mort de Karl Malden le 1 juillet dernier à l’âge de 97 ans. Cet acteur était beaucoup plus subtil que le cliché que l’on peut avoir en France sur les comédiens forgés à l’Actor Studio. Il faut lire l’excellent portrait que faisait de lui encore vivant Jean-Louis Sauger dans “Retour à Yuma” : Un physique, un nez imposant, fracturé à deux reprises pour cause de basket-ball – Tavernier et Coursodon le décrivait comme “bourgeonnant qui semble croître de film en film”. Ce fils de charpentier, né à Chicago, commence par des petits métiers comme laitier ou et maçon. Pendant trois ans, il étudie à la “Goodman Theatre Dramatic School”. Il fait la rencontre déterminante, avant guerre, d’Elia Kazan sur la pièce de Clifford Odets, “Golden Boy”. Il débute au cinéma par une série impressionnante de grands films. On le retrouve ainsi en austère et nouveau chef de la police de Dana Andrews dans “Mark Dyxon détective”. De son rôle d’inspecteur dans “La loi du silence”, Donald Spoto parlera de lui « qui a élevé la « sériosité » au rang d’archétype dans ses interprétations (1) Il restera fidèle à Kazan qui insistera pour qu’il reprenne son rôle créé au théâtre dans “Un tramway nommé désir”, au cinéma en soupirant timide et lâche de Vivien Leigh, pour lequel il reçoit l’oscar du meilleur second rôle en 1952. Face à Brando, il sera un aumônier compatissant dans “Sur les quais”, il n’est que nommé cette fois toujours pour l’oscar du meilleur second rôle en 1955. Kazan lui confiant le rôle du  mari jaloux et pyromane de Baby Doll, évoque son personne qui “éprouve à la fois du ressentiment et de l’amour pour Carroll Baker” (2). Il retrouve Brando, comme partenaire mais aussi comme réalisateur dans l’atypique, narcissique et sadomasochiste « La vengeance aux deux visages ». Il est un ancien pilleur de banque devenu shérif qui retrouve le personnage de Brando qui vient se venger. Il trouve l’un de ses meilleurs rôles en 1962 dans “Le prisonnier d’Alcatraz”, en sévère geôlier de Burt Lancaster, condamné pour meurtre, qui se découvrira un don pour l’ornithologie en recueillant un oiseau blessé. Le directeur de la prison finira par lier une certaine amitié avec les années. Comme beaucoup d’acteurs américains, il fera un petit tour en Europe à l’aube des années 70, notamment avec son rôle d’aveugle témoin d’un meurtre dans « Le chat à neuf queues ». Il est excellent en propriétaire d’un ranch autoritaire, qui ne supporte pas que deux de ses employés – William Holden et Ryan O’Neal – lui échappent dans le très bon « Deux hommes dans l’Ouest » (Blake Edwards, 1971). On le revit une dernière fois au cinéma dans “Cinglée” (1987), où il était le beau-père “respectable” de Barbara Streisand, avant qu’il ne se consacre à la télévision. Il avait réalisé un film “La chute des héros” (1), en 1957 avec Richard Widmark et Richard Basehart, Le film ne connut pas un bon accueil critique, à l’instar de Guy Allombert pour “La saison cinématographique 1959” : “Réalisé par Karl Malden, dans l’optique et les méthodes d’interprétation de l’Actor Studio, ce film de la série anti-rouge se ressent beaucoup de son origine théâtrale. On y parle beaucoup pour essayer d’intéresser le spectateur au « cas de conscience » qui est posé. Pourquoi trahit-on ? La décevante réponse donnée à cette question provoque le sourire. Est-ce à dire que l’ouvrage soit farouchement anti-communiste ? Non mais, seulement la qualité artistique, le talent reconnu pourraient sauver ce film ; au mieux, lui donner un intérêt…”. C’est un film sans doute à redécouvrir – voir Retour à Yuma également -. Il réalisa aussi quelques séquences de “La colline des potences”. Il connu une popularité internationale avec les 120 épisodes de “Les rues de San Francisco” de 1972 à 1977 avec Michael Douglas. Avec ce comédien “Bigger than life” disparaît une certaine mythologie d’un certain âge d’or du cinéma américain.

 

(1) L’art d’Alfred Hitchcock (Éditions Edilig, 1986). (1) (2) Kazan par Kazan entretiens avec Michel Ciment (1973-2009).

 

 

 

Filmographie : 1940  They knew what they wanted (Drôle de mariage) (Garson Kanin) – 1944  Winged victory (George Cukor) – 1946  13 rue Madeleine (Treize, rue Madeleine) (Henry Hathaway) – Boomerang ! (Boomerang) (Elia Kazan) – 1947  Kiss of death (Le carrefour de la mort) (Henry Hathaway) – 1950  Where the sidewalk ends (Mark Dixon detective) (Otto Preminger) – The gunfighter (La cible humaine) (Louis King) – Halls of Montezuma (Okinawa) (Lewis Milestone) – 1951  A A streetcar name Desire (Un tramway nommé Désir) (Elia Kazan) – The sellout (La carte forcée) (Gerald Mayer) – 1952  Diplomatic courier (Courrier diplomatique) (Lewis Seiler) – I confess (La loi du silence) (Alfred Hitchcock) – Operation secret (Lewis Seiler) – Ruby Gentry (La furie du désir) (King Vidor) – 1953  Take the high ground ! (Sergent la Terreur) (Richard Brooks) – 1954  Phantom of Rue Morgue (Le fantôme de la rue Morgue) (Roy Del Ruth) – On the waterfront (Sur les quais) (Elia Kazan) – 1956  Baby Doll (Baby Doll / La poupée de chair) (Elia Kazan) – Fear strikes out (Prisonniers de la peur) (Robert Mulligan) – 1957  Bombers B-52 (Bombardiers B 52) (Gordon Douglas) – 1958  The hanging tree (La colline des potences) (Delmer Daves, + realisation non créditée de scènes) – 1959  Pollyanna (Id) (David Swift) – 1960  The great impostor (Le roi des imposteurs) (Robert Mulligan) – One-eyed Jacks (La vengeance aux deux visages) (Marlon Brando) – Parrish (La soif de la jeunesse) (Delmer Daves) – 1962  All fall dawn (L’ange de la violence) (John Frankenheimer) – Gypsy (Gypsy, Vénus de Broadway) (Mervyn LeRoy, + lyrics) – Come fly with me (Les filles de l’air) (Henry Levin) – Birdman of Alcatraz (Le prisonnier d’Alcatraz) (John Frankenheimer) – How the West was won (La conquête de l’Ouest) [Sketch : “The rivers”] (Henry Hathaway) – 1963  Dead ringer (La mort frappe trois fois) (Paul Henreid) – 1964  Cheyenne Autumn (Les Cheyennes) (John Ford) – The Cincinatti Kid (Le Kid de Cincinnati) (Norman Jewison) – 166  Nevada Smith (Id) (Henry Hathaway) – Hotel (Hôtel Saint-Gregory) (Richard Quine) – Murdere’s row (Bien joué Matt Helm) (Henry Levin) – The adventyre of Bullwhip Griffin (L’honorable Griffin) (James Neilson) – 1967  Billion dollar brain (Un cerveau d’un milliard de dollars) (Ken Russel) – 1968  Hot millions (Chaud les millions) (Eric Till) – Blue (El Gringo) (Silvio Narizzano) – 1969  Patton (Id) (Franklin J. Schaffner) – 1970  Il gatto a nove code (Le chat à neuf queues) (Dario Argento) – 1971  Wild rovers (Deux homes dans l’Ouest) (Blake Edwards) – Un verano para matar (Meutres au soleil) (Antonio Isasi Isasmendi) – 1978  Beyond the Poseidon adventure (Le dernier secret du Poséidon) (Irwing Allen) – 1979  Meteor (Météor) (Ronald Neame) – 1982  Twillight time (Goran Paskaljevic) – 1983  The sting II (Vidéo : L’arnaque II) (Jeremy Paul Kagan) – 1986  Billy Galvin (John Gray) – 1987  Nuts (Cinglée) (Martin Ritt) – 2003  Broadway : The golden age, by the legends who were there (Rick McKay, documentaire) – 2006  Who is Norman Lloyd (Matthew Sussman, documentaire). Comme réalisateur : 1956  Time limit (La chute des héros). Télévision (notamment) : 1949  Little woman (Marc Davis) – 1972/1977  The streets of San Francisco (Les rues de San Francisco) (120 épisodes) – 1977  Captains courageous (Capitaines courageux) (Harvey Hart) – 1980  Skag (6 épisodes) – 1981  World of honor (Parole d’honneur) (Mel Damski) – Miracle on ice (Steven Hilliard Stern) – 1984  With intent to kill (Trou de mémoire) (Mike Robe) – Fatal vision (David Greene) – 1986  Alice in Wonderland (Harry Harris) – 1988  My father, my son (La mort à retardement) (Jeff Bleckner) – 1989  The hijacking of the Achille Moro (Robert E. Collins) – 1990  Call me Anna (Gilbert Cates) – 1991  Absolute strangers (Gilbert Cates) – 1992  Back to the streets of San Francisco (Mel Damski) – 1993  They’ve taken our children (Vern Gillum) – 2000  The west wing (À la maison blanche) : Take this Sabbath Day (Thomas Schlamme) – 2007  Brando (Mimi Freedman & Leslie Greif, documentaire).

Fragments d’un dictionnaire amoureux : David Carradine

Annonce de la mort de David Carradine, le 3 juin dernier à Bangkok en Thaïlande. Il était un membre émérite du clan des Carradine, son père John Carradine étant l’un des plus grands second rôle du cinéma américain. Il était le frère ainé de Keith et Robert Carradine et demi-frère de Michael Bowen, sa fille Kansas et ses nièces Ever Carradine et Martha Pimpton sont également comédiennes. Il débute au cinéma comme second couteau souvent dans des westerns, tel l’original “Le clan des Mac Masters” (1970) où il campe un chef indien qui a appris l’anglais chez les missionnaires, mais qui reste critique et méfiant vis à vis des oppresseurs. Il est choisi pour la série “Shane” en 1966, puis il se lance dans le cinéma indépendant. Il excelle alors avec sa compagne du moment dans “Bertha Boxar”, de Martin Scorese, débutant dans le rôle d’un syndicaliste marginal devenant hors-la-loi, lors de la grande dépression économique des années 30, aux Etats-Unis. Il est préféré à Bruce Lee, pour la série “Kung Fu” aux côtés de Key Luke, série qu’il reprendra dans les années 90. Il participe au cinéma au “Kulte” “La course à la mort de l’an 2000”, une production de Roger Corman, filmé par l’atypique Paul Bartel avec pour partenaire l’ineffable Sylvester Stallone. En coureur automobile du futur répondant au doux nom de Frankenstein, il s’illustre dans ce film qui mine de rien est une excellente critique des Etats-Unis. Ce musicien émérite trouvera sans doute son meilleur rôle dans “En route vers la gloire”, où il retrouvera l’Amérique des années 30, dans l’évocation de Woodie Guthrie, un chanteur de folk nomade et méconnu chez nous. Il donna d’ailleurs plusieurs concerts interprétant ses propres chansons. Il tourne dans un production de Dino de Laurentis, dans un film inhabituel d’Ingmar Bergman, qui exilé fiscal accepte de réaliser une superproduction. Il y joue un ancien trapéziste confronté à plusieurs morts mystérieuses lors de la montée du nazisme. Curiosité, en 1979 il incarne Cole Younger avec ses propres frères Keith et Robert dans le rôle de Jim et Bob Younger, face aux frères Keach qui jouent Jesse et Frank James dans “Le gang des frères James” de Walter Hill. Il s’essaie à la réalisation, notamment avec “Américana”, évocation du retour d’un vétéran du Vietnam, film qui fut présenté à Cannes en 1981 à “La quinzaine des réalisateur”.Sous la dépendance de la drogue et de l’alcool, il semble alors perdre toute ambition, pour tourner un nombre considérable de séries B, voire Z. Ces films ne connaîtront pour la plupart qu’une diffusion vidéo puis DVD en France. On pourra se faire une idée en lisant  avec intérêt son portrait dans l’excellent livre de Laurent Aknin “Cinéma bis – 20 ans de cinéma de quartier” et l’hommage de Nanarland. Il tournera même avec trois réalisateurs français, Jean Yanne, le temps d’une apparition – il apprend le Kung-Fu à Mimi Coutelier – dans “Je te tiens, tu me tiens par la barbichette” (1978), Serge Korber, dans un téléfilm diffusé sur Canal+ “L’aigle et le cheval” (1993), où il campe un éleveur américain qui initie un enfant à la vocation de jockey, et Jean-Marie Pallardy qui réalise un remake de son propre film “La donneuse”, “Femmes ou maîtresses” en 2000, inédit en salles en France mais diffusé en vidéo. Quentin Tarantino le remettra en scène dans le rôle du cruel Bill, dans “Kill Bill” en l’utilisant avec une certaine perversité car le comédien est carrément hors champs dans le premier volet ! La seconde partie lui donne l’occasion de défendre son personnage, et avec brio, il tire son épingle du jeu avec un dialogue typiquement tarantinien. Curieusement il reprend ses rôles habituels dans le tout venant des films de séries américains ou philippins, jusqu’à sa mort largement commentée dans un hôtel à Bangkok. Bibliographie : “Quinlan’s films stars” par David Quinland (B.T. Batsford limited London, 2000) ; “Cinéma bis – 50 ans de cinéma de quartier” par Laurent Aknin (Nouveau monde éditions, 2007).

 

 

 Dans “En route pour la gloire”

Filmographie : 1964  Taggart (Cinq mille dollars mort ou vif) (R.G. Springsteen) – Bus Riley’s back in town (Fièvre sur la ville) (Harvey Hart) –  1965 Too many thieves (Abner Biberman) – 1966  The violent ones (Fernando Lamas) – 1968  Young Billy Young (La vengeance du shérif) (Burt Kennedy) – 1969  Heaven with a gun (Au paradis à coups de revolver) (Lee H. Katzin) – The good guys and the bad guys (Un homme fait la loi) (Burt Kennedy) – 1970  The MacMasters (Le clan de McMasters) (Alf Kjellin) – Macho Callahan (Id) (Bernard L. Kowalski) – 1971  Bertha Boxcar (Id) (Martin Scorsese) – 1973  Mean Streets (Id) (Martin Scorsese) – The long goodbye (Le privé) (Robert Altman) – 1974  You and me / Around (+ realisation, musique et montage) – 1975  Death race 2000  (La course à la mort de l’an 2000 / Les seigneurs de la route) (Paul Bartel) – 1976  Cannonball (Id) (Paul Bartel) – Bound for glory (En route pour la gloire) (Hal Ashby) – Das schlangenei / The serpent’s egg (L’oeuf du serpent) (Ingmar Bergman) – A look at Liv (Richard Kaplan, documentaire) – 1977  Gray Lady Down (Sauvez le Neptune) (David Greene) – Thunger and lightning (Un cocktail explosif) (Corey Allen) – Deathsport (Les gladiateurs de l’an 3000) (Nicholas Niciphor & Allan Arkush) – 1978  The silent flute (Le cercle de fer) (Richard Moore) – Fast Charlie… the moonbeam rider (Steve Carver) – Roger Corman : Hollywood’s wild angel (Charles Blackwood, documentaire) – Je te tiens, tu me tiens par la barbichette (Jean Yanne, cameo) – 1979  Carradines together (Paul Hunt, documentaire, + musique) – Cloud dancer (Barry Brown, + musique) – The long riders (Le gang des frères James) (Walter Hill) – 1980  Americana (+ réalisation, scénario et musique) – 1981  Safari 3000 (Harry Hurwitz) – Trick or treats (Gary Graver) – The best of sex and violence (Ken Dixon, documentaire) – 1982  Q / Q : The winged serpent (Épouvante sur New York) (Larry Cohen) – 1983  Lone wolf McQuade (Œil pour œil) (Steve Carver) – 1984 The warrior and the sorceress / Kain of dark planet (Vidéo : Kaine le mercenaire) (John C. Broderick) – Río Abajo / On the line (José Luis Borau, + chanson) – 1985  Behind enemy lines / P.O.W. the escape (Dans les bras de l’enfer) (Gideon Amir) – 1986  Armed response / Jade jungle (Armé pour réponse) (Fred Olen Ray) – The misfit brigade / Wheels of terror (Vidéo : Les Panzers de la mort) (Gordon Hessler) –  1987  Run for your live (Vidéo : Marathon) (Terence Young) – Open fire (Roger Mende) – Fatal secret (Mats Helge & Anders Nilsson) – 1988  Animal protector (Mats Helge) – Crime zone (Luis Llosa, + production) – Nowhere to run (Vidéo : Témoins en sursis) (Carl Franklin) – Try this one for size (Sauf votre respect) (Guy Hamilton) – Warlords (Fred Olen Ray) – 1989  Tropical snow (Vidéo : Opération coke) (Ciro Durán) – To mad bunch (Mats Helge & Arne Mattsson) – Crime of crimes / Corredores de drogas / Crimen (Vidéo : Le crime des crimes) (Alfredo Zacarias) – Wizards of the lost kingdom II (Vidéo : Les magiciens du royaume perdu 2) (Charles B. Griffith) –  Las huellas del lince (Antonio Gonzalo) – Sonny Boy (Robert Martin Carroll, + musique) – 1990  Night children / Children of the night (Norbert Maisel) – Midnight fear (William Crain) – Martial law (La loi des arts martiaux) (Steven Cohen) – Future force (David A. Pryor, + procuction) – Bird on a wire (Comme un oiseau sur la branche) (John Badham) – Futur force 2 (David A. Pryor) – Sundown : The vampire in retreat (Vidéo : Sundown) (Anthony Hickox) – Dune warriors (Cirio H. Santiago) – 1991  Project eliminator (H. Kaye Dyal, + musique, production) – Karate cop (Vidéo : Dragon cop) (Alan Roberts) – Field of fire (Cirio H. Santiago) – Capital punishment / Kickbox terminator (David Huey) – Waxwork II : Lost in time (Vidéo : Waxwork II : Perdus dans le temps) (Anthony Hickox) – Evil toons (Vidéo : Qui a peur du diable) (Fred Olen Ray) – 1992  Double trouble (Vidéo : À chacun sa foi) (John Paragon) – Night rhythms (Gregory Dark, vidéo) – Roadside prophets (Abbe Wool, + musique) – Animal instincts (Gregory Dark) – Distant justice (Toru Murakawa) – Il patto / Cercasi successo disperatamente (Nini Grassia) – 1993  Kill zone (Cirio H. Santiago) – Frontera Sur (Hugo Stiglitz) – Bitter end (Bill Henderson) – 1994  Dead center / Crazy Joe (Steve Carver) – 1996  Macon county jail (Titre TV : L’évasion) (Victoria Muspratt) – 1997 Full blast (Eric Mintz) –  The rage (Titre TV : Les enrages) (Sidney J. Furie) – Light speed (Roger Mende) – The new swiss Robinson (Les naufragés du Pacifique) (Stewart Raffill) – 1998  Sublet / Codename : Jaguar) (John Hamilton) – Children of the corn V : Field of the terror (Vidéo : Les enfants du maïs 5 : La secte des damnés) (Ethan Wiley, video) – Lovers and liars / Criminal desire (Mark Freed) – The effects of magic (Charlie Martinez & Chuck Martinez) – Zoo (Alexandra King) – 1999  Shepherd / Cybercity) (Peter Hayman) – The puzzle in the air (Gino Cabanas) – Kiss of a stranger (Vidéo : Dernier rendez-vous) (Sam Irvin) – Knocking on death’s door / Haunted house (Vidéo : Aux portes de l’enfer) (Mitch Marcus) – Natural selection / The monster hunter (Titre DVD : Tueur de démons) (Mark Lambert Bristol) – 2000  Down’n dirty (Vidéo : Le nettoyeur) (Fred Williamson) –  The donor (Vidéo : Femmes ou maîtresses) (Jean-Marie Pallardy) – Dangerous curves / Stray bullet II (Jeremiah Cullinane) – 2001  G.O.D. (Titre DVD : Livraison dangereuse) (Dean Rusu) – Wheatfield with crows (Brent Roske) – Naked movie (Sam Henry Cass) – Modern warriors (Peter Spirer, documentaire) –  2002  American reel (Mark Acher, + musique) – Kill Bill : Vol. 1 (Kill Bill : Volume 1) (Quentin Tarantino) – Kill Bill : Vol. 2 (Kill Bill : Vol 2) (Quentin Tarantino, + chansons) – 2003  Bala perdida (Pau Martínez) – Dead & breakfast (Titre DVD : Id) (Matthew Leutwyler) – A-list (Shira-Lee Shalit) – 2004  Last goodbye (Jacob Gentry) – Max Havoc : Curse of the dragon (Titre TV : Max Havoc, la malédiction du dragon) (Albert Puyn) – Brothers in arms (Titre DVD : Id) (Jean-Claude La Marre) – UnConventional (Daniel F. Doyle & Michael Furno, documentaire) – 2005  Miracle at Sage Creek (James Intveld) – The last sect (Jonathan Dueck) –  Ringers : Lords of the fans (Carlene Cordova, documentaire) – 2006  Final Move (Titre TV : Final move, échec et mat) (Joey Travolta) – Homo Erectus / National Lampoon’s the stoned age (Adam Rifkin) – Epic movie (Titre DVD : Big movie) (Jason Friedberg & Aaron Seltzer) – Camille (Gregory Mackenzie) – How to rob a bank (Andrew Jenkins) – Being Michael Madsen (Michael Mongillo) – Trough your eyes (Donny Hall, Cory Hudson & James Paul) – 2007  Blizhniy boy : The ultimate fighter (Erken Ialgashev) – Fall down dead (Jon Keeyes) – Treasure raiders (Brent Huff) – Permanent vacation (W. Scott Peake) – Fuego (Damian Chapa) – Big Stan (Rob Schneider) – The golden boys (Daniel Adams) – The trident (Anurag Mehta, CM) – Kandisha (Jérôme Cohen-Olivar) – Hell ride (Larry Bishop) – 2008  Richard III (Scott Anderson,  + production) – Last hour (Pascal Caubet) – My suicide (David Lee Miller) – Road of no return (DVD : Very bad deal) (Parviz Saghizadeh, + production) – Absolute evil (Ulli Lommel) – Break (Marc Clebanoff) – Life on the road with Mr. and Mrs. Brown (Sheila Lussier & Camille Solari, documentaire) – Tatoos : A scarred history (S.J. Evans, documentaire) – Detention (James D.R. Hickox) – Crank 2 (Crank : High voltage (Crank 2) (Mark Neveldine & Brian Taylor) – Autumn / Autumn – Fin du monde (Steven Rumbelow) – 2009  Bad cop (Damian Chapa, vidéo) – All hell broke loose (Christopher Forbes, vidéo) – The rain chronicles (Douglas Schulze) – Su Qi-Er (True legend) (Woo-ping Yuen) – Six days in paradise (John Vidor) –  Money to burn (Roger Mende) –  Night of the templar (Paul Sampson) – King of the B’s : The independent life of Roger Corman (Alex Stapleton, documentaire) – Stretch (Charles de Meaux).

 

 

Nota : Certaines filmographies le créditent à tort dans “House of Dracula daughter” (Gordon Hessler, 1973). Voxographie : 1998  An american tail : The treasure of Manhattan island (Fievel et le trésor perdu) (Larry Latham, animation, vidéo) – 2003  Hair high (Id) (Bill Plympton, animation) – 2008  Death race (Course à la mort) (Paul W.S. Anderson) – Réalisateur : 1974  You and me – 1980  Americana – 2000  Lizzie McGuire (TV) (réalisation de plusieurs épisodes). Télévision (notamment) : 1964  Alfred Hitchcock hour (Suspicion) : Ten minutes from now (Alf Kjellin) – 1965  Alfred Hitchcock hour (Suspicion) : Thou still unravished bride (David Friedkin) – 1966  Shane (16 épisodes) – 1967  Johnny Belinda (Paul Bogart) – 1971  Maybe I’ll come home in the spring (Joseph Sargent) – 1972/1975 Kung Fu (série TV, 46 épisodes) – 1979  Mr. Horn (Jack Starrett) – Gauguin the savage (Fielder Cook) – 1980  High noon, part II : The return of Will Kane (Terreur à Hadleyville) (Jerry Jameson) – 1983  Jealousy (Jalousies) (Jeffrey Bloom) – 1984 Hammer house of mystery and suspense : A distant scream / Vidéo : The dying truth (John Hough) – 1985  The bad seed (L’ange du mal) (Paul Wendkos) – North and south (Nord et Sud) (Richard T. Heffron) – 1986  Kung Fu : The movie (Richard Lang) – Oceans of fire (Steve Carver) – 1987  Six against the rock (Paul Wendkos) – 1988  I saw what you did (Fred Walton) – 1989  The cover girl and the cop (Un témoin de trop / Mannequin sous haute protection) (Neal Israel) – 1991  Deadly surveillance (Paul Ziller) – Brotherhood of the gun (Vern Gillum) – The gamblers returns : The luck of the draw (Dick Lowry) – 1992/1997  Kung Fu : The legend continues (Kung Fu, la légende continue) (Série TV, pilote + 83 épisodes) – 1993  L’aigle et le cheval (Serge Korber) – 1997  Last stand at Saber River (Dick Lowry) – Lost treasure of Dos Santos (Le trésor perdu des conquistadors) (Jorge Montesi) – 1998  Martian law (Anthony Hickox) – Nosferatu : The first vampire (Wayne Keeley) – 2000  Big dawn’s early light (Arthur Allan Seidelman) – Warden of the Red Rock (Stephen Gyllenhaal) – 2001 Largo Winch : The heir (David Wu) – The defectors (Jim Banks) – Out of the wilderness (Steeve Kroschel) – 2002  The outsider (Randa Haines) – 2008  Kung Fu killer (Philip Spink) – 2009  Mental : Book of judges (Guy Ferland).

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Philippe Nicaud

Annonce de la mort de Philippe Nicaud à l’âge de 82 ans, le 19 avril dernier. Il était veuf de la comédienne Christine Carrère, qu’il avait épousé en 1957, décédée le 13 décembre dernier. Le cinéma l’utilise dès les années 50, comme jeune premier bondissant et décontracté. Il faut le voir en médecin volage dans l’égrillard “Mademoiselle strip-tease”, décevant sa fiancée Agnès Laurent qui lui réplique «”…Tu es resté campagne, bien que noctambule, tu as gardé l’habitude de coucher avec des poules”. Au début des années 60, il trouve son personnage le plus célèbre avec celui de l’inspecteur Leclerc, une sorte d’anti-Maigret et d’anti-Bourrel, suite à une commande du producteur de télévision, Roland Gritti. Marcel Bluwal témoigne dans l’excellent livre de Jacques Baudou & Jean-Jacques Schleret “Meutres en séries” (Huitième art, 1990) : “…Et on a défini un personnage de flic jeune, fantaisiste, pas du tout simenonien, pas du tout glauque. Je me rappelle avoir trouvé le nom de Leclerc – il fallait qu’il soit clair », pourquoi ne pas l’appeler Leclerc ? – et c’est moi qui ai choisi Philippe Nicaud pour tenir le rôle (Je me demande si je lui ai fait le plus grand bien en le choisissant pour incarner Leclerc !)…”. On peut rêver d’une édition DVD de cette série.  Le cinéma  délaisse ce comédien trop marqué par la télévision, Bluwal témoigne toujours “…Je pense que Philippe Nicaud a dû souffrir de son statut de vedette de télévision, surtout à une époque où tout le monde vous voyait parce qu’il n’y avait qu’une chaîne. Il a pu poursuivre sa carrière au théâtre, mais il a été barré au cinéma. Il y avait en effet un préjugé dans le monde cinématographique de cette époque là : si vous passiez à la télévision et si vous vous y faisiez connaître, on ne vous prenait pas au cinéma”. Nicaud devait confirmer en avoir souffert dans la très bonne série documentaire “Histoires de fictions” en 2003, sur “La cinquième”. Il participera à quelques uns des nanars les plus ahurissants des années 80, tel le cornichonesque “Mon curé chez les nudistes”, il fallait le voir, avec un tablier de cuisine se promener les fesses à l’air face à Paul Préboist désorienté. Il aura aussi beaucoup œuvré dans le théâtre de boulevard, et dans la chanson, se spécialisant dans le créneau de la chanson coquine, comme dans l’album culte “Erotico Nicaud” (1970).  Philippe Nicaud aura gardé au fil des années un grand capital de sympathie auprès du public.

 

 

Avec Agnès Laurent dans “Miss strip-tease”

 

 

 

 

 

 

Filmographie : 1947  Les amoureux sont seuls au monde (Henri Decoin) – 1948  Aux yeux du souvenir (Jean Delannoy) – 1949  Miquette et sa mère (Henri-Georges Clouzot) – Ballerina (Ludwig Berger) – Maya (Raymond Bernard) – 1950  Meurtres (Richard Pottier) – Les amants de Bras-Mort (Belgique : Les requins du fleuve) (Marcel Pagliero) – 1952  Opération Magali (Lazlo V. Kish) – Adieu Paris (Claude Heymann) – 1954  Fantaisie d’un jour (Pierre Cardinal) – Le printemps, l’automne et l’amour (Gilles Grangier) – 1955  La môme Pigalle (Alfred Rode) – 1956  Ce soir, les jupons volent (Dimitri Kirsanov) – Printemps à Paris (Jean-Claude Roy) – Miss catastrophe (Dimitri Kirsanov) – Mademoiselle et son gang (Belgique : Le goût du massacre) (Jean Boyer) – 1957  Les trois font la paire (Sacha Guitry & Clément Duhour) – Mademoiselle strip-tease (Pierre Foucaud) – Le dos au mur (Édouard Molinaro) – 1958  En légitime défense (André Berthomieu) – Les noces vénitiennes (Alberto Cavalcanti) – 1959  Voulez-vous danser avec moi ? (Michel Boisrond) – 1960  Les moutons de Panurge (Jean Girault) – Le gigolo (Jacques Deray) – 1962  Les veinards [Sketch ; ‘Le yacht’] (Jean Girault) – 1963  L’inconnue de Hong-Kong (Jacques Poitrenaud) – Pouic-Pouic (Jean Girault) – Que personne ne sorte (Yvan Govar) – 1964  Il magnifico cornuto (Le cocu magnifique) (Antonio Pietrangeli) – 1969  Desirella / Les chattes (Jean-Claude Dague) – The lady in the car with glasses and a gun / La dame dans l’auto avec des lunettes et un fusil (Anatole Litvak) – 1970  La plus noble conquête de la femme (Christian Van Ryswyck, CM) – 1971  La isla misteriosa (L’île mystérieuse) (Henri Colpi & Juan Antonio Bardem) (+ version TV) – 1974  Deux grandes filles dans un pyjama (Jean Girault) – 1979  Comme une femme (Christian Dura) – 1980  Le chêne d’Allouville / Ils sont fous ces Normands ! (Serge Pénard) – Signé Furax (Marc Simenon) – Coco Chanel (Chanel solitaire) (George Kaczender) – 1981  Tais-toi quand tu parles (Philippe Clair) – Le corbillard de Jules (Serge Pénard) – 1982  Mon curé chez les nudistes (Robert Thomas) – Plus beau que moi, tu meurs (Philippe Clair) – 1986  Johann Strauss – Der Kônig ohne krone  (Johann Strauss, le roi sans couronne) (Franz Antel) – 1996  Nord pour mémoire, avant de le perdre  (Isabelle Ingold & Viviane Perelmuter) – 1999  Le mélomane (Georges Batagne, CM). Voxographie : 1980  Le chaînon manquant (Picha, animation). Nota : Philippe Nicaud a un homonyme comédien, à l’affiche notamment de “Quand je serai star” (Patrick Mimouni, 2004).

 

 

Avec Louis de Funès, Jacqueline Maillan et Mireille Darc dans “Pouic-Pouic”

 

Télévision (notamment) : 1952  Au petit bonheur Claude Barma) – 1954  Ami-Ami (François Gir) – 1955  Captain Gallant and the Foreign Legion (épisodes “Firepower”, “Tina” &  “The Dagger of Judah” (Jean Yarbrough) – Monseigneur (Jean-Marie Coldefy) – 1958  Les dix petits nègres – 1959  Une étoile m’a dit – Le roi des palaces (André Baroux) – 1960  La main passe (François Gir) – 1961  Fumée (Claude Barma) – 1962 : L’inspecteur Leclerc enquête feuilleton en 26 épisodes de 26 min : [Titre des épisodes : Le prix du silence de Marcel Bluwal, Des huitres pour l’inspecteur de Marcel Bluwal, Le saut périlleux de André Michel, Ma femme est folle de Claude Barma, Les blousons gris de Marcel Bluwal, Vengeance de Marcel Bluwal, L’inconnu du téléphone de Marcel Bluwal, Le retour d’Hélène de Claude Barma, La trahison de Leclerc de Marcel Bluwal, Signé Santini de Marcel Bluwal, Les jumelles de Yannick Andreï, L’affaire Larive de Marcel Bluwal, Les bons enfants de Marcel Bluwal, Face à face de Marcel Bluwal, Les gangsters de Yannick Andreï, La mort d’un fantôme de Claude Barma, Black-out de Vicky Ivernel, Feu monsieur Serley de Jean Laviron, Mortellement votre de Mick Roussel, Coup double de Jean Laviron, Preuves à l’appui de Pierre Badel, Le taxi de Vicky Ivernel, Affaires de famille de Georges Lacombe, La filière de Maurice Delbez, Un mort sans portefeuille de Yannick Andreï, Haute infidélité de Guy-André Lefranc]. 1963 : L’inspecteur Leclerc enquête “seconde série” feuilleton en 13 épisodes de 26 min [Titre des épisodes: Knock-out de Serge Friedman, L’agent double de Maurice Cazeneuve, Le passé d’une femme de Maurice Cazeneuve, Leclerc pêche en eau trouble de Maurice Delbez, La vie sauve de André Michel, La chasse de Mick Roussel, Voir Paris et mourir de Yannick Andreï, Ultra confidentiel ou (L’enveloppe au cachet de cire) de Marcel Bluwal, Obsession de Yannick Andreï, L’homme couleur de muraille de Marcel Bluwal, La menace de Yannick Andreï, La mariée de Robert Vernay, Bonjour commissaire de Claude Barma] – 1963  Teuf-Teuf (Georges Folgoas) – 1964  Les fables de La Fontaine : Le savetier et le financier – 1965  Le chapeau de paille d’Italie (Claude Barma) – 1966  Blue light : Jet Trail (James Goldstone) – 1967  Spéciale dernière (Alain Dhénaut) – Max le débonnaire : De quoi je me mêle (Yves Allégret) – 1969  Marie-Marie – 1970  Au théâtre ce soir : Mary-Mary (Pierre Sabbagh) – 1971   Schulmeiser, espion de l’empereur : La conspiration Malet : La conjuration Malet (Jean-Pierre Decourt) – L’araignée (Rémy Grumbach) – 1976  Nick Verlaine ou comment voler la Tour Eiffel (Claude Boissol, six épisodes) – 1977  C’est arrivé à Paris (François Villiers) – 1978  Au théâtre ce soir : Acapulco madame (Pierre Sabbagh) – 1983  Le grand braquet (Maurice Fasquel) – 1984  Disparitions ; Vice-Versa (Claude Boissol) – 1985  Les amours des années 50 : Les scorpionnes (Jean-Paul Carrère) – 1987  Série noire : Ballon mort (György Gát) 1988  La garçonne (Étienne Périer) – 1989  Le saut du lit (Pierre Cavassilas, captation) – 1990  Fenêtre sur femmes (Don Kent) – 1993  Navarro : Le contrat (Gérard Marx) – 1995  Une femme dans les bras, un cadavre sur le dos (Daniel Colas, captation). Divers : Co-scénariste : 1985  La cage aux folles III ! “Elles” se marient (Georges Lautner).

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Marie Pillet

Marie Pillet, photo source Unifrance  

Annonce de la mort de Marie Pillet dans l’hommage aux personnalités disparues lors la soirée des Césars de vendredi dernier. Elle était la mère de Julie Delpy, et elle reste indissociable de son mari Albert Delpy truculent comédien, on les retrouvait souvent ensemble depuis “L’an 01” de Jacques Doillon. On peut se lamenter que sa mort soit passée inaperçue. Elle suit des cours de comédie à l’École Nationale de Strasbourg, et joue au théâtre dans “La comédie de l’Est” et “La comédie de Saint-Étienne”. Celle qui fut l’une des signataires du célèbre manifeste des 343, devait légitiment débuter dans le libertaire “L’an 01”, où elle est une ancienne ouvrière d’une usine de conserverie discutant avec un épicier sur la disparition programmée des boîtes de conserve. Patrice Leconte l’engage souvent depuis l’épouse hystérique de Pierre Forget dans “Marche à l’ombre””, la costumière d’une patience d’ange devant le trio infernal Marielle-Noiret-Rochefort dans le sous-estimé “Les grands ducs” ou la mère-poule de Dany Boon, mariée à Jacques Mathou, dans “Mon meilleur ami”. Avec Albert Delpy, elle forme un couple anticonformiste et jubilatoire dans le film de sa fille “Two days in Paris”. Il faut la voir anarchiste, dans un personnage haut en couleurs, qui se révèle avoir été la maîtresse de Jim Morrison ! Nos pensées vont à sa famille, et personnellement à M. Albert Delpy, homme très sympathique, rencontré à Bordeaux en 2002, lors d’une avant-première du film de Rémi Waterhouse “Mille Millièmes”. Lors de la même cérémonie, on apprend aussi la disparition des comédiens Daniel Langlet – excellent notamment chez Bertrand Tavernier -, Henri Djianik – un des meilleurs artisans du doublage – et celle de Vania Vilers – trop souvent sous-utilisé -.

Marie Pillet & Albert Delpy, photo source The New York Times 

 Filmographie : 1972  L’an O1 (Jacques Doillon) – 1975  L’arbre de Guernica (Fernando Arrabal) – Calmos (Bertrand Blier) – 1976  Guerres civiles en France [sktech : “La semaine sanglante”] (François Barat) – La première fois (Claude Berri) – 1977  La menace (Alain Corneau) – L’animal (Claude Zidi) – Les petits câlins (Jean-Marie Poiré) – 1978  L’amant de poche (Bernard Queysanne) – Le gendarme et les extra-terrestres (Jean Girault) – 1979  La dérobade (Daniel Duval) – Le mors aux dents (Laurent Heynemann) – 1980  Aimée (Joël Farges) – 1981  Le maître d’école (Claude Berri) – 1982  Les bancals (Hervé Lièvre) – Niveau moins trois (Geoffroy Larcher, CM) – La bête noire (Patrick Chaput) – 1983  Le bon plaisir (Francis Girod) – 1984  Paris vu par… 20 ans après [sketch : Paris Clichy] (Bernard Dubois) – Marche à l’ombre (Michel Blanc) –  Cinématon N° 360 (Gérard Courant, CM) – 1995  Golden Eighties (Chantal Akerman) – 1986  Le jupon rouge (Geneviève Lefevre) – 1987  Dandin (Roger Planchon) – Les keufs (Josiane Balasko) – Il y a maldonne (John Berry) – La queue de la comète (Hervé Lièvre) – Tandem (Patrice Leconte) – 1988  Une journée (Hervé Lièvre, CM) – Après la guerre (Jean-Loup Hubert) – 1989  La clé n’est pas dans le pot de géranium (Manuela Gourary) – Couple N°51 (Gérard Courant, CM) – 1991  Une époque formidable (Gérard Jugnot) – 1993  Grosse fatigue (Michel Blanc) – 1995  En garde Monsieur ! (Didier Fontan, CM) – Ridicule (Patrice Leconte) – Les grands ducs (Patrice Leconte) – 1996  Lucie Aubrac (Claude Berri) – 1998  Lautrec (Roger Planchon) – 1999  La parenthèse enchantée (Michel Spinosa) – Du côté des filles (Françoise Decaux) – 2000  Baignade obligatoire (Olivier Pouteau, CM) – 2001  Le nouveau Jean-Claude (Didier Tronchet) – 2003  Before sunset (Richard Linklater) – 2004  Edy (Stéphan Guérin-Tillié) – Lili et le baobab (Chantal Richard) – 2005  Enfermés dehors (Albert Dupontel) – 2006  Mon meilleur ami (Patrice Leconte) – Two days in Paris (Julie Delpy).

Remerciements à Yvan Foucart. 

 

“Dans l’an 01”

Télévision : (notamment) : 1973  La ligne de démarcation : Ernest (Jacques Ertaud) – 1979  Les 400 coups de Virginie [épisode #5] (Bernard Queysanne) – 1981  Médecins de nuit : Un plat cuisiné (Peter Kassovitz) – Les cinq dernières minutes : L’écluse du temple (Claude Loursais) – Livingstone (Jean Chapot) – 1984  Série noire : L’ennemi public N°1 (Édouard Niermans) – 1986  L’ami Maupassant ; Hautot père et fils (Jacques Tréfouel) – 1987  Mirage dangereux (Charlotte Dubreuil) – 1991  Marie la louve ((Daniel Wronecki) – 1992  Terre brûlée (Chantal Picault) – 1993 Le château des oliviers (Nicolas Gessner) – Maigret : Maigret et l’homme du banc (Étienne Périer) – 1995  La belle de Fontenay (Paule Zjaderman) – 1997  Rachel et ses amours (Jacob Berger) – Le garçon d’orage (Jérôme Foulon) – 1999  Brigade spéciale : La 7ème victime (Charlotte Branstrom) – 2000  La pierre à marier (Chantal Picault) – La femme de mon mari (Charlotte Brandstrom) – Deux femmes à Paris (Caroline Huppert) – Louis Page : Le choix de Thomas (Jean-Louis Lorenzi) – 2002  Lune rousse (Laurent Dussaux) – 2003  Haute coiffure (Marc Rivière) – Penn sardines (Marc Rivière) – 2004  Le paradis des enfants perdus (Francis Girod)) – Vive mon entreprise (Daniel Losset) – Le mystère Alexia (Marc Rivière) – 2005  Carla Rubens : Parfum de crime (Bernard Uzan) – L’oncle de Russie (Francis Girod) – Villa Belle France (Karim Akadiri Soumaila) – 2006  Chez Maupassant : Hautot père et fils (Marc Rivière).  

Mise à jour du 25/06/2009 

Fragments d’un dictionnaire amoureux : James Whitmore

 

James Whitmore dans l’épisode “Équation danger” de la série “Les envahisseurs”

On peut difficilement mieux évoquer son parcours que l’ont fait Bertrand Tavernier et Jean-Pierre Coursodon dans “Trente ans de cinéma américain” (Éditions C.I.B, 1970) : “Encore un de ces acteurs que l’on n’a jamais vus mauvais. Grand spécialiste des personnages sympathiques, forts en gueule, critiquant tout mais prêts à se dévouer pour leur travail, leur cause, leur ami, Whtimore a créé plusieurs silhouettes foudroyantes, de celles qui mettent une salle en joue par une répartie, une boutade bien placée. Souvent sous l’uniforme moderne (Battleground) ou westernien (The command), il fut un sergent truculent dans Battle Cry. Trappeur bougonnant dans The Last Frontier, il partait seul en reconnaissance dans un pays infesté d’indiens, ce qui nous valait un mouvement de grue et une séquence fameux, et dans un rôle semblable de l’excellent Chuka de Gordon Douglas, comparait avec une certaine lucidité la vie de soldat et celle d’aventurier, tout en s’alcoolisant en compagnie de Rod Taylor. Il apparaissait avec Keenan Wynn au beau milieu de Kiss Me Kate, en pseudo-gangster, et leur duo, Brush Up Your Shakespeare, reste un grand moment du musical. A l’occasion Whitmore peut se révéler très efficace dans un rôle dramatique, comme celui du barman bossu de Asphalt Jungle, ou du social worker qui essayait de réformer John Cassavetes dans Crime in the streets. Co-star de ce dernier film, il fut vedette de quelques autres, dont Them, où il luttait contre des fourmis géantes, et The Next Voice You Hear, allégorie généreuse sur la société américaine où Dieu se faisait entendre à la radio. Il joua plus récemment le rôle de John Howard Griffin, ce journaliste qui se fit passer pour un Noir dans “Black Like Me”.” Il jouait souvent des rôles representant l’autorité, il joua même Harry S. Truman dans “Give’em Hell, Harry !” et Teddy Roosevelt dans “Bully : an adventure with Teddy Roosevelt”. Un parcours exceptionnel auquel on peut rajouter ses rôles de prêtre dans “L’oeuf du serpent” (Ingmar Bergman, 1977), du juge humaniste dans “Cinglée” (Martin Ritt, 1987) et le vieux prisonnier supportant mal sa remise en liberté dans “Les évadés” (Frank Darabont, 1994). Son fils, James Whitmore jr, qui a débuté comme acteur, est un réalisateur pour la télévision. Bibliographie : “Quinlan’s character stars”, par David Quinlan (Reynolds & Hearn Ltd, 2004) ; Ciné-Revue (La vedette de la semaine), filmographie.

 

Filmographie : 1949  The undercoverman (Le maître du gang) (Joseph H. Lewis) – Battleground (Bastogne) (William A. Wellman) – 1950  Please believe me (J’ai trois amours) (Norman Taurog) – The asphalt jungle (Quand la ville dort) (John Huston) – The outriders (Le convoi maudit) (Roy Rowland) – The next voice you hear… (La voix que vous allez entendre) (William A. Wellman) – A lady without passport (La dame sans passeport) (Joseph H. Lewis) – Mrs. O’Malley and Mr. Malone (Norman Taurog) – 1951  Across the wide Missouri (Au-delà du Missouri) (William A. Wellman) -It’s a big country ) [sketch #1] (Richard Thorpe) – Shadow in the sky (Fred M. Wilcox) – 1952  Because you’re mine (Tu es à moi) (Alexander Hall) – Above and beyond (Le grand secret) (Melville Frank & Norman Panama) – The girl who had everything (La fille qui avait tout) (Richard Thorpe) – 1953  All the brothers were valiant (La perle noire) (Richard Thorpe) – Kiss me Kate (Embrasse-moi, chérie) (George Sidney) – The great diamond robbery (Le vol du diamante bleu) (Robert Z.  Leonard) – The command (La poursuite dura sept jours) (David Butler) – 1954  Them ! (Des monstres attaquent la ville) (Gordon Douglas) – Battle cry (Le cri de la victoire) (Raoul Walsh) – 1955  The McConnell story (Le tigre du ciel) (Gordon Douglas) – Oklahoma ! (Oklahoma) (Fred Zinnemann) – The last frontier (La charge des tuniques bleues) (Anthony Mann) – 1956  Crime in the streets (Face au crime) (Don Siegel) – The Eddy Duchin story (Tu seras un homme mon fils) (George Sidney) – 1957  The young don’t cry (Graine de révolte) (Alfred L. Werker) – The deep six (En patrouille) (Rudolph Maté) – 1958  The restless years (1) (Helmut Käutner) – 1959  Face of fire (Albert Band) – Who whas that lady (Qui était donc cette dame) (George Sidney) – 1964  The tenderfoot (Byron Paul) – Black like me (Carl Lerner) – 1967  Chuka (Chuka, le redoutable) (Gordon Douglas) – Nobody’s perfect (Alan Rafkin) – Waterhole #3 / Waterhole number 3 (L’or des pistoleros, en Belgique : Les insaisissables) (William A. Graham) – Planet of apes (La planète des signes) (Franklin J. Schaffner) – 1968  Madigan (Police sur la ville) (Don Siegel) – The split (Le crime c’est notre business) (Gordon Flemyng) – 1969  Guns of the Magnificent Seven (Les colts des sept mercenaires) (Paul Wendkos) – 1970  Tora ! Tora ! Tora ! (Id) (Richard Fleischer, Toshio Massuda & Kinji Fukasaku) – 1972  Chato’s land (Les collines de la terreur) (Michael Winner) – La polizia incrimina la legge assolve (Le témoin à abattre) (Enzo G. Castellani [Enzo Girolami]) – 1973  The Harrad experiment (Id) (Ted Post) – 1974  Where the red fern grows (Norman Tokar) – Il venditore di palloncini (Mario Garriazzo) – 1975  Give’em hell, Harry ! (Steve Binder & Peter H. Hunt) – 1977  Das schlangenei / The serpent’s egg (L’oeuf du serpent) (Ingmar Bergman) – 1978  Bully : an adventure with Teddy Roosevelt (Peter H. Hunt) – 1980  The first deadly sin (De plein fouet) (Brian G. Hutton) – 1984  Zoo ship (Richard Shorr) – 1987  Nuts (Cinglée) (Martin Ritt) – 1989  Old explorers (William Pohlad) – 1994  The Shawshank redemption (Les évadés) (Frank Darabont) – 1995  Wild Bill : Hollywood maverick (Todd Robinson, documentaire) – 1996  The relic (Relic) (Peter Hyams) – 2000  Here’s to live (Arne Olsen) – 2001  The majestic (Id) (Frank Darabont) – (1) Titre français selon Ciné-Revue : Des yeux pour pleurer, selon IMDB : Les années merveilleuses, mais ce film semble inédit en France, de la difficulté de donner un titre français à un film américain…. Voxographie : 1951  The red badge of courage (La charge victorieuse) (John Huston, voix du récitant) – Angels in the outfield / Angels and the pirates (Clarence Brown) – 1952  The hoaxters (Victor Lasky, William Hebert & Herman Hoffman, documentaire, voix du récitant) – 1982  Hail Colombia ! (Graeme Ferguson, CM documentaire, voix du récitant) – 1985  The adventures of Mark Twain (Will Vinton, animation). Télévision (notamment) : 1971  It tomorrow comes (George McCowan) – 1974  The Canterville ghost (Le fantôme de Canterville) (Robin Miller) – 1984  Celebrity (Paul Wendkos) – 1989  Glory ! Glory ! (Les prêcheurs du mensonge) (Lindsay Anderson) – 1999  Swing vote (Vote sous influence) (David Anspaugh) – 2002  A ring of endless light (Greg Breedman).

Fragments d’un dictionnaire amoureux : André Badin

André Badin dans “La folle de Maigret”

Annonce de la mort d’André Badin, le 23 janvier dernier à l’âge de 77 ans. Il suit les cours de Charles Dullin et Yves Furet et devient l’assistant d’André Thamin. C’est typiquement le comédien, qui tirait immédiatement son épingle du jeu. Il était demandé pour illustrer parfois un seul gag, tel dans le “kulte” “le plumard en folie” en employé d’un magasin de meubles, perplexe face au duo des frères Préboist en déménageurs fatigués ou dans “Impossible… pas français !” où en petit pompiste, il s’éponge avec un billet de banque pour avoir vu une valise pleine d’argent dans la voiture du personnage interprété par Robert Lamoureux. Il est rare qu’on lui demande d’évoluer au-delà d’un seul plan, d’où son utilisation massive dans nombre de publicités, sa fabuleuse présence faisant mouche à coup sûr. Il y a souvent une constance, celle de ses rôles d’obsédés sexuels, tel dans “Une souris chez les hommes”, où veilleur de nuit dans un grand magasin, il caresse libidineusement les mannequins féminins. Mais ses rôles reposent souvent sur sa petite taille (1m58), il est ainsi le directeur de la station-service – il y est d’ailleurs crédité sous le nom de Monsieur Badin, hommage à Georges Courteline -, raillé comme “grand ” directeur par son employé Philippe Dumat, humilié. Il est souvent victime tel le boucher souffre-douleur de Bernard Blier dans “Un idiot à Paris”, et s’il court pour éviter une contravention, c’est pour se retrouver embobiné par un Darry Cowl survolté et déguisé en agent dans “Les livreurs”. Il est dommage qu’un Claude Chabrol ne l’ait pas mieux utilisé que pour deux silhouettes muettes, un policier acolyte de Daniel Boulanger dans “L’œil du malin” (1961) et un gardien de square qui joue à la balle avec un enfant dans “Landru” (1962). On le retrouvera avec émotion en oncle de La Baule,  que visite Daniel Prévost dans le mésestimé “Le soleil au-dessus des nuages”. On lui gardera une affection particulière, car il a nous a toujours tiré un sourire dans bien des comédies franchouillardes.

 

 

 

Filmographie, en collaboration avec Armel de Lorme, établie initialement pour Les gens du cinéma : 1959  Nathalie, agent secret (Henri Decoin) – À rebrousse poil (Pierre Armand) – 1960  La famille Fenouillard (Yves Robert) – Saint-Tropez Blues (Marcel Moussy) – 1961  Les livreurs (Jean Girault) – Léon Morin, prêtre (Jean-Pierre Melville, rôle coupé au montage) – Auguste (Pierre Chevalier) – La belle américaine (Robert Dhéry) – Horace 62 (André Versini) – Le monte-charge (Marcel Bluwal) – L’œil du malin (Claude Chabrol) – 1962  Pourquoi Paris ? (Denys de La Patellière) – Les bricoleurs (Jean Girault) – Arsène Lupin contre Arsène Lupin (Édouard Molinaro) – Strip-tease (Jacques Poitrenaud) – L’abominable homme des douanes (Marc Allégret) – Clémentine Chérie (Pierre Chevalier) – Landru (Claude Chabrol) – Les saintes nitouches (Pierre Montazel) – 1963  Carambolages (Marcel Bluwal) – L’assassin connait la musique… (Pierre Chenal) – Blague dans le coin (Maurice Labro) – Le magot de Joséfa (Claude Autant-Lara) – 1964  Une souris chez les hommes / Un drôle de caïd (Jacques Poitrenaud) – Les gorilles (Jean Girault) – Fantômas (André Hunebelle) – Déclic et des claques (Philippe Clair) – Le vampire de Düsseldorf (Robert Hossein) – Les combinards (Jean-Claude Roy) – Play Time (Jacques Tati) – 1965  La tête du client (Jacques Poitrenaud) – Le caïd de Champignol (Jean Bastia) – 1966  Le petit cheval de bois (Richard Balducci, CM) – Du mou dans la gâchette (Louis Grospierre) – Un idiot à Paris (Serge Korber) – L’homme qui trahit la maffia (Charles Gérard) – Le grand restaurant (Jacques Besnard) – Trois enfants dans le désordre (Léo Joannon) – 1967  L’homme qui valait des milliards (Michel Boisrond) – Caroline Chérie (Denys de la Patellière) – La petite vertu (Serge Korber) – Le grand bidule (Raoul André) – Ces messieurs de la famille (Raoul André) – 1968  La femme écarlate (Jean Valère) – Sous le signe du taureau (Gilles Grangier, crédit au générique seulement, rôle coupé au montage ?) – 1969  Et qu’ça saute ! (Guy Lefranc) – La honte de la famille (Richard Balducci) – Aux frais de la princesse (Roland Quignon) – L’homme orchestre (Serge Korber) – 1970  Élise ou la vraie vie (Michel Drach) – Le distrait (Pierre Richard) – Macédoine (Jacques Scandelari) – Les jambes en l’air / César Grandblaise (Jean Dewever) – 1971  La grande maffia… (Philippe Clair) – 1972  Na !… (Jacques Martin) – 1973  Le grand bazar (Claude Zidi) – Le plumard en folie (Jacques Lem [Lemoine]) – L’histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise (Nina Companeez) – 1974  Les quatre Charlots mousquetaires (André Hunebelle) – Impossible… pas français ! (Robert Lamoureux) – 1975  Opération Lady Marlène (Robert Lamoureux) – Bons baisers de Hong-Kong (Yvan Chiffre) – 1976  Le trouble fesses (Raoul Foulon) – 1977  La zizanie (Claude Zidi) – 1978  Le gendarme et les extra-terrestres (Jean Girault) – 1979  Les joyeuses colonies de vacances (Michel Gérard) – 1981  San Antonio ne pense qu’à ça (Joël Séria) – Cargo (Serge Dubor) – 1983  Un homme à ma taille (Annette Carducci) – Le tombeau des musiciens (Patrick Jeudy, CM) – 1985  Le roi blanc (Dominique Ladoge, CM) – 1986  Le retour de Kyoto (Luc Bongrand, CM) – Remous (Benjamin Jules-Rosette, inédit en salles) – 1987  L’habitude de monsieur J. (Olivier Queysanne, CM) – 1988  Anna – der film (Frank Strecker) – Une journée (Intolérances) (Hervé Lièvre, CM) – 1989  Le messie (Edwige Busson & Gilles Alvarez, CM) – Carrousel (Georges Andreeff, CM) –  1990  En voiture ! (Patrick Rufo, CM) – 1992  Le collecteur (Ronan  Fournier-Christol, CM) – 1994  Le montreur de boxe / Lucky Punch (Dominique Ladoge) – 1995  Loin du front [sketch : “Douaumont repris !”] (Vladimir Léon) – L’histoire du petit homme bizarre (Éric Le Roch, CM) – 2000  Le soleil au dessus des nuages (Éric Le Roch). Nota : André Badin est crédité à tort dans Nathalie (Christian-Jaque, 1957) , “Les lavandières du Portugal” (Pierre Gaspard-Huit, 1957) – “Les petits matins” (Jacqueline Audry, 1961) – dans “L’histoire du Cinéma Français”; le rôle du “satyre” est tenu par Pierre Repp, dans le sketch avec Lino Ventura -, “Le gendarme à Saint-Tropez” (Jean Girault,  1964) , “À nous quatre, cardinal” (André Hunebelle, 1974) – le générique est commun avec “Les quatre Charlots mousquetaires” -. 

 

 André Badin dans “Les bricoleurs”

 Télévision : (notamment) : 1959  Les maris de Léontine (André Leroux) – 1965  Thierry la Fronde : Moi, le roi  (Robert Guez) – 1969  Allô Police : Le déjeuner de Suresnes (Michel Strugar) – Les oiseaux rares (Jean Dewever) – Laure (Mosché Mizrahi, série TV) – Songe d’une nuit d’été (Jean-Christophe Averty) – 1970  Original Dixieland Jass band (Jean-Christophe Averty, série TV) – La brigade des maléfices : Voir Venise et mourir (Claude Guillemot) – Alice au pays des merveilles (Jean-Christophe Averty) – 1971  Arsène Lupin : L’arrestation d’Arsène Lupin (Jean-Pierre Decourt) – Al Jolson (Jean-Christophe Averty) – Ubu enchaîné (Jean-Christophe Averty) – 1972  Avec le cœur (Rémy Grumbach, variétés) – 1973  Les malheurs de la comtesse (Bernard Deflandre) – La vie rêvée de Vincent Scotto (Jean-Christophe Averty) – Musidora (Jean-Christophe Averty) – 1975  Messieurs les jurés : L’affaire Lambert (André Michel) – Les enquêtes du commissaire Maigret : La folle de Maigret (Claude Boissol) – 1976  Adios (André Michel) – 1977  Impressions d’Afrique (Jean-Christophe Averty) – 1979  Le crime des innoncents (Roger Dallier) – Il y a plusieurs locataires à l’adresse indiquée (François Chatel) – Azouk (Jean-Christophe Averty) – 1980  Julien Fontanes, magistrat : Une femme résolue (Bernard Toublanc-Michel) – Fantômas : L’étreinte du diable (Juan Luis Buñuel) – Des vertes et des pas mures (Maurice Delbez) – C’est pas Dieu possible (Edmond Tyborowsky) – Opération trafics : La sainte famille (Christian-Jaque) – 1981  Nana (Maurice Cazeneuve)  – Médecins de nuit : Amalgine (Gilles Legrand) – Les avocats du diable (André Cayatte) – Gaston Lapouge (Franck Appréderis) – Ursule Mirouët (Marcel Cravenne) – 1982  L’adieu aux as (Jean-Louis Lignerat) – L’amour s’invente (Didier Decoin) – Le sage de Sauvenat (Jean Pignol) – 1984  Emportez-la avec vous (Jean Sagols) – Disparitions : Double fond (Yves Elléna) – 1985  Comment devenir une mère juive en dix leçons (Jeannette Hubert, captation) – 1988  Un château au soleil (Robert Mazoyer) – 1989  Le Masque : En scène pour la mort (Pascal Goethals) – L’agence : Les médecines du prince (Jean Sagols) –  1990  Le grand dîner (Gérard Pullicino, divertissement) – 1991  Cas de divorce : Cremer contre Cremer – 1996  Tendre piège (Serge Moati) – 1999  H : Une histoire de démission (Williams Crépin).

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Jean Martin

Jean Martin dans l’entretien “Dans la peau d’un para” en 2004

Annonce de la mort de Jean Martin, grand comédien de théâtre, il fut le créateur en France de quelques pièces parmi les plus importantes du XXème siècle, dont Samuel Beckett (“En attendant Godot”, “Fin de partie”). Après quelques rôles mineurs au cinéma – on le reconnait bien dans la cour des miracles dans “Notre dame de Paris” (Jean Delannoy, 1956) – il ne trouva au cinéma son plus grand rôle dans “La bataille d’Alger”, qu’en 1965, bien qu’il adorait ce média. Il témoigne de sa rencontre avec le cinéaste Gillo Pontecorvo dans l’un des bonus du DVD “Dans la peau d’un para” en 2004, réalisé par Jonas Rosales, chez Studio Canal. C’est Lola Mouloudji, célèbre agent artistique qui le présente au metteur en scène italien. Jean Martin témoigne qu’il cherchait un comédien pas connu « qui réponde à des critères physiques précis, un colonel de l’armée française pas scrogneugneu, un type relativement ouvert et intelligent. Il était très décidé sur l’apparence extérieure du personnage, je crois que je répondais à ce qu’il cherchait”. Il est retenu après des essais rue Saint-Germain dans Paris 6ème,  en uniforme de para. Il était contre la guerre d’Algérie et était l’un des signataires du manifeste des 121, ce qui lui valut d’être “tricard” notamment au théâtre – il fut renvoyé du TNP – et à la radio. Il avait une filmographie courte mais originale de Jacques Rivette à Claude Zidi. Le tournage fut très difficile du fait de l’emploi de non professionnels et par le côté dirigiste du réalisateur qui lui soufflait les intonations, voulant éviter que ce dernier joue la comédie. Si la version originale fut réalisée en son direct en français, Martin dut resynchroniser la totalité du film. Il fut très probant dans ce rôle du colonel Mathieu, amalgame de personnages réels « confronté à une situation exacte », évitant le manichéisme attendu. Sa performance est d’autant plus remarquable que le réalisateur a voulu souligner le côté vériste du film, il réussit à se fondre dans l’atmosphère documentaire du film. Le cinéma italien l’emploiera un peu, tel son rôle de propriétaire d’une mine d’or chargé de tuer Henry Fonda dans “Mon nom est personne”,  un rôle de “Marie-salope” confiera-t-il dans le bonus du DVD du film, “Nobody is perfect”. On le retrouvait souvent à la télévision, tel son rôle de grand méchant dans “Les compagnons de Baal” chef d’œuvre de Pierre Prévert, écrit par Jacques Champreux en 1968 – édité en DVD chez Koba films vidéo -, flanqué d’un certain Jean Herbert (futur Popeck, alors dans un contre-emploi). Dans le rôle particulièrement réjouissant à déguisements multiples du comte Saint-Germain, il excelle dans l’excentricité. Il devait revenir souvent au cinéma, souvent dans des rôles de notables, mais il permettait que son autorité naturelle soit malmenée, notamment par Claude Zidi dans des comédies rythmées. On le revit au cinéma pour la dernière fois dans “Lucie Aubrac” (Claude Berri, 1996), en résistant face à Daniel Auteuil. A noter qu’un annuaire du cinéma avait annoncé sa mort par erreur il y a une dizaine d’année. Ce comédien a réussit à marquer de sa personnalité tous ses rôles.  Annonce également de la mort du cinéaste François Villiers et du vétéran comédien James Whitmore. Yvan Foucart m’informe aussi de la mort d’André Badin, j’y reviendrai dès que possible…

 

Jean Martin dans “La bataille d’Alger”

Filmographie établie avec Armel de Lorme, initialement pour “Les gens du cinéma” : 1942  La main du diable (Maurice Tourneur) – 1943  Cécile est morte (Maurice Tourneur) – 1955  Les assassins du dimanche (Alex Joffé) – 1956  Notre dame de Paris (Jean Delannoy) – 1958  Paris nous appartient (Jacques Rivette) – 1960  Fortunat (Alex Joffé) – 1962  Ballade pour un voyou (Claude-Jean Bonnardot) – 1963 La foire aux cancres (Louis Daquin) – 1965  La battaglia di Algeri (La bataille d’Alger) (Gillo Pontecorvo) – Un dollaro bucato (Le dollar troué) (Giorgio Ferroni) – 1966  La religieuse (Jacques Rivette) – Adiós gringo (Adios Gringo) (George Finley [Giorgio Stegani]) – Martin soldat (Michel Deville) – 1967  Manon 70 (Jean Aurel) – Je t’aime, je t’aime (Alain Resnais) – 1969  Promise at Dawn / La promesse de l’aube (Jules Dassin) – L’apocalypse (Jean-Claude See) ((inédit) – Cran d’arrêt (Yves Boisset) – Les lettres de Stalingrad (Gilles Katz) – 1972  Le rempart des béguines (Guy Casaril) – L’héritier (Philippe Labro) – The day of the Jackal (Chacal) (Fred Zinnemann) – 1973  Il mio nome è nesuno (Mon nom est personne) (Tonino Valerii) – Glissements progressifs du plaisir (Alain Robbe-Grillet) – 1974  Le cri du coeur (Claude Lallemand) – La moutarde me monte au nez (Claude Zidi) – Il tempo dell’inizio (Luigi Di Gianni) – Un genio, due compari, un pollo (Un génie, deux associés, une cloche) (Damiano Damiani) – Rosebud (Id)  (Otto Preminger) – 1975  Peur sur la ville (Henri Verneuil) – La course à l’échalotte (Claude Zidi) – Il Messia (Le Messie) (Roberto Rossellini) – Black out (Philippe Mordacq, inédit) – Une femme à sa fenêtre (Pierre Granier-Deferre) – Le juge Fayard dit “le shérif” (Yves Boisset) – 1977  Il gatto (Qui a tué le chat ?) (Luigi Comencini) – 1978  Le dossier 51 (Michel Deville) – Éclipse sur un ancien chemin vers Compostelle (Bernard Férié) – 1979  Bête mais discipliné (Claude Zidi) – L’associé (René Gainville) – La femme flic (Yves Boisset) – 1980  Inspecteur La Bavure (Claude Zidi) – La puce et le privé (Roger Kay) – Le roi et l’oiseau (Paul Grimault, animation, voix) – 1983  Le crime d’Ovide Plouffe (Gilles Carle) – 1992  Justinien Trouvé ou le bâtard de Dieu (Christian Fechner) – 1996  Lucie Aubrac (Claude Berri). Nota :  Il y a un Jean Martin dans “Die Letzte Chance” (“La dernière chance”) (1945) de Leopold Lindtberg  et dans “L’homme en colère” (Claude Pinoteau, 1978), est-ce de l’homonymie seulement ? Il convient de ne pas le confondre avec le cascadeur Jean Martin : “À toi de faire… mignonne” (Bernard Borderie, 1963), “Le pacha” (Georges Lautner, 1967), “Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages” (Michel Audiard, 1968), “Une veuve en or” (Michel Audiard, 1969), “Laisse aller… c’est une valse” (Georges Lautner, 1970), “L’hippotamours” (Christian Fuin, 1974). Il y a souvent une confusion avec le comédien Maritin pour (À tout casser, John Berry, 1967). 

avec Jean Herbert [Popeck] dans “Les compagnons de Baal”

Télévision : (notamment) : 1965  Le théâtre de la jeunesse : David Copperfield (Marcel Cravenne) – Le théâtre de la jeunesse : Ésope (Éric Le Hung) – 1966  Le chevalier des Touches (Claude-Jean Bonnardot) – 1967  La cigale (Guy Lessertisseur) – L’invention de Morel (Claude-Jean Bonnardot) – 1968  La prunelle (Emond Tyborowski) – Les compagnons de Baal (Pierre Prévert) – Les enquêtes du commissaire Maigret : L’inspecteur “Cadavre” (Michel Drach) – Le tribunal de l’impossible : Qui hantait le presbytère de Borley (Alain Boudet) – 1970  Le dernier adieu d’Armstrong (Gilbert Pineau) – Un otage (Marcel Cravenne) – La femme en blanc (Pierre Gautherin) – Rendez-vous à Badenberg (Jean-Michel Meurice) – 1972  Mandrin (Philippe Fourastié) – La dame aux camélias (Robert Maurice) – 1973  La duchesse d’Avila (Philippe Ducrest) – 1974  Histoires insolites : Une invitation à la chasse (Claude Chabrol) – 1975  Les classiques de l’étrange : Alouqua ou la comédie des morts (Pierre Cavassilas) – 1976  Torquemada (Jean Kerchbron) – Le château des Carpathes (Jean-Christophe Avery) – Le gentleman des Antipodes (Boramy Tioulong) – Le voyage à l’étranger (Philippe Ducrest) – 1977  La création du monde (Pierre Cavassilas) – Rendez-vous en noir (Claude Grinberg) – 1978  Madame le juge : Autopsie d’un témoignage (Philippe Condroyer) – Il était un musicien : Monsieur Rachmaninoff (Roger Hanin) – Commissaire Moulin : L’intoxe (François Dupont-Midy) – Les pieds poussent en Novembre (Pierre Viallet) – Harold et Maude (Jean-Paul Carrère, captation) – 1980  Histoires étranges : La mort amoureuse (Peter Kassovitz) – Julien Fontanes, magistrat : Par la bande (François Dupont-Midy) – Médecins de nuit : Palais-Royal (Nicolas Ribowski) – 1981  L’ennemi de la mort (Roger Kahane) – Zadig ou la destinée (Jean-Paul Carrère) – Cinéma 16 : Une mère russe (Michel Mitrani) – Une histoire sans nom (Jeannette Hubert) – 1982  Le soulier de Satin (Alexandre Tarta, captation) – Mozart (Marcel Bluwal) – Conrad Killian (Jacques Tréfouel) – 1983  Les chardons de la colline (Édouard Logereau) – Emmenez-moi au théâtre : Orphée (Claude Santelli) – 1985  Colette (Gérard Poitou-Weber) – 1984  Cadavres exquis : Christmas Carol / Le chant de Noël (Pierre Boutron) – 1984  Le piège du fourmillon (André Bonnardel) – 1985  Les colonnes du ciel : Marie Bon Pain (Gabriel Axel) – 1987  L’heure Simenon : Strip-Tease (Michel Mitrani) – 1989  Les jupons de la Révolution : Théroigne de Méricourt, l’amazone rouge (Jeannette Hubert) – The free frenchman (Un français libre) (Jim Goddard) – Champagne Charlie (Allan Eastman) – 1990 Tribunal : Ligne à haute tension – Héritage oblige (Daniel Losset) – Le mari de l’Ambassadeur (François Velle) – 1991  La dame de Berlin (Pierre Boutron) – The Maid (Un amour de banquier) (Ian Toynton) – 1993  Jules Ferry (Jacques Rouffio) – 1995  Julie Lescaut : La fiancée assassinée (Elizabeth Rappeneau) – 1997  Maigret et l’enfant de choeur (Pierre Granier-Deferre) – Da Costa : Les témoins de l’oubli (Nicolas Ribowski) – 1998  Dossier : disparus : Serge et Paul (Philippe Lefebvre) – 2003  La cliente (Pierre Boutron). Non datés : Torna Felicita (F. Zinnemann) ; Les cent livres : Le comte de Monte Cristo (Michel Favart) ; Don Quichotte (série interrogatoire)  ; Colette (Jean Patou).            

 

 

 

 

 

 

Théâtre : De nombreuses pièces, notamment : EN ATTENDANT GODOT de Samuel Beckett, mis en scène par Roger Blin (1953) ; AMÉDÉE OU COMMENT S’EN DÉBARRASSER, d’Eugène Ionesco, mis en scène par Jean-Marie Serreau (1954) ; TETE D’OR de Paul Claudel ; RHINOCEROS d’Eugène Ionesco, mis en scène par Jean-Louis Barrault (1958) ; LE GARDIEN ; LE PERSONNAGE COMBATTANT ; ONCLE VANIA, mis en scène par Christian BENEDETTI ; REGARDE REGARDE ; DE TOUS TES YEUX, mis en scène par Brigitte JACQUES ; LES OISEAUX, mis en scène par Jean Louis BARRAULT ; MON FAUST, de Paul VALÉRY,  mis en scène par Pierre FRANCK ; IL FAUT PASSER PAR LES NUAGES, mis en scène par Lucian PINTILIE ; L’IMPOSTURE de Georges BERNANOS, mis en scène par Brigitte JACQUES ; FRAGMENTS D’UNE LETTRE D’ADIEU LUS PAR DES GÉOLOGUES de Normand CHAURETTE, mis en scène par de Gabriel GARRAN (1990) ; LES BACCHANTES d’EURIPIDE,  mis en scène par Philippe ADRIEN (1991) ; ROBERTO ZUCCO, mis en scène par Bruno BOEGLIN (1991) ; LES SILENCES DU QUATUOR CONRAD, mis en scène par Gabriel GARRAN et Pascale ROZE (1991) ; AUTOMNE ET HIVER, mis en scène par Antoine JULIENS (1994).

 

ARTICLE

  

LE MONDE du 07/02/2009 

  

Jean Martin, par Brigitte Salino

 

La dernière voix de la création d’En attendant Godot s’est tue. Le comédien Jean Martin, qui jouait le rôle de Lucky quand la pièce de Samuel Beckett a été présentée pour la première fois, en 1953, est mort d’un cancer, à Paris, lundi 2 février. Il avait 86 ans. Sa longue carrière, discrète et passionnante, traverse cinquante ans de théâtre (dont la riche période du théâtre d’avant-garde des années 1950), de télévision et de cinéma. Pour ce qui est du grand écran, Jean Martin restera, en particulier, comme le commandant Mathieu de La Bataille d’Alger, de Gillo Pontecorvo, en 1966, un film en phase avec les engagements politiques de l’acteur. Né le 6 mars 1922, Jean Martin était issu d’une famille berrichonne, mais il a passé une partie de son enfance à Biarritz, où son père était employé chez un fourreur chic. Pendant la seconde guerre mondiale, le jeune homme se cache pour échapper au STO (service du travail obligatoire), qui l’aurait conduit en Allemagne. En 1943, il tourne dans un premier film, Cécile est morte, de Maurice Tourneur. Dix ans plus tard, il entre dans l’Histoire en rejoignant Roger Blin, qui met en scène En attendant Godot au Théâtre Babylone, une salle parisienne de la rive gauche tenue par Jean-Marie Serreau. Dans ses mémoires, Roger Blin rapporte que le Babylone était en faillite, et que Serreau lui avait dit : “Je vais fermer boutique, autant finir en beauté.” Ce fut le cas, au-delà des espérances. Les réactions outrées de certains spectateurs, qui trouvaient qu’on se moquait d’eux avec cette attente sans fin de deux hommes au bord d’une route, ont créé un scandale qui a attiré le public. La bombe Godot était lancée. Elle allait changer la face du théâtre, en introduisant sur les scènes une vision du monde d’après Hiroshima. Tous les témoignages de l’époque s’accordent : Jean Martin était “hallucinant” dans le rôle de Lucky. Pendant son monologue, il tremblait de la tête aux pieds, créant un tel effroi que certains quittaient la salle. Jean Martin était cette présence singulière qu’il a conservée par la suite. Très grand, très mince, avec les yeux un peu exorbités qui lui conféraient une étrangeté parfois inquiétante, toujours lucide. Samuel Beckett l’appréciait énormément. La création de Godot a scellé entre l’auteur et le comédien le début d’une longue relation. En 1970, Beckett a dirigé lui-même Jean Martin dans La Dernière Bande. Il en fut de même avec Roger Blin, dont Jean Martin fut un indéfectible compagnon de route. Roger Blin a joué dans Le Gardien, d’Harold Pinter, que Jean Martin a été le premier à mettre en scène en France, en 1961. Il avait retrouvé Blin pour la création de Fin de partie, de Beckett, en 1957. Il y a des comédiens plus célèbres que Jean Martin. Mais rares sont ceux qui, comme lui, représentent un monde, aujourd’hui disparu : la mouvance de la deuxième génération des surréalistes, lisant André Masson, Georges Bataille, Paule Thévenin, Arthur Adamov… Beaucoup d’entre eux se retrouvent sur la liste du Manifeste des 121. Publié le 6 septembre 1960 dans le magazine Vérité-Liberté, ce texte rassemble 121 intellectuels, universitaires et artistes, qui réclament le “droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie”. Ils prennent le parti de l’indépendance, dénoncent la torture et la politique du général de Gaulle. Comme de nombreux signataires (Laurent Terzieff, Simone Signoret, Alain Cuny…), Jean Martin paie son engagement : il est de fait interdit de radio ou de télévision, sans que cela n’ait été notifié officiellement. Six ans plus tard, Jean Martin est le seul comédien professionnel de La Bataille d’Alger, tourné par l’Italien Gillo Pontecorvo. Son personnage de commandant rappelle le général Massu. La charge que représente le film contre les méthodes militaires françaises en Algérie vaut à La Bataille d’Alger d’être interdit en France, en 1966. Cette même année, le film reçoit le Lion d’or au Festival de Venise, et le Prix de la critique à Cannes. Quand il sort à Paris, en 1971, le cinéma Saint-Séverin est plastiqué. En province aussi, des troubles ont lieu. Le film est retiré des écrans. Il faudra attendre 2004 pour qu’il ressorte en salles. Homme de culture : Jean Martin n’avait pas la réputation d’un comédien facile. Il était exigeant. Au cinéma et à la télévision, son physique lui a souvent valu de jouer les prêtres, évêques, ou personnages officiels. Il aimait particulièrement se souvenir de Jacques Rivette, avec lequel il a tourné Paris nous appartient (1960), et La Religieuse (1966) ; d’Alain Resnais, qui l’a dirigé dans Je t’aime, je t’aime (1968), et de Sergio Leone (Mon nom est personne, réalisé avec Tonino Valerii, 1973). Mais il a aussi tourné avec Roberto Rossellini (il est Ponce Pilate dans Le Messie, 1975), Fred Zinnemann (Chacal, 1973), Otto Preminger (Rosebud, 1975). Au théâtre, il a travaillé aussi bien avec Jean-Louis Barrault (Les Nuits de Paris, 1975) que Bruno Boëglin, pour la création très mouvementée de Roberto Zucco, de Koltès, en 1991. Il a aussi fait beaucoup de radio. Jean Martin habitait un cinquième étage sans ascenseur, rue de Lille, dans le 7e arrondissement de Paris. Il n’a jamais déménagé, à cause des milliers de livres qu’il possédait. Homme de culture, il avait une passion pour la République de Weimar, le cabaret allemand et la musique de Kurt Weill, dont il était un fin spécialiste. Depuis des années, il travaillait à un livre sur Beckett à propos duquel il possédait beaucoup de documents inédits. Ce travail devrait être édité prochainement. Dates : 6 mars 1922 : Naissance à Paris ; 1952 : Joue “La Parodie” d’Arthur Adamov, à sa création ; 1953 : Crée le rôle de Lucky dans d'”En attendant Godot”, de Samuel Beckett ; 1960 : Signe le Manifeste des 121 sur la guerre d’Algérie ; 1961 : Met en scène “Le Gardien”, d’Harold Pinter ; 1966 : Joue dans le film de Gillo Pontecorvo “La Bataille d’Alger”; 2 février 2009 : Mort à Paris.

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Roland Lesaffre

Roland Lesaffre dans “Il faut vivre dangereusement”

Annonce de la mort de Roland Lesaffre, le 3 février dernier, à l’âge de 82 ans. Son physique de baroudeur-charmeur – c’était un grand sportif et champion en boxe et en natation, il était d’abord militaire dans la marine pendant 5 ans -. en faisait un successeur idéal du comédien Roland Toutain. Il suit des cours de comédie auprès de Maurice Escande, Gabrielle Fontan, et Jean Marchat. En 1991, il fera le récit de cette jeunesse dans un livre de souvenir “Le mataf” (éditions Pygmalion-Gérard Watelet). Marcel Carné le prend dès ses débuts sous son aile, et lui confie un rôle de boxeur prometteur face à Jean Gabin. Une rencontre déterminante qui commença pourtant plutôt mal, quand Lesaffre rencontre un photographe connu en Indochine qui lui proposa de faire un tour aux studios de Joinville. “…Mon ami photographe me dit : « Va donc voir Carné, il te trouvera peut-être du boulot ». L’après-midi je rentre sur le plateau B qu’on m’avait indiqué et je vois un petit bonhomme assis sur un perchoir à deux mètres du sol. Soudain il m’aperçoit (c’était Carné) et se met à hurler : « Qu’est-ce que c’est que ce c… là ? Sortez-le moi s’il vous plaît et en vitesse ! » Un type me prend par le bras en me disant : « Vous ne voyez pas qu’il y a le rouge ? » « Quel rouge » – « Je vous prie de quitter le plateau » – « Mais je suis venu voir mon pote Gabin » – « Tout à l’heure maintenant, sortez ! «  Une heure après, à la cantine, Gabin me rejoignait et on tombait dans les bras l’un de l’autre. Puis il m’a présenté à Carné : « Un copain du Sirocco, il est dans la mélasse. Fais lui faire un peu de figuration. C’est comme ça que j’ai débuté dans “La Marie du port”, à mille franc par jour” (Ciné-Paris, 1966) (1). La critique le remarque comme André Bazin, dans “Radio-Cinéma” (1) : “Il y a dans le personnage de Lesaffre quelque chose de Gabin jeune. Du Gabin de “Gueule d’amour” et de “Pépé le Moko”, mais sans la force grave, l’espèce de sagesse du malheur qui domine justement maintenant en Gabin vieux”. Il restera associé à Marcel Carné, qui en fit son acteur fétiche jusqu’à Mouche (1992), un film inachevé d’après Guy de Maupassant, avec Virginie Ledoyen et Wadeck Stanczak. On retiendra ses rôles de maître-chanteur et délateur dans “Thérèse Raquin”, de suspect victime des brutalités policières dans “Les assassins de l’ordre” et celui du bedeau dans le curieux “La merveilleuse visite”, accueillant un ange déchu dans un village breton. Il se marie avec la comédienne Yoko Tani en 1956, et tente sa chance en Italie sans trop de succès, René Tabès parle même de sa prestation dans “La saison cinématographique 1962” : “…On rit pourtant beaucoup en voyant “La fille des Tartares” surtout au moment de la conversion de celle-ci et dans les scènes où le pauvre Roland Lesaffre cesse de faire de la figuration pour dire quelques mots”. On le vit aussi en géologue dans un “space-opera” fauché “Destination planète Hydra”, qui connu une programmation tardive en France en 1974.  Volontiers sous-estimé par la suite, il se fera plus rare à l’écran, mais on le revit volontiers jouer la carte de l’autodérision en malabar bourlingueur et mal en point dans un train de nuit dans “Il faut vivre dangereusement” (Claude Makovksi, 1975). Ces derniers temps, on le revit surtout à la télévision et au cinéma dans le rôle du père de Bernadette Soubirous dans deux redoutables films de Jean Delannoy, dont le deuxième opus ne semble avoir connu une sortie en salles qu’à Lourdes. Ce sympathique comédien valait mieux que sa réputation, mais son “amitié” avec Marcel Carné semble avoir nuit finalement à sa carrière. Tout comme Jacques Mazeau et Didier Thouart dans l’excellent “Les grands seconds rôles du cinéma français” (Éditions Pac, 1984) : “On peut se demander pourquoi Roland Lesaffre va connaître une carrière à ellipses. Ce n’est pourtant pas faute de ne pas s’incarner totalement dans la peau de ses personnages. Garçon de café dans “Casque d’or” il fait un stage d’un mois dans un bistrot. Mécano dans « Les tricheurs », il se fait engager dans une station-service. Pour “Du mouron pour les petits oiseaux”, il se promène pendant trois semaines avec l’Armée du Salut, et pour “Le bluffeur”, il s’initie dans les coulisses du Lido aux mystères de la prestidigitation. Curé dans “La jeunesse aux pieds nus” tourné, tourné au Japon, il a de fréquents entretiens avec des missionnaires français. Pilote dans « Trois chambres à Manhattan, il reste quinze jours à Orly ; flic dans “L’or du duc”, il fait un stage aux commissariat du dix-huitième…”. A lire son portrait dans le site “La bande à Carné” très complet sur sa “carrière” qui a également la bonne idée d’y faire figurer l’intégralité des “Immortels du cinéma” tiré de “Ciné-Revue”, par Joe Van Cottom et un article de “Jeunesse et cinéma”. Remerciements à Yvan Foucart.

(1) cités dans “Les grands seconds rôles du cinéma français”.

 

  Photo source : Agence Christian Juin

Filmographie établie avec Armel de Lorme : 1949  La Marie du port (Marcel Carné, rôle coupé au montage) – 1950  L’étrange Madame X (Jean Grémillon) – Juliette ou la clef des songes (Marcel Carné) – Parigi è sempre Parigi (Paris est toujours Paris) (Luciano Emmer) – 1951  Casque d’or (Jean Becker) – 1952  Nous sommes tous des assassins (André Cayatte) – 1953  Thérèse Raquin (Marcel Carné) – Quand tu liras cette lettre (Jean-Pierre Melville) – L’amour d’une femme (Jean Grémillon) – 1954  Navigation marchande (Georges Franju, CM, voix du récitant) – L’air de Paris (Marcel Carné) – To catch a thief (La main au collet) (Alfred Hitchcock) – 1955  Si Paris nous était conté (Sacha Guitry) – Soupçons (Pierre Billon) – 1956  La loi des rues (Ralph Habib) – Crime et châtiment (Georges Lampin) – Fukuaki no sheishun / La jeunesse aux pieds nus (Senkichi Taniguchi, inédit en France) – 1957  Méfiez-vous fillettes (Yves Allégret) – Filous et compagnie (Tony Saytor) – La bonne tisane (Hervé Bromberger) – Le piège (Charles Brabant) – 1958  Les tricheurs (Marcel Carné) – Amour, autocar et boîtes de nuit (Walter Kapps) – 1959  Le septième jour de Saint-Malo (Paul Mesnier) – 1960  Terrain vague (Marcel Carné) – La fête espagnole (Jean-Jacques Vierne) – 1961  Les menteurs (Edmond T. Gréville) – Ursus e la ragazza tartara (La fille des Tartares) (Remigio Del Grosso) – 1962  Du mouron pour les petits oiseaux (Marcel Carné) – L’accident (Edmond T. Gréville) – 1963  Le bluffeur (Sergio Gobbi) – I desparati della gloria (Parias de la gloire) (Henri Decoin) – 1964  L’étrange auto-stoppeuse (Jean Darcy & Raoul André, inédit) – 1965  L’or du duc (Jacques Baratier) – Trois chambres à Manhattan (Marcel Carné) – Pas de panique (Sergio Gobbi) – 2 + 5 : Missione Hydra (Destination : planète Hydra) (Pietro Francisci) – 1967  Les jeunes loups (Marcel Carné) – Le bal des voyous (Jean-Claude Dague) – 1968  Les enfants de Caïn (René Jolivet, CM, inédit) – Traquenards (Jean-François Davy) – Maîtres chiens (Christian-Jaque, film d’entreprise) – Le bourgeois gentil mec (Raoul André) – L’amour, oui ! mais… / Les confidences d’un patron d’hôtel (Philippe Schneider) – 1970  Kiss (Jean Le Vitte) – Les coups pour rien (Pierre Lambert) – Le mur de l’Atlantique (Marcel Camus) – Les assassins de l’ordre (Marcel Carné) – 1973  La merveilleuse visite (Marcel Carné) – Maître Pygmalion ou comment devenir un bon vendeur (Jacques Nahum & Hélène Durand, film d’entreprise) – Il faut vivre dangereusement (Claude Makoski) – 1975  El avispero (Ramón Barco) – 1977  Le casque (Roger Legrand, CM) – 1980  Arch of Triumph (Daniel Mann, film inachevé) – 1981  Salut, j’arrive (Gérard Poteau) – 1985  Carné, l’homme à la caméra (Christian-Jaque, documentaire, + scénario) – 1987  Bernadette (Jean Delannoy) – Le jardin d’Alice (Charles Tible, CM) – 1988  Éternelle prison (Medhi Nassradine Haddaoui, CM) – Pauvre petit garçon (Allan Wisniewski, CM) – 1989  La passion de Bernadette (Jean Delannoy, film inédit en salles) – 1990  Noce (Didier Decoin, CM) – Dames galantes (Jean-Charles Tacchella) – 1991  Langlois monumental (Jacques Richard, CM, documentaire) – 1992  Mouche (Marcel Carné, film inachevé). Nota : Il est parfois crédité à tort “Ah ! les belles bacchantes” (Jean Loubignac, 1954) –  “Annuaire biographique du cinéma et de la télévision” édition 1962-1963 (Contact-éditions) – et pour “Le fantôme d’Henri Langlois” (Jacques Richard, documentaire, 2004).

Télévision (notamment) : 1960  Surprise-partie chez Mme Azais (André Leroux, CM) – 1965  Les survivants (Dominique Genée) – 1966  Allô police : L’affaire Dreux (Dominique Genée) – 1968  Les contes du chat perché (Arlen Papazian) – 1969  S.O.S fréquence 17 : Chien à abattre (Christian-Jaque) – 1971  Madame êtes-vous libre (Jean-Paul Le Chanois) – 1974  Eugène Sue (Jacques Nahum) – 1975  Les grands détectives : L’inspecteur Wens : Six hommes morts (Jacques Nahum) – 1977  La poupée de Ploubalay (Daniel Martineau) – La vie de Roland Lesaffre (Jean-Daniel Christophe, documentaire) – 1980  Opération trafics : La sainte famille (Christian-Jaque) – Au bout du chemin (Daniel Martineau) – 1981  Mon ami Socia (Daniel Martineau) – Ultimatum (Georges Farrel) – 1988  Le retour d’Arsène Lupin : Le triangle d’or (Philippe Condroyer) – 1983  Cinéma 16 : Venise attendra (Daniel Martineau) – 1990  Édouard et ses filles (Michel Lang) – Le gang des tractions : La java bleue (François Rossini) – 1994  Les nouveaux exploits d’Arsène Lupin : La robe de diamants (Nicolas Ribowski) – 1995  Quatre pour un loyer (un épisode).

Roland Lesaffre sur le tournage de “Terrain vague”

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Armand Meffre

Capture d’écran d’Armand Meffe dans “Quentin Durward”

Annonce de la mort d’Armand Meffre par le site des Gens du cinéma, le 22 janvier dernier à l’âge de 79 ans. Jacques Marquis dans le numéro 1253 de Télérama, du 19/01/1974, faisait de lui un portrait très juste : “J’ai déjà vu cette tête-là quelque part. C’était à la télé ; il y en avait plein le petit écran de ce colosse barbu et de son quintal d’intarissable bonhomie. C’était dans un de ces seconds rôles dont on se souvient longtemps. Parce qu’”il”, avait si bien la tête de l’emploi. Mais, voyez comme on est ingrat, je n’ai pas la mémoire des noms. Renseignement pris, il s’appelle Armand Meffre, il a quarante-cinq ans, le cheveu court et frisé, la barbe épaisse et la silhouette prospère. Compagnon admiratif de “L’illustre Maurin”, c’est un familier de la télévision (…). Méconnu malgré tout. Au théâtre, il a joué tous les grands auteurs classiques et contemporains. Il a adapté pour la radio des œuvrés italiennes. Il écrit. Il joue du violon. Et il parle…. Pas très bavard sur sa jeunesse, craignant le mauvais folklore. Mais naturellement loquace dès qu’il évoque ses rôles, les comédiens, le théâtre, et son Midi. Car ce comédien singulier, paysan d’origine et de constitution, prétend que si dans son métier on ne se préoccupe que de soi-même, on en arrive vite à ne plus faire que des grimaces.”. On apprend dans ce même numéro, son parcours atypique: il a débuté à l’âge de 27 ans, alors qu’il était agriculteur dans le Vaucluse. Il se confie ainsi : “On faisait le vin, les cerises et les asperges. Ça me plaisait. Mais j’ai toujours refusé toute fatalité. Je faisais du théâtre amateur, dans mon village, avec l’instituteur. Pendant que les autres troupes d’amateurs jouaient du Max Régnier ou du théâtre de boulevard, nous montions Marivaux, Jules Romains. C’était tout de même autre chose. Et puis je disais des poèmes. Je me souviens être allé à Cavaillon pour un radio-crochet avec des poèmes de Jehan Rictus ! Le gars, pas dupe du travail qu’il faisait m’a dit : “Tu vas te faire étendre mais, par contre, tu devrais faire du théâtre”. Un jour, des gens qui campaient dans mon village m’ont entendu dire des poèmes et m’ont conseillé d’aller voir [Roger]  Planchon à Lyon (…) Il m’a engagé à la première audition et il m’a confié tout de suite des rôles importants : Paolo Paolini, d’Adamov, Georges Dandin (de Molière). J’ai joué Ionesco, Brecht, Beckett”. Le cinéma l’engage parfois, mais c’est surtout à la télévision qu’il connaît une formidable popularité, notamment dans la série “Le théâtre de la jeunesse”. On le retrouve ainsi dans le rôle du truculent marin Pencroft dans “L’île mystérieuse” (1963) aux côtés de Georges Géret et Michel Etcheverry – le DVD est disponible chez Koba Vidéo -. Il est aussi un père qui garde sa dignité malgré la mort de sa fille face à Guy Tréjan  dans “Tribunal de l’impossible : La bête du Gévaudan” (1967), et un ecclésiastique goguenard dans “Quentin Durward” (1971). Mais il restera soucieux de ne pas se laisser enfermer dans des rôles de provençaux, même si son talent lui permettait d’illustrer la Provence de Marcel Pagnol comme celle de Jean Giono dans des adaptations. Il répond ainsi à la question “Votre accent méridional ne vous a pas gêné pour obtenir certains rôles ?” : “Non, dans la vie je m’exprime avec mon accent et j’y tiens. Mais j’ai horreur de la spécialisation. J’aurais très bien pu jouer la carte du Méridional. Or, ce qui est étonnant, c’est que pendant dix ans, n’ayant joué que des auteurs classiques ou contemporains, chaque fois que je me présentais pour un rôle de Méridional, on ne voulait pas de moi. Il a fallut que je joue un Marseillais dans “La clé des cœurs” à la télévision pour qu’on me confie des rôles de Méridionaux”. Il aimait aussi à se diversifier, comme écrivain, auteur de pièces de théâtre, scénariste pour la télévision et peintre : “Je n’ai jamais voulu courir le cacheton. Mais la liberté coûte cher. Je préfère la payer le prix. Et puis ma peinture après tout je la vends”. Il conclue ainsi l’entretien : “L’important c’est de rentrer sur une scène ou sur un plateau avec l’idée qu’au moment où l’on joue, on doit vous regarder. Sinon, ce n’est pas la peine d’entrer. Moi quand j’entre en scène je me dis que je suis le plus fort”. A lire un portrait très complet à son sujet sur le site Le répertoire des auteurs de théâtre. Sur le site des Gens du cinéma, on peut retrouver deux hommages par Yvan Foucart au sujet de Magali de Vendeuil et de Marie Glory décédées également en janvier.

Capture d’écran d’Armand Meffre et Guy Tréjan dans “La bête du Gévaudan”

Filmographie : 1959  Par-dessus le mur (Jean-Paul Le Chanois) – 1961  Le combat dans l’île (Alain Cavalier) – 1964  Monsieur (Jean-Paul Le Chanois) – La vieille dame indigne (René Allio) – 1968  Sous le signe du taureau (Gilles Grangier) – 1969  Heureux qui comme Ulysse… (Henri Colpi) – Trop petit, mon ami (Eddy Matalon) – Soleil O (Med Hondo) – 1972  Le moine (Ado Kyrou) – 1973  Le boucher, la star et l’orpheline (Jérôme Savary) – 1974  Verdict (André Cayatte) – 1976  Le pays bleu (Jean-Charles Tacchella) – 1979  Retour à Marseille (René Allio) – 1982  Le braconnier de Dieu (Jean-Pierre Darras) – Le grain de sable (Pomme Meffre) – 1984  J’ai rencontré le Père Noël (Christian Gion) – 1985  Jean de Florette (Claude Berri) – Manon des sources (Claude Berri) – 1987  Charlie Dingo (Gilles Béhat) – 1995  Le paradis des infidèles (Azize Kabouche, CM) – 1997  Charité Biz’ness (Thierry Barthes & Pierre Jamin). Télévision (notamment) : 1961  Le dernier petit ramoneur (Gérard Pignol, série TV) – Flore et Blancheflore (Jean Prat) – Le théâtre de la jeunesse : Un bon petit diable (Jean-Paul Carrère) – Les mystères de Paris (Marcel Cravenne) – 1962  Le théâtre de la jeunesse : Un pari de milliardaire (Marcel Cravenne) – 1963  Le théâtre de la jeunesse : L’île mystérieuse (Pierre Badel) – Le théâtre de la jeunesse : L’enfance de Thomas Edison (Jean-Christophe Averty) – 1964   Le théâtre de la jeunesse : Un matelot de nulle part (Marcel Cravenne) – 1965  Ubu roi (Jean-Christophe Averty) – Le théâtre de la jeunesse : Marie Curie : Le radium (Pierre Badel) –  Sylvérie ou les fonds hollandais (Michel Ayats) – 1966  Le théâtre de la jeunesse : La clef-des-cœurs (Yves-André Hubert) – Le théâtre de la jeunesse : L’homme qui a perdu son ombre (Marcel Cravenne) – Le théâtre de la jeunesse : La belle Nivernaise (Yves-André Hubert) – L’Arlésienne (Pierre Badel) – 1967  Le tribunal de l’impossible : Le bête de Gévaudan (Yves-André Hubert) – L’affaire Lourdes (Marcel Bluwal) – Le voleur d’enfants (Bernard Hecht) – Une aventure de Sherlock Holmes (Jean-Paul Carrère) – 1968  Les contes du chat perché (Arlen Papazian) – Sarn (Claude Santelli) – Le théâtre de la jeunesse : Ambroise Paré : Les victoires (Jacques Trébouta) – Cinq jours en automne (Pierre Badel) – 1969  Fortune (Henri Colpi) – En votre âme et conscience : L’affaire Fieschi (Claude Dagues) – La librairie du soleil (Edmond Tyborowski) – Mesure pour mesure (Marcel Bluwal) – 1970  Maurin des Maures (Claude Dagues) – Le tribunal de l’impossible : Un mystère contemporain (Alain Boudet) – Le chien qui a vu Dieu (Paul Paviot) – Les lettres de mon moulin (Pierre Badel) – 1971  Les nouvelles aventures de Vidocq : Échec à Vidocq (Marcel Bluwal) – & Les trois crimes de Vidocq (Marcel Bluwal) – Quentin Durward (Gilles Grangier) – Tang (André Michel) – Le voyageur des siècles : Le bonnetier de la rue Tripette (Jean Dréville) – 1972  Dimanche volé (Gérard Chouchan) – Paix à ses cendres (Guy Lessertisseur) – Alberte (Sverre Udnaes) – 1973  L’éducation sentimentale (Marcel Cravenne) – L’hiver d’un gentilhomme (Yannick Andréi) – L’illustre Maurin (Claude Dagues) – 1974  Les faucheurs de marguerites (Marcel Camus) – 1975  Azev : Le tsar de la nuit (Guy Lessertisseur) – 1976  Les lavandes et le réseda (Jean Prat) – Le sanglier de Cassis (Carlo Rim) – 1980  Un jour de presqu’hiver (Christian Marc) – La fin du Marquisat d’Aurel (Guy Lessertisseur) – Colline (Lazare Iglésis) – 1981  Le chèvre d’or (Jean Dasque) – Ursule Mirouët (Marcel Cravenne) – 1982  Vivre ma vie (Georges Ferraro) – Bonbons en gros (François Dupont-Midy) – 1984  Série noire : Cœur de hareng (Paul Vecchiali) – Cinéma 16 : Un village sous influence (Alain Boudet) – 1989  Il professore : Diva (La diva et le professeur) (Steno) – Il professore : Polizza droga (Steno) – 1990  L’ami Giono : La solitude de la pitié (Marcel Bluwal) – L’ami Giono : Joffroy de la Maussan (Marcel Bluwal) – La mort de Danton (Guy Seligmann) – 1993  Young Indiana Jones chronicles (Les aventures du jeune Indiana Jones) : Paris 1908 (René Manzor & Carl Schultz) – 1994  La grande collection : Goupil-mains rouges (Claude Goretta) – 1996  Dans un grand vent de fleurs (Gérard Vergez) – La comète (Claude Santelli) – 1997  Des mouettes dans la tête (Bernard Malaterre) – 1998  La clé des champs (Charles Nemes) – Divers : 1997  Marciel monte à Paris (Marc Hollogne, pièce de cinéma-théâtre). Scénariste TV : 1976  Les lavandes et la liberté (Jean Prat) – Batailles pour les lavandes (Jean Prat) – 1979  La fin du Marquisat d’Aurel (Guy Lessertisseur) – 1985  Le soleil des autres (Guy Jorré). Remerciements à Armel de Lorme.

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Pat Hingle

Annonce de la mort de Pat Hingle, le 3 janvier dernier, des suites d’un cancer du sang à l’âge de 84 ans, dans la ville côtière Caroline Beach. Il y vivait depuis le tournage de l’unique film comme réalisateur de Stephen King, “Maximum overbride” (1986). Ce comédien né en 1924 à Denver au Colorado, campait souvent des personnages à la force tranquille. On l’imagine immédiatement représentant l’ordre et la raison, dans des rôles de routiers, juges ou policiers. Issu de l’Actor’s Studio, s’il fut très attaché au théâtre, on le vit aussi très souvent sur le petit écran. Il fait une rencontre déterminante au théâtre avec Elia Kazan, qui le met en scène dans une pièce de William Inge “The dark at the top of the stairs”, qui lui valut une nomination aux Tony Awards, en 1958. Il retrouvera Kazan, qui l’appréciait beaucoup, et lui confie le rôle du père de Warren Beatty, dans “La fièvre dans le sang” (1961) contrariant ses amours avec Natalie Wood, pour le pousser à poursuivre ses études à l’université. Il sera au final victime du grand krach de 1929. Il dut surmonter un grave accident en 1960 – voir l’hommage ci-dessous de Philippe Garnier dans “Libération” -. Il trouve l’un de ses meilleurs rôles dans “Norma Rae” (1979) en ouvrier, père de Sally Field, la recueillant chez lui ainsi que ses deux enfants, pour qu’ils puissent subvenir à une dure existence dans une petite bourgade américaine conservatrice. Tim Burton l’appelle pour camper le commissaire Gordon, pour deux nouvelles et brillantes adaptations du personnage de “Batman”. Il rempilera tout comme Michael Gough qui joue le valet Alfred, dans deux autres opus – au-delà du navrant – signés Joel Schumacher. Son rôle le plus surprenant reste celui de Bobo Justus, dans une excellente adaptation du roman de Jim Thompson “Les arnaqueurs” (1990), signée Stephen Frears. Celui-ci détourne avec habilité son personnage habituel de père tranquille, pour en faire un bookmaker violent arnaqué par Angelica Huston. On se souviendra avec effroi, de sa manière de se venger violemment quand il la bat avec des oranges entourées d’une serviette, manière de tuméfier encore plus son visage, tant il est revanchard. Annonce également de la mort de Claude Berri et Michel Vianey. Bibliographie : “Quinlan’s character stars”, par David Quinlan (Reynolds & Hearn Ltd, 2004); “Pat Hingle, fin de bobine, par Philippe Garnier” (Libération du 8/01/2009).

Filmographie : 1954  On the waterfront (Sur les quais) (Elia Kazan) – The long gray line (Ce n’est qu’un au revoir) (John Ford) – 1957  The strange one (Demain ce seront des hommes) (Jack Garfein) – No down payment (Les sensuels) (Martin Ritt) – 1961  Splendor in the grass (La fièvre dans le sang) (Elia Kazan) – 1963  The ugly american (George Englund) – All the way home (Alex Segal) – 1964  Invitation to a gunfighter (Le mercenaire de minuit) (Richard Wilson) – 1966  Nevada Smith (Id) (Henry Hathaway) – 1967  Hang ‘em high (Pendez-les haut et court) (Ted Post) – Sol Madrid (Les corrupteurs) (Brian G. Hutton) – 1968  Jigsaw (James Goldstone, téléfilm diffuse en salles) – 1969  Bloody Mama (Id) (Roger Corman) – Norwoood (Jack Haley Jr.) – 1970  WUSA (W.U.S.A.) (Stuart Rosenberg) – 1972  The Carey treatment (Opération clandestine) (Blake Edwards) – 1973  Nightmare honeymoon (Elliot Silverstein) – Happy as the Grass was Green ( Charles Davis) – One little indian (Un petit indien) (Bernard McEveety) – The super cops (Super flics) (Gordon Parks) – Running wild (Robert McCahon, + producteur associé) – 1976  Independence (John Huston, CM) – 1977  The Gauntlet (L’épreuve de force) (Clint Eastwood) – 1979  Elvis (Le roman d’Elvis) (John Carpenter, initialement diffusé comme téléfilm) – Norma Rae (Id) (Martin Ritt) – Running scared (Paul Glicker) – When you comin’ back, Red Ryder (Milton Katselas) – 1980  Running Brave (D.S. Everett & Donald Shebib) – 1982  The act (Sig Shore) – 1983  Going Berseck (David Steinberg) – Sudden impact (Le retour de l’inspecteur Harry) (Clint Eastwood) – 1984  The falcon and the snowman (Le jeu du faucon) (John Schlesinger) – 1985  Brewster’s millions (Comment claquer un million de dollars par jour) (Walter Hill) – 1986  Maximum Overdrive (Id) (Stephen King) – Gringo mojado (Ricardo Franco) – 1987  Baby Boom (Id) (Charles Syer) – 1989  Batman (Id) (Tim Burton) – The grifters (Les arnaqueurs) (Stephen Frears) – 1992  Batman returns (Batman, le défi) (Tim Burton) – 1993  Lightning Jack (Jack l’éclair) (Simon Wincer) – 1994  Batman forever (Id) (Tim Burton) – 1995  The quick and the death (Mort ou vif) (Joel Schumacher) –  1996  Larger than life (Un éléphant sur les bras) (Howard Franklin) – Bastard out of Carolina (Anjelica Huston, téléfilm diffuse en salles) -1997  Horror story (Alexander Johnston) – Batman and Robin (Batman et Robin) (Joel Schumacher) – A thousand acres (Secrets) (Jocelyn Moorhouse) – 1998  The hunter’s moon (Richard Weinman) – 1999  Muppets from space (Les Muppets dans l’espace) (Tim Hill) – 2000  Morning (Ami Canaan mann) – Shaft (Id) (John Singelton) – The angel doll (Titre TV : L’ange de Noël) (Alexander Johnson, + producteur executif) – 2001  Road to redemption (Robert Vernon) – The greatest adventure of my life (Dorian Walker) – 2006  Two tickets to paradise (D.B. Sweeney) – Talladega (Rick Bobby : roi du circuit) (Adam McKay) – Waltzing Anna (Doug Bollinger & Bx Giongrete) – 2007  The list (Gary Wheeler) – Undowing time (Sheila Brothers & R.R. Gee). Voxographie : 1960  Wild river (Le fleuve sauvage) (Elia Kazan, voix du récitant) – 1978  American lost and found (Lance Bird, voix du récitant) – 1988  The land before time (Le petit dinosaure et la vallée des merveilles) (Don Bluth, animation) –  Télévision (notamment) : 1954  Suspense : Smoke (Robert Mulligan) – 1964  Carol from another Christmas ( Joseph L. Mankiewicz) – 1966  The glass menagerie ( Michael Elliott) – 1969  The ballad of Andy Crocker (George McGowan) – 1970  A  clear and present danger (James Goldstone) – 1971  The city ( Daniel Petrie) – Sweet, sweet Rachel (Sutton Roley) – All the way home (Fred Coe) – If tomorrow comes (George McGowan) – 1973  Trouble comes to town ( Daniel Petrie)  – 1974  The Last Angry Man (Jerrold Freedman) – 1975  Twist (Alan Arkin & Clark Jones) – 1976  The secret life of John Chapman (David Lowell Rich) – 1977  Escape from bogen country (Steven Hilliard Stern) – Sunshine Christmas (Glenn Jordan) – Tarantulas : The deadly cargo (Vidéo : Tarentules : Le cargo de la mort) (Stuart Hagmann) – 1979   Stone (Corey Allen) – When hell was in session (Paul Krasny) – Disaster on the coastliner (Richard C. Sarafian) – 1980  Wild times (Richard Compton) – Off the Minnesota strip (Lamont Johnson) – 1981  Of mice and men (Reza Badiyi) – The private story of a campaign that failed (Peter H. Hunt) – 1982  Washington mistress (Peter Levin) – Bus stop (Peter H. Hunt) – 1983  The fighter (David Lowell Rich) – 1985  Noon wine (Michael Fields) – The lady from yesterday (Robert Day) – The lady from yesterday (Robert Day) – The rape of Richard Beck (Karen Arthur) – 1986  Casebuster (Wes Craven) – Manhunt for Claude Dallas  (À la poursuite de Claude Dallas) (Jerry London) – 1987  LBJ : The early years (Peter Werner) – 1988  Stranger on my land (Larry Elikann) – The town Bully (Noel Black) – 1989  Everybody’s baby : The rescue of Jessica McClure (Mel Damski) – 1990  Beanpole (Linday Day) – Not of this world (Shock invader) (Jon Hess) – 1992  Citizen Cohn (Frank Pierson) – The habitation of dragons (Michael Lindsay-Hogg) – 1994  One Christmas (Tony Bill) – Against her will : The Carrie Buck Story (John David Coles) – 1995  Truman (Frank Pierson) – 1997  The member of the wedding (Fielder Cook) – The Shinning (Shinning) (Mick Garris) – 2000  The runaway (Le prix du courage) (Arthur Allan Seidelman).