Skip to main content

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Marc Rioufol

Marc Rioufol – Photo DR (source Artmédia)

Marc Rioufol est mort en juillet dernier à l’âge de 49 ans. Ce comédien et touche à tout – il aidait sa femme Gabriella à la gestion de sa société de vêtements Antik Batik – était à l’aise dans des univers très différents. Il approche le cinéma dans les années 90, par le biais d’un documentaire de 26 mn, « Clean time, le soleil en plein hiver », tourné sur 4 ans, où il témoigne de ses problèmes d’addiction passés, alcool et drogues. Il approche le métier en assistant aux stages  de comédie Bernadette Lafont à Nîmes – qu’elle lui donne à titre gracieux – puis il suit des cours d’improvisation à la L.I.F., et à l’atelier Blanche Salant avec Valentine Cohen.  À partir des années 90, il devient une figure aisément reconnaissable, faisant le grand écart, passant de personnages troubles dans des films souvent transgressifs à des fictions plus conformistes. Il campe souvent des personnages un peu dandy et désinvoltes, qui sous une apparence policée dévoilent parfois des déviances ou des fêlures, mais aussi une sensibilité. Il est souvent séducteur, tel son personnage de « Dans ma peau » déclarant ainsi à Marina de Van qu’il drague lors d’une soirée dansée « avec moi on ne déjeune pas on dîne ! ». Il participe au sulfureux film « Baise-moi », il y est un architecte victime des deux héroïnes, et qui, bourgeois aisé, tente d’utiliser l’empathie pour désamorcer en vain la menace. Son talent s’affirme, il tourne souvent. Il dira dans son livre « Moi, je suis comédien. Comment peux-tu jouer des scènes de viol avec un faux chibre en bataille, tourner dans « Baise-moi » ou faire une (fausse) minette à Emmanuelle Béart et accepter des guests pour TF1 ? Je me fiche de l’image que je donne, je fais mon métier, j’ai même joué Chirac récemment (1) dans un film américain. Il faut dire que je ne déifie pas ce boulot, ni ceux qui le font ». Il est toujours convaincant quel que soit le support en veuf, père abusif, qui tombe en syncope quand sa fille flirte un peu trop près avec son galant dans « Meurtrières »,  ou en suspect récalcitrant, mari d’une femme assassinée de manière atroce dans un épisode de « Sur le fil ». Il est particulièrement réjouissant dans « Holiday », en pervers masochiste, où sa réplique « Écoutez, c’est embarrassant, mais vous n’auriez pas un morceau de corde ? » fait mouche. En mars 2011 paraît son autobiographie sur ses problèmes d’addictions « Tox » chez Robert Laffont, un livre sans complaisance, traité avec l’humour qui le caractérise habituellement. C’est un témoignage précieux, et exemplaire, sur une saisissante descente aux enfers. Il s’y montre à nu et toujours avec lucidité et esprit, nous faisant comprendre pourquoi il arrive toujours à rendre attachants voire intéressants ces personnages parfois fats, mondains ou exaltés. On le voit également à la fin de « Une pure affaire » témoignant de ses problèmes de drogue dans une association de dépendants, bouclant ainsi la boucle, l’humain rejoignant ainsi son travail de comédien. Plus d’informations sur son site officiel.

(1)   dans The special relationship

Dans « Clean time, le soleil en plein hiver »

Filmographie : 1996  Clean time, le soleil en plein hiver (Didier Nion, CM) – Jeunesse (Noël Alpi) – 1997  Le septième ciel (Benoît Jacquot), Cantique de la racaille (Vincent Ravalec) – 1998  Innocent (Costa Natsis), Belle maman (Gabriel Aghion), L’amour dans les aunas hétérosexuel (Vincent Ravalec, CM) – 1999  La vie moderne (Laurence Ferreira-Barbosa) – Le secret (Virginie Wagon) – Entre nous (Serge Lalou) – Baise-moi (Virginie Despentes & Coralie Trinh Thi) –  2000  Ça ira mieux demain (Jeanne Labrune) -, Malraux tu m’étonnes ! (Michèle Rosier) – Des ombres dans la tête (Sergi Pescei, CM) – 2001  Une affaire privée (Gillaume Nicloux) – Dans ma peau (Marina de Van) – Une fausse image de moi (Grégoire Vigneron, CM) – Blanche (Bernier Bonvoisin) – 2002  Mauvais esprit (Patrick Allessandrin) -2003  Nathalie… (Anne Fontaine) – La confiance règne (Étienne Chatiliez) – 2004  Pour le temps que ça dure (Cyril Bedel, CM) – Tu vas rire mais je te quitte (Philippe Harel) – 2005  Fauteuils d’orchestre (Danièle Thompson) – Entre elle et moi (Emili Grandperret, CM) – Les bronzés 3, amis pour la vie (Patrice Leconte) – Meurtières (Patrick Grandperret) – Les irréductibles (Renaud Bertrand) – 2006  Le candidat (Niels Arestrup) – Fragile(s) (Martin Valente) –  Avant que j’oublie (Jacques Nolot) –  Roman de gare (Claude Lelouch) – Ce que mes yeux ont vu (Laurent de Bartillat) – 2007  48 heures par jour (Catherine Castel) – Les randonneurs à Saint-Tropez (Philippe Harel) – Secret défense (Philippe Haïm) – 2008  Le code a changé (Danièle Thompson) – Rapt (Lucas Belvaux) – 2009  Complices (Frédéric Mermoud) – 2009  Opération Saint-Esprit (Séverine Ferrer) – La rafle (Rose Bosch) – Holiday (Guillaume Nicloux) – American Translation (Pascal Arnold & Jean-Marc Barr) – 2010  Une pure affaire (Alexandre Coffre) – Toutes nos envies (Philippe Lioret) – 2011  Les seigneurs (Olivier Dahan).

Télévision (notamment) : 1996  Les loups dans la bergerie (Yves Amoureux) – Mes plus belles vacances (Éric Summer) – 1998  Boulevard du Palais : Le prix d’un enfant (Jacques Malaterre) – La justice de Marion : Les filles de Vincennes (Thierry Binisti) – 1999  Psy d’urgence (Edwin Bailly) – Une famille formidable : Le grand départ (Joël Santoni) – Éve Castelas (Renaud Bertrand) –Avocats et associés (Philippe Triboit, 2 épisodes) – Mary Lester : Meurtre en retour (Philomène Esposito) – Mes pires potes (1 épisode) – Highlander : The Raven (L’immortelle) : The Ex-Files (Denis Berry) – Sous le soleil : La reconquête (Sylvie Aymé) – 2000  Les Cordier juge et flic : Dette mortelle (Alain Wermus) – L’héritière (Bernard Rapp) – Cordier juge et flic : Dette mortelle (Alain Wermus) – P.J. : Règlement de compte (Gérard Vergez) – Vent de poussières (Renaud Bertrand) –  2001  Une femme d’honneur : Mort programmée (David Delrieux) – Ma mère avait raison (Thierry Binisti) – Groupe flag (Éric Summer, saison 1) – Retour de flammes (Diane Bertrand) – 2002 Mère, fille : Mode d’emploi (Thierry Binisti) – Double flair (Denis Malleval) – Par amour (Alain Tasma) – Caution personnelle / La belle affaire (Serge Meynard) – Les bottes (Serge Meynard) – Boulevard du Palais: Les murmures de la forêt (Renaud Bertrand) – Une Ferrari pour deux (Charlotte Brandström) – 2003  Un homme idéal (Christine Leherissey) – Sœur Thérèse.com : Maman en fuite (Joyce Buñuel) – Lola, qui es-tu Lola ? (Éric Summer, Hervé Renoh et Michael Hassan) – La crim’ : Derrière le miroir (Denis Amar) – 2004 Dolmen (Didier Albert, série TV) –  Péril imminent : Mortel chahut (Arnaud Sélignac) – La nuit du meurtre (Serge Meynard) – Commissaire Valence : Double face (Jean-Luc Breitenstein) – La nuit du meurtre (Serge Meynard)  – À trois c’est mieux (Laurence Katrian) – La désobéissance (Patrick Volson) –  2005  Groupe flag : Promenade de santé (Michel Hassan) – La crim’ : Non intégré (Éric Woreth) –  Les clés du paradis (Laurent Jaoui) – R.I.S. – Épisode 4 (Laurence Katrian) – La reine Sylvie (Renaud Bertrand) – Jeff et Léo, flics et jumeaux : Meurtre en blanc (Olivier Guignard) –  2006  Le temps de la désobéissance (Patrick Volson) – Sécurité intérieure : L’échange (Patrick Grandperret) – Les Bleus – Premiers pas dans la police (Dommage collatéral (Vincent Monnet) – La reine Sylvie (Renaud Bertrand) – 2007  Sur le fil : (Frédéric Berthe) – Louis Page : Dans la peau d’un autre (Christophe Chevliar) – La vie devant nous, sept ans après : L’heure de gloire (Patrick Grandperret, série TV) – Commissaire Cordier : Coeur solitaire (Régis Musset) – Vénus et Apollon (Pascal Lahmani, saison 2) – Clara Sheller (Alain Berliner, saison 2) – Engrenages (Gilles Bannier, saison 2) – Paul et ses femmes (Elisabeth Rappeneau) –  New wave (Gaël Morel) – 2008  Marie-Octobre (Josée Dayan) – Un singe sur le dos (Jacques Maillot) – 2009  X femmes : Pour elle / Transport amoureux (Bianca Li, CM) – Profilage : Derrière le masque (Éric Summer) -The special relationship (Richard Loncraine) – 2010  Enquêtes résérvées : Épisode 18 (Gérard Cuq) – Dans la peau d’une grande (Pascal Lahmani) – Accident de parcours (Patrick Volson) – 2011  Pour Djamilla (Caroline Huppert) – Nos retrouvailles (Josée Dayan) – Les virtuoses (Cible troublante) (Claude-Michel Rome).

Voxographie TV : 1999  Les enfants de l’an 2000 : le tour du monde de Fleur de Lampaul (Charles Hervé-Gruyer, série documentaire, récitant) – 2003  Dans le sillage des jonques (Roland Savoye, documentaire, récitant).

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Jean-Claude Rémoleux

Jean-Claude Rémoleux dans « Litan »

1er avril 2010, une salle du Conservatoire régional de l’image de Nancy a été baptisée du nom de Jean-Claude Rémoleux « cet acteur singulier et sympathique au crâne chauve et à l’élocution particulière » (1), et là ce n’est pas du tout un poisson… Un groupe facebook fut même créé à l’occasion. Ce premier anniversaire est donc l’occasion de rendre hommage à une individualité fracassante. Beaucoup de personnes lui vouent un culte mérité, de Christophe Bier qui fit plusieurs hommages vibrant sur France Culture dans « Mauvais genres », au dessinateur Lefred Thouron en passant par Kafka-Francis Kuntz, grolandais bien connu. Depuis 25 ans, il existe une association « Marinella » – la chanson que fredonnait Rémoleux dans « La grande lessive », qui a pour but de promouvoir sa mémoire, il existe même un T-shirt à son effigie. Rémoleux crève l’écran à la moindre de ses apparitions, souvent en ahuri ahurissant, à la prononciation assez approximative. Flirtant avec l’inaudible, il est souvent adepte des onomatopées, et se révèle volontiers lymphatique. Armel de Lorme en fit son portrait dans son Aide-mémoire, volume 1, également disponible sur le web , qui en fit le portrait depuis sa première véritable apparition dans « Mon oncle ». Il faut le voir en égrillard spectateur d’une boîte de nuit qui participe à un groupe qui s’émoustille plus à la lecture d’une revue érotique qu’au spectacle vivant dans « Strip-tease », en élève dissipé d’un cours d’anglais, picoleur et égrillard dans « Bande à part », le candidat d’un jeu TV lunaire dans « Sans mobile apparent », ancien combattant hésitant dans « Na ! », ouvriers jumeaux le temps d’une apparition gag dans « Les Gaspard », ou notable balourd dans « Ils sont grands ces petits ». La découverte récente du DVD du formidable téléfilm de Jean L’Hôte « Confessions d’un enfant de chœur », nous permet de le voir encore plus délirant qu’à l’accoutumée en fou peignant les meubles en vert des gens dès qu’ils ont le dos tourné. Trois rencontres firent de lui un acteur ou non acteur c’est selon… culte ! Orson Welles tout d’abord qui lui confie avec Raoul Delfosse le rôle de l’un des bourreaux « radioactifs » d’Anthony Perkins dans « Le procès ». Pascal Aubier raconte la rocambolesque rencontre avec le grand metteur en scène dans son beau livre, voir citations jointes. Mocky lui donne une belle place dans ses films, l’affublant souvent de tenues l’engonçant dans des imperméables ou des cirés. Dans « La grande frousse ou la cité de la peur » (1964), il est un villageois sous cellophane, pilier de bar apeuré et inculte. Dans « La bourse et la vie » (1965), il est l’un des trois frères Robinhoude, comparses de Jean Poiret, du trio il se révèle le plus dubitatif devant des pérégrinations rocambolesques. Sa manière de dire « Mais alors, nous sommes tous de la Bourboule » est un absolu régal. A trois reprises, il fut avec Marcel Pérès, un des policiers adjoints de Francis Blanche. Il est l’auxiliaire ricaneur de Pérès dans « Un drôle de paroissien » (1963), en planque dans une église il lui lance la phrase culte «Comme dirait l’Évêque : ça pince, Monseigneur ! ». Il n’est pas très dégourdi dans « Les compagnons de la marguerite » (1966), plus prompt à trouver des graines afin d’attirer et manger les pigeons du quartier, plutôt que de mener des enquêtes. Dans « La grande lessive » (1968), le trio est toujours malmené, à la poursuite de Bourvil, chantonnant donc à longueur de temps « Marinella », de manière plus qu’essoufflée. Le duo est tellement grotesque, qu’il finira par se faire arrêter par un gendarme, ils sont pris pour des satyres, lors d’une poursuite sur les toits, après une pose voyeuriste. Il excelle aussi dans « L’étalon » (1969), il faut le voir en député, débarquer d’un bus avec une improbable moumoute, grosse lunettes et en faisant le V de la victoire, puis cueillant des fleurs, il nous amène dans les hautes sphères du surréalisme. Affligé de son habituel défaut d’élocution, il préfère s’exprimer avec des bruits de bouche, et quand il s’exprime enfin avec une infinie tristesse, il se définit en député muet. Il est un improbable cuistot et amateur de mouches et d’omelette à la banane (c’est un concept) ayant des rapports ambigus avec Jacques Dufilho dans le grinçant « Chut ! » (1971). En petit épargnant craintif, il trouve dans ce film l’un de ses meilleurs rôles, se rapprochant dangereusement de l’absurde en fermant des portes imaginaires… Il est un metteur en scène caractériel-mou dans « Un linceul n’a pas de poches » (1974), lunettes sur le front, dirigeant Sylvia Kristel, quelque peu anticonformiste, il souhaite une rencontre clandestine de nuit entre Jeanne D’Arc et le Roi d’Angleterre ! Dans « L’ibis rouge » (1975), il est de nouveau cuistot souffre-douleur de Jean Le Poulain et adepte du bras d’honneur. Il est un ouvrier rustre et musicien amateur quelque peu dissonant dans « Le roi des bricoleurs » (1976). Dans le « Témoin » (1978) il est doublé !, et en éboueur, indique sa route à Alberto Sordi. On le retrouve aussi en villageois inquiétant dans « Litan, la cité des spectres verts » (1981), comprenant le curieux patois d’une femme interrogée par Roger Lumont, et observateur muet et fantomatique d’un village pris dans un vent de folie. La troisième belle rencontre est celle avec Pascal Aubier, le temps de deux films. Dans « Valparaiso, Valparaiso » (1970),  il est le compère de Laszlo Sabo, ne pensant qu’à s’empiffrer et harcelant Alain Cuny en mettant un joyeux désordre. Il trouve son rôle le plus touchant dans « Le chant du départ » (1975), où il est l’un des membres d’une pension de famille, formant au final, une sorte de club des esseulés, qui ne trouvent pas leur place dans la société de consommation déjà envahissante des années 70. Il y est ouvreur d’un cinéma érotique ou de série Z, s’ennuyant de ces tâches répétitives. Exténué, il se couche tout habillé sur son lit dans un décor spartiate, n’ayant pour seul loisir que de contempler l’ampoule au plafond. Pour la première fois, il se dégage de sa composition, une humanité autre que burlesque. Si l’homme était profondément humain selon son cousin Olivier Thirion (1), on ne sait s’il se rendit compte de son extraordinaire singularité, la comédie franchouille ne voulut d’ailleurs pas de lui. L’homme, lui, fut sans histoire et vivait avec sa mère. Si l’une de mes devises est celle de Groucho Marx « Jamais je ne voudrais faire partie d’un club qui accepterait de m’avoir pour membre », s’il y a bien un groupe dont je voudrais faire partie c’est bien celui de « Marinella »…

Bibliographie : (1) « Le dernier grand rôle de Jean-Claude Rémoleux » par Benoît Gaudibert, « L’Est républicain » du 1/04/2010 ;  Armel de Lorme  »L’@ide-Mémoire — Volume 1 ». 2006. ; Yvan Foucart: Dictionnaire des comédiens français disparus, Mormoiron : Éditions cinéma, 2008 ; Serge Regourd « Les seconds rôles du cinéma français » (Éditions Archimbaud Klincksieck, 2010). Remerciements à Pascal Aubier et Christophe Bier (voir également le commentaire de ce dernier).

Jean-Claude Rémoleux dans « Le chant du départ »

Filmographie: établie avec Christophe Bier et Armel de Lorme : 1954  La Reine Margot (Jean Dréville, figuration) – 1955  Gervaise (René Clément, figuration) – Mémoires d’un flic (Pierre Foucaud, figuration) – Les Carnets du major Thompson (Preston Sturges) – Le secret de soeur Angèle (Léo Joannon) – The ambassador’s daughter (La fille de l’ambassadeur) (Norman Krasna, figuration non confirmée) – 1956  Fric-frac en dentelles (Guillaume Radot) – Le salaire du péché (Denys de La Patellière, figuration) – 1958  Mon oncle (Jacques Tati) – Le gentleman d’Epsom / Les grands seigneurs (Gilles Grangier, figuration non confirmée) – The trial (Le procès) (Orson Welles) – Strip-tease (Jacques Poitrenaud) – 1963  Un drôle de paroissien (Jean-Pierre Mocky) – Carambolages (Marcel Bluwal) – Faites sauter la banque (Jean Girault, figuration) – 1964  Bande à part (Jean-Luc Godard) – La grande frousse ou la cité de la peur (Jean-Pierre Mocky) – 1965  La bourse et la vie (Jean-Pierre Mocky) – 1966  Les compagnons de la marguerite (Jean-Pierre Mocky) – 1968  La grande lessive ! (Jean-Pierre Mocky) – 1969  L’étalon (Jean-Pierre Mocky) – 1970  Valparaiso, Valparaiso (Pascal Aubier) – 1971  Chut ! (Jean-Pierre Mocky) – Sans mobile apparent (Philippe Labro) – 1972  Na ! (Jacques Martin) – 1973  Les gaspards (Pierre Tchernia) – 1974  Dupont Lajoie (Yves Boisset) – Un linceul n’a pas de poches (Jean-Pierre Mocky) – 1975  L’ibis rouge (Jean-Pierre Mocky) – Le chant du départ (Pascal Aubier) – Les oeufs brouillés (Joël Santoni, figuration) – 1976  Le roi des bricoleurs (Jean-Pierre Mocky) – 1978  Ils sont grands, ces petits (Joël Santoni) – Le témoin (Jean-Pierre Mocky) – 1981  Litan, la cité des spectres verts (Jean-Pierre Mocky). Télévision (notamment) : 1963  Le chevalier de Maison Rouge (Claude Barma, mini-série) – 1964  Six personnages en quête d’auteur (Jean L’Hôte) – Le théâtre de la jeunesse : Le matelot de nulle part (Marcel Cravenne) – Une fille dans la montagne (Roger Leenhardt) – 1976  Confessions d’un enfant de choeur (Jean L’Hôte) – 1979  Le violon du diable (Roger Viry-Babel, MM) – 1983 : Lettre d’un cinéaste : le mystère Mocky (Jean-Pierre Mocky, CM, diffusé dans le cadre de « Cinéma Cinémas » sur Antenne 2). Non datés : En votre âme et conscience (figuration dans plusieurs épisodes) – Les raisins verts .

Jean-Claude Rémoleux « en vert et contre tout » (petit clin d’œil à la « Maman et la putain ») dans « Les confessions d’un enfant de chœur »

Addenda : JEAN-CLAUDE RÉMOLEUX VU PAR… :

PASCAL AUBIER :

 » …La moindre silhouette dans ce film [Le procès] était un miracle d’invention, je percevais la jubilation qui avait présidé au choix des comédiens, et c’est comme ça que je me suis entiché de Jean-Claude Rémoleux. Dans « Le Procès », c’est un des deux tueurs qui suivent K, et qui à la fin l’entraînent dans le trou et se passent le couteau. Il avait ce visage étonnant, une espèce d’éléphant de mer à lunettes, avec ce strabisme… Je me disais que c’était extraordinaire d’avoir eu le nez de trouver quelqu’un comme ça. Quelques années plus tard, j’ai rencontré Marc Maurette, l’assistant de Welles sur le Procès, il m’a raconté comment Rémoleux avait été engagé. Pendant la préparation du film à Billancourt, Welles s’était fait installer une table et des chaises près de l’entrée dans la cour, il se faisait apporter des bouteilles de Bourgogne blanc et fumait son cigare. Un jour, il voit passer une ribambelle de machinos qui portaient des praticables, des pièces de décors, etc. Après le passage du dixième, un onzième surgit un peu en retard, un énorme gros mec à lunettes qui ne portait que trois planches ; d’un seul coup elles se croisent entre elles, il se prend le pied dedans avec une maladresse ahurissante, et boum, il se retrouve sur le cul… Welles se retourne alors vers Maurette et lui dit : « Maurette, je veux ce type dans le film ! ». De là, Rémoleux a eu une espère de carrière, dans « Bande à part », au fond de la classe, c’est lui qui fait mine de mettre la main au cul de la prof d’anglais. Et puis on l’a surtout vu dans les films de Mocky. Et dans les miens. Il était parfait. C’est triste qu’il soit mort si vite. Ce qui est extraordinaire, c’est qu’il n’a jamais compris ce qui lui était arrivé, il n’a pas compris qu’évidemment, il avait été choisi d’abord par Welles à cause de ce qu’il était. Il me disait : « Tu sais, moi, j’ai trois amis, Orson, Jean-Pierre et toi. » [« Les mémoires de Gascogne » par Pascal Aubier (Éditions Sybarite – Yellow Now, 1996).]

JEAN-PIERRE MOCKY :

« Jean-Claude Rémoleux, l’ami maousse. «A mes débuts comme acteur, j’ai tourné avec des grands seconds rôles, Pierre Larquey ou Saturnin Fabre, et j’ai toujours regretté que des trognes comme eux aient disparu des écrans. Il faut dire qu’aujourd’hui, les acteurs de premier plan n’ont pas le charisme d’un Jules Berry ou d’un Raimu : vu leurs physiques plutôt banals, un second rôle très typé risquerait de leur voler la vedette. Rémoleux, à la base, n’était pas un acteur. Il venait d’une famille très riche, actionnaire de Prisunic. C’était un type très important, mais complètement fou. Je l’ai repéré sur le plateau du Procès d’Orson Welles en 1962, où il jouait un flic. Un gros qui m’a heurté comme un ours en baragouinant… et que j’ai immédiatement engagé pour Un drôle de paroissien. Je l’ai utilisé dans 12 films, toujours comme un mastodonte ahuri : on dirait un phoque ! Même son enterrement s’est terminé par un gag : les croque-morts ont glissé sur le sol gelé et son cercueil est tombé à l’eau.» (Libération du 14/05/2004)

OLIVIER ASSAYAS :

« Tout de suite reconnaissable à sa large silhouette, son crâne chauve et sa myopie qui parfois semblait l’envelopper tout entier, il ne pouvait manquer de frapper par son improbable filet de voix, sa diction zozotante et hallucinée. Policier maladroit, écorchant « Marinella » comme en état de stupeur dans « La grande lessive », un des frères Robinhoude dans « La bourse et la vie » où il gémissait lamentablement sur sa banqueroute « Nous avons cru à une affaire mirobolante » , député Lacassagne dans « L’étalon  » où son aphonie l’empêchait de s’exprimer à la tribune (« Ve fuis un député muet » ), on n’aurait pas fini d’énumérer les apparitions mémorables de Jean-Claude Rémoleux qui était bien sûr devenu un signe de reconnaissance, de complicité parmi le clan apparemment de plus en plus large des inconditionnels de Mocky. On l’a vu chez Welles, dans « Le procès », on l’a vu chez Godard dans « Bande à part »  mais Rémoleux ne fut jamais acteur. Personnage de cinéma aussi bien à la ville qu’à l’écran il demeurera toujours irréductible à un rôle ou à plus forte raison à un emploi. Entier, monolithique, il était ce qu’il jouait sans distance, sans recul. En cela le rôle devenait Rémoleux et non l’inverse. On a ironisé sur Rémoleux. On a vu en lui un canular. C’est tout le contraire, non acteur Rémoleux était un être humain traversant le cinéma et l’émotion qu’on ne pouvait manquer d’éprouver en le retrouvant d’un film à l’autre était à la mesure de l’impossibilité théorique rationnelle de sa présence. Il était toujours là contre tout. Olivier Assayas ( Cahiers du Cinéma N°369 Mars 85 )

Digressions : Restons avec Jean-Pierre Mocky, alors qu’il  diffuse dans son nouveau cinéma « Le Despérado » trois de ses films, « Les insomniaques », « Crédit pour tous » et le délirant « Dossier Toroto »… Le 1 er avril 2007,  je faisais un poisson d’avril qui ne brillait pas par sa subtilité avec le compte-rendu d’un improbable visionnage des « Couilles en or » de Jean-Pierre Mocky, ici-même,  dont je suis assez surpris de voir qu’il est parfois pris au premier degré, pour rappel c’est bien un canular.

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Éric Naggar

 Éric Naggar dans "Sur le fil", épisode "V.M.A."Éric Naggar dans « Sur le fil », épisode « V.M.A. »

Après des véritables débuts tardifs à l’aube des années 2000, il est devenu l’un des comédiens français les plus utilisés du moment. Il avait débuté comme scénariste, et fut auteur de théâtre avec « L’étrangleur s’excite » – dont une captation fut diffusée en 1982 sur France 2 -, pièce d’humour noir saluée à l’époque par François Truffaut, où un étrangleur est manipulé par un psychiatre avec Jean-Pierre Marielle, Richard Anconina et Bernard Le Coq et en 1988 avec « La femme à contre jour » avec Jean Rochefort.

On le remarque de prime abord dans « Les bronzés 3», face à Gérard Jugnot, effaré de découvrir le coming out de son fils – joué par Arthur Jugnot -, voulant vivre avec son comptable assez terne, l’occasion de découvrir un comédien sidérant. Quelle que soit la durée de son rôle, il est capable de faire exister son personnage, d’un des « bœufs-carottes » cinglant dans « Gardiens de nuit », en chauffeur obséquieux de Nicolas Marié, se souciant des dangers de la poésie dans « Micmacs à tire-larigot » , en éditeur pressé et dévoué dans « Adèle Blanc-Sec », ou en curieux personnage faisant des analyses de nuit dans « La sainte victoire ». Il vole même la vedette à un Eric Judor survolté dans « Hallal police d’état », en professeur chimérique faisant le bilan des effets post-traumatiques d’une gifle musclée.

Il est aussi convaincant en bigleux timide dans « Mon meilleur ami », qu’en avocat minable dans « Ne le dis à personne », en politique d’extrême droite capable d’haranguer les foules avec des idées racistes dans « Faubourg 36 » ou en procureur conformiste n’aimant pas la contradiction dans la série « Sur le fil ». Il faut dire qu’il est extrêmement à l’aise dans les rôles de composition, tel le rabbin jovial et hospitalier dans « Tellement proches », l’alcoolique allemand qui a des problèmes familiaux dans « Le dernier pour la route », ou le noble déclassé fourbu et féru de serrurerie dans « Les diamants de la victoire ».

On le voit souvent dans des personnages odieux cachés sous un aspect guindé voire compassé. Il est souvent retord,  en producteur véreux dans « Alive », en chef survolté de vigiles de supermarché dans « Les mythos », ou en avocat intransigeant dans « Toutes nos envies », peu compréhensif envers une personne endettée. Il est aussi un maire prêt à tous les compromis et toutes les bassesses dans « Camping 2 », oubliant ses concitoyens, en fausse victime et vrai escroc dans un épisode de « Central Nuit », ou un parfumeur recevant de manière parfaitement condescendante la timide Isabelle Carré dans « Les émotifs anonymes ».

Il arrive à donner une folie et une démesure au moindre de ses rôles, à l’instar de « Pédale dure », où il se livre à une véritable quête existentielle… manger du carpaccio lors d’une party huppée ! Un running gag qui aurait pu être assez vain et qui prend une dimension étonnante grâce à lui. Il réussit à être un banquier encore plus cynique que le personnage joué par Philippe Magnan dans « Erreur de la banque en votre faveur », avant de reconnaître, grand seigneur, qu’il s’est fait doubler avec brio par Gérard Lanvin. Il campe un réceptionniste carrément fielleux dans « Holiday », où son langage de charretier fait merveille, restant pourtant digne selon l’usage de son emploi, on retrouve dans un son œil un plaisir évident à faire valdinguer les conventions.

Il est très à l’aise dans le mélange des genres, en scientifique enquêteur soignant Julie Depardieu d’une pathologie « fantastique » dans « La femme invisible ». Il excelle en premier ministre mi-empathique envers son prochain, mi-cynique devant les rouages du pouvoir dans « L’exercice du pouvoir ». On le retrouve face à Catherine Frot à deux reprises : il joue son mari indifférent plus prompt à s’occuper d’art que de sa femme, et qui ne communique essentiellement qu’à distance dans « Bowling » et un médecin suisse allemand survolté admiratif de sa poitrine dans « Associés contre le crime », dire de son personnage qu’il serait agité serait d’ailleurs un doux euphémisme.

Ses personnages œuvrent parfois dans la finance comme le banquier goguenard de Richard Anconina et Patrick Timsit dans « Stars 80 ». S’il reste intraitable quand il s’agit d’argent, il s’avère plus déluré en se révélant fan de la pulpeuse Sabrina Salerno. Il est aussi un financier, spécialiste de la « brunisation » (sic) de l’argent dans « Le capital », qui affirme ne servir que les intérêts de ses clients….

On l’aurait vu volontiers côtoyer les grands excentriques du cinéma français comme Jean Tissier, Noël Roquevert ou Pierre Larquey, s’il était né quelques années plus tôt. Il rejoint désormais cette grande catégorie des voleurs de scènes, ce qui est plutôt rare ces dernières années.

Photo source Citea

Filmographie

1981  Neige (Juliet Berto & Jean-Henri Roger) – Il faut tuer Birgitt Haas (Laurent Heynemann) – 1982  L’indiscrétion (Pierre Lary) – 2000  Le vélo de Ghislain Lambert (Philippe Harel) – 2001  Taxi 3 (Taxi 3 (Gérard Krawczyk) – 2002  Mon idole (Guillaume Canet, + co-scénariste) – 2003  Le grand rôle (Steve Suissa) – Alive (Frédéric Berthe) – 2004  Pédale dure (Gabriel Aghion) – Le plus beau jour de ma vie (Julie Lipinski) – Tu vas rire mais je te quitte (Philippe Harel) – Le démon de midi (Marie-Pascale Osterrieth) – L’enfer (Danis Tanovic) – 2005  Les bronzés 3 – Amis pour la vie (Patrice Leconte) – Un ticket pour l’espace (Éric Lartigau) – L’entente cordiale (Vincent de Brus) – Les aristos (Charlotte de Turckheim) – Ne le dis à personne (Guillaume Canet) – 2006  Bobby : RFK 37 (Rob Alvarado et Adam Lukeman, CM) – Mon colonel (Laurent Herbiet) – Mon meilleur ami (Patrice Leconte) – Madame Irma (Didier Bourdon & Yves Fajnberg) – Le serpent (Éric Barbier) – Mr. Bean’s holiday (Les vacances de Mr. Bean) (Steve Bendelack) – Rush Hour 3 (Id) (Brett Ratner) – 2007  13 ans (Rudi Rosenberg, CM) – Nos 18 ans (Frédéric Berthe) – Faubourg 36 (Christophe Barratier) – Modern love (Stéphane Kazandjian) – Les enfants de Timpelbach (Nicolas Bary) – 2008  Envoyés très spéciaux (Frédéric Auburgin) – La femme invisible (d’après une histoire vraie) (Agathe Teyssier) – Erreur de la banque en votre faveur (Michel Munz et Gérard Bitton) – Tellement proches (Éric Toledano & Olivier Nakache) – Le dernier pour la route (Philippe Godeau) – Micmacs à tire-larigot (Jean-Pierre Jeunet) – La sainte victoire (François Favrat) – R.T.T. (Frédéric Berthe) – 2009  Trésor (Claude Berri & François Dupeyron) – Coursier (Hervé Renoh) – Gardiens de l’ordre (Nicolas Boukhrief) – Les aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec (Luc Besson) – Camping 2 (Fabien Onteniente) – Les petits mouchoirs (Guillaume Canet, rôle coupé au montage) – Les émotifs anonymes (Jean-Pierre Améris) – 2010  Holiday (Guillaume Nicloux) – Omar m’a tuer (Roschdy Zem) – Hallal police d’état (Rachid Dhibou) – La permission de minuit (Delphine Gleize) – Mon père est femme de ménage (Saphia Azzedine) – Les mythos (Denis Tybaud) – L’exercice d’état (Pierre Schoeller) – Toutes nos envies (Philippe Lioret) – 2011  Associés contre le crime (Pascal Thomas) – La nouvelle guerre des boutons (Christophe Barratier) – Bowling (Marie-Castille Mention-Schaar) – Ma bonne étoile (Anne Fassio) – 2012  Capital (Costa-Gavras) – Stars 80 (Frédéric Forestier) – Les profs (Pierre-François Martin-Laval) – Je fais le mort (Philippe Hagège) – 2013  Three days to kill (McG) – 96 heures (Frédéric Schoendoerffer) – L’enquête (Vincent Garenq) – 2014  419  (Éric Bartonio) – Valentin, Valentin (Pascal Thomas) – Papa ou maman (Martin Bourboulon) – Ange et Gabrielle (Anne Giaferri) – 2015  Arrête ton cinéma (Diane Kurys) – 2016  Star 80 – La suite (Frédéric Auburtin et Thomas Langmann) – Comme des garçons (Julien Allard) – 2017  Love adict (Franck Bellocq) – Neuilly sa mère, sa mère (Gabriel Julien-Lafferière et Djamel Bensallah) – J’ai perdu Albert (Didier Van Cauwelaert) – 2018  Selfie [épisode « Smileaks »] (Vianney Lebasque) – Belle-fille (Méliane Marcaggi) – 2022 Baby blueseuses (Johanna Menuteau, CM) – Daaaaaali ! (Quentin Dupieux) – 2024 Paradis films (Marjane Satrapi).

Télévision (notamment)

1985  D’amour et d’eau chaude (Jean-Luc Trotignon) – 2001  Jalousie (Marco Pauly) – 2002  Les cours du soir (Michaël Perrota) – PJ : Gang de filles (Brigitte Coscas) – Avocats & associés (La grande muette) (Christian Bonnet) – Si j’étais lui (Philippe Triboit) – 2003  Blague à part : Bloc op – Hep’ taxi (Frédéric Berthe, un épisode) – Le Camarguais : Paddy (Patrick Volson) – Les Cordier, juge et flic : Cours du soir (Michaël Perrotta) – Sex and the city : An American Girl in Paris: Part 1 (Timothy Van Patten) – Péril imminent : Mortel chahut (Arnaud Sélignac)  – 2005  Le grand patron : Édition spéciale (Christian Bonnet) – Avocats et associés : Les ciseaux (Pascal Martineau) – 2006  Alice Nevers – Le juge est une femme : La loi du marché (Joyce Buñuel) – Président Ferrare – Je hais les parents (Didier Bivel) – L’état de Grace (Pascal Chaumeil, série TV) – Monsieur Max (Gabriel Aghion) – Sur le fil (Frédéric Berthe, saison 1) – 2008  Boulevard du Palais – Central nuit : Cauchemars (Olivier Barma) – Julie Lescaut : Julie à Paris (Éric Summer) – La vie à une (Frédéric Auburtin) – Le septième juré (Édouard Niermans) – Le malade imaginaire (Christian de Chalonge) – 2009  Duel en ville (Pascal Chaumeil, série TV) – Les petits meurtres d’Agatha Christie : La maison du péril (Éric Woreth) – Beauté fatale (Claude-Michel Rome) – Le bourgeois gentilhomme (Christian de Chalonge) – Entre deux eaux (Michaëla Watteaux) – Reporters (Gilles Bannier, saison 2) – La marquise des ombres (Édouard Niermans) – La loi selon Bartoli (François Velle) – Sur le fil (Frédéric Berthe, saison 3) – Engrenages (Jean-Marc Brondolo, saison 3) – Ce jour-là, tout a changé : L’appel du 18 juin (Félix Olivier) – La peau de chagrin (Alain Berliner) – Les diamants de la victoire (Vincent Monnet) – La pire semaine de ma vie (Frédéric Auburtin) – La loi selon Bartoli (épisode 2) (François Velle) – Amoureuse (Nicolas Herdt) – Mission sacrée (Daniel Vigne) – La loi selon Bartoldi (épisode 3) (Charlotte Brandström) – Tout est bon dans le cochon (David Delrieux) – 2011  Clash : Hugo, le mérite d’être clair (Pascal Lahmani) – Le bonheur des Dupré (Bruno Chiche) – Les voies impénétrables (Noémie Saglio & Maxime Govare) – L’innocent (Pierre Boutron) – 2012  Zak (Arthur Bezaquen & Denis Thybaud, série) – Opération hirondelle (Bruno Le Jean) – La méthode Claire (Vincent Monnet) – Nom de code : Rose (Arnaud Mercadier) – Un petit bout de France (Bruno Le Jean) – 2013  La déesse aux cent bras (Sylvain Monod) – La rupture (Laurent Heynemann) – Profilage : Un pour tous (Julien Despeaux) – L’esprit de famille (Frédéric Berthe) – Meurtres à Rouen / Meurtres à l’abbaye de Rouen (Christian Bonnet) – Falco : Sacrifices (Jean-Christophe) – Où es-tu maintenant ? (Arnaud Sélignac) – La loi (Christian Faure) – Boulevard du Palais : Une vie au placard (Bruno Garcia) – Boulevard du Palais : Un bien pour un mal (Bruno Garcia) – 2015  La loi de Barbara : Illégitime défense (Didier Le Pêcheur) – Mongeville : Mortelle mélodie (Bruno Garcia) – La vie devant elles (Gabriel Aghion, mini-série) – Pierre Brossolette ou les passagers de la lune (Coline Serreau) – La loi d’Alexandre : Comme des frères (Claude-Michel Rome) – Dix pour cent : Audrey (Antoine Garceau) – Stavisky, l’escroc du siècle (Claude-Michel Rome) – Monsieur Paul (Olivier Schatzky) – Lebowitz contre Lebowitz (Frédéric Berthe, mini-série) – Boulevard du Palais : Mauvaise graine (Jean-Marc Thérin) – Sam (Valérie Guignabodet, mini-série) – 2016  Alice Nevers, le juge est une femme : Ma vie pour la tienne (Éric Le Roux) – 2017  Une famille formidable : Révélations (Miguel Courtois) – 2018  Sam (Gabriel Aghion, mini-série, saison 2) – Tu vivras ma fille (Gabriel Aghion) – HP (Angela Soupe et Sarah Santamaria-Mertens, mini-série, saison 1) – 2019  Pour Sarah (Frédéric Berthe, mini-série) – HP (Angela Soupe et Sarah Santamaria-Mertens, mini-série, saison 2) – 2020  De Gaulle, l’éclat et le secret (François Velle, mini-série) – 2021  Les aventures du jeune Voltaire (Alain Tasma, mini-série) – 2022  Candice Renoir : Un seul être vous manque et tout est dépeuplé (Pascal Lahmani) – L’homme de nos vies (Frédéric Berthe, mini-série) – 2023  Daron (Franck Bellocq, mini-série) – Tout pour Agnès (Vincent Garencq, mini-série) – À côté de ses pompes (Nathalie Lecoultre) – Benoît Génant officiel (Éric Lavaine, mini-série) – La peste (Antoine Garceau, mini-série).

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Jacques Berthier

Exemple de pages supprimées, uniquement pour cette phrase : « Saluons ce site qui rend ainsi hommage aux oubliés de l’agence de « Celle-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom » comme Colette Bergé par exemple soeur de Francine, Bruno Devoldère, Paula Dehelly, une grande voix du doublage ou Marie-Françoise Audollent. »

12 avril 2008

MORT DE JACQUES BERTHIER

Annonce de la mort du comédien Jacques Berthier le 2 avril dernier à l’âge de 92 ans, faite par sa veuve Lily Baron à l’équipe du site « Les gens du cinéma ». Saluons ce site qui rend ainsi hommage aux oubliés de l’agence de « Celle-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom », comme Colette Bergé par exemple soeur de Francine, Bruno Devoldère, Paula Dehelly, une grande voix du doublage ou Marie-Françoise Audollent. Né le 10 février 1916 à Paris, il suit des études sportives. Il suit ensuite des cours de comédie chez Solange Sicard, puis assiste à la classe de Louis Jouvet au conservatoire. Il multiplie les activités artistiques, peinture, sculpture et décoration. Il débute au cinéma en 1939, son allure et sa prestance lui permettent de jouer des pères nobles et des officiers. Il est souvent séducteur à l’instar de son rôle du dernier soupirant de Zizi Jeanmaire dans « Charmants garçons ». On le retrouvera souvent à la télévision dès les années 50, citons par exemple le trésorier d’une confrérie de truands dans un épisode des « Brigades du tigre ». Le cinéma italien le demande souvent, on le retrouve ainsi en vedette dans « Les derniers jours d’Herculanum », évoquant les persécutions des premiers chrétiens dans la Rome de Titus, ou dans « Colorado Charlie », où il est un shériff qui ne peut se retirer pour se marier et doit reprendre les armes. Il tente de se diversifier, en réalisant des courts-métrages documentaires. Il signe en 1960 son seul long-métrage, avec Anouk Aimée, débutante, Christian Pezey, Jacques Dacqmine, Geneviève Fontanel et Patrica Gozzi. Le film raconte l’histoire des amours de jeunes gens, dans le petit monde des brocanteurs. Le film est bien reçu, pour  « L’analyse générale des films 1962 » :  « Jacques Berthier » pour son premier film a choisi le cadre pittoresque et rude de la foire aux puces, qu’il oppose au milieu doré des antiquaires, où se situe le mirage, l’illusion, le rêve passager de son héros. Ce mélodrame un peu précieux n’est pas sans charme et doit plaire à un public assez étendu ». La saison cinématographique 1962 évoque « une sorte de gentillesse diffuse et tendre qui baigne tous les personnages. Jacques Berthier, acteur venu à la réalisation, a beaucoup de goût. Il donne même parfois dans le baroque un peu voyant, mais il le fait avec une élégance estimable ». Il a aussi une voxographie importante, prêtant sa voix notamment à Raymond Burr (« Perry Mason », « L’homme de fer » – succédant pour ce dernier à Jean-Martinelli -, et dans des séries d’animation comme « Goldorak » – rôle de Véga -). Ciné Fx diffuse ce soir à 21 heure « L’atlantide » de Jean Kerchbron, dans lequel il joue Morthange. A lire le portrait de Donatienne dans « L’encinémathèque ». Bibliographie : « Annuaire biographique du cinéma et de la télévision 1962-1963 » (Contact-Éditions).

Photo source Virtual history

Filmographie : 1939  La fin du jour (Julien Duvivier) – 1941  Le destin fabuleux de Désirée Clary (Sacha Guitry) – 1943  Béatrice devant le désir (Jean de Marguenat) – 1945  Tant que je vivrai (Jacques de Baroncelli) – Adieu chérie (Raymond Bernard) – 1946  Le bateau à soupe (Maurice Gleize) – 1947  La révoltée (Marcel L’Herbier) – Les requins de Gibraltar (Emil-Edwin Reiner) – 1949  On n’aime qu’une fois (Jean Stelli) – 1950  Maria du bout du monde (Jean Stelli) – Ombre et lumière (Henri Calef) – 1951  Les deux « Monsieur » de Madame (Robert Bibal) – 1953  The master of Ballantrae (Le vagabond des mers) (William Keighley) – Si Versailles m’était conté (Sacha Guitry) – Raspoutine (Georges Combret) – 1954  La belle Otéro (Richard Pottier) – 1955 Tam-Tam mayumbe (Tam-Tam) (Gian Gaspare Napolitano) –  Un missionnaire (Maurice Cloche) – Les insoumises (René Gaveau) – 1957  Charmants garçons (Henri Decoin) – Premier mai / Le père et l’enfant (Luis Saslavsky) – 1959  Un témoin dans la ville (Édouard Molinaro) – Nathalie agent secret (Henri Decoin) – Costa azzurra (Le miroir aux alouettes) (Vittorio Sala) – 1960  Qui êtes-vous Monsieur Sorge ? (Yves Ciampi) – 1961  Les trois mousquetaires (Bernard Borderie) – Lemmy pour les dames (Bernard Borderie) – 1962  Anno 79 : La distruzione di Ercolano (Les derniers jours d’ Herculanum) (Gianfranco Parolini) – Il vecchio testamento / The old testament / Los macabeos (John Eastwood [Gianfranco Parolini]) – 1965  La pharmacienne (Serge Hanin & Jany Holt, CM) – Colorado Charlie ‘Colorado Charlie – La loi de l’Ouest) (Robert Johnson [Roberto Mauri]) – 1966  Uno sceriffo tutto d’oro (L’or du Shérif)  (Richard Kean & Eastmang Glen ([Osvaldo Civirani]) – Tiffany memorandum / Sciarada internazionale (Coup de force à Berlin) (Terence Hathaway [Sergio Grieco]) – 1967  Mayerling (Id) (Terence Young) – 1969  La battaglia d’ inghitterra / El largo dia del águila (Sur ordre du Führer / De Dunkerque à la bataille de Londres) (Enzo Girolami Castellari) – 1974  Il bianco, il giallo, il nero / El blanco, el amarillo y el negro (Le blanc, le jaune et le noir (Sergio Corbucci) – 1976  Frou-Frou del Tabarin (Giovanni Brochard) – Une femme fidèle (Roger Vadim) – 1978  Brigade mondaine (Jacques Scandelari). Nota : Il ne semble pas participer à « La rage au corps » (Ralph Habib, 1953) et le « Jacques Berthier » dans le rôle du petit monsieur bien-mis » dans « Sans-toi ni loi » (Agnès Varda, 1985 est un homonyme. Comme réalisateur : 1952  Charles Péguy (CM) – 1953  Présentation à Notre-Dame de Chartres (CM) – 1956  Les filles du feu (MM) – 1960  La montagne sauvage (CM) – Quai Notre-Dame – Télévision (notamment) : 1956  Rebecca (Roger [Lazare] Iglésis) – 1958  La princesse Georges (Jean-Paul Carrère) – Les cinq dernières minutes : Tableau de chasse (Claude Loursais) – 1961  Les bijoux d’Isabelle (Jacques Rutman) – 1962  On est tellement seuls (Roger [Lazare] Iglésis) – 1964  Pauline ou l’écume de la mer (François Gir) – Les aventures de Robinson Crusoë (Jean Sacha, série) – 1966  Hommes de caractères : Jacquard (Jean-Paul Carrère) – La 99ème minute (François Gir) – 1968  Les chevaliers du ciel (François Villiers, saison 2) – 1970  Mauregard (Claude de Givray, série) – 1971  Madame êtes-vous libre ? (Jean-Paul Le Chanois, série) – 1972  Une brune aux yeux bleus (Roger [Lazare] Iglésis)- L’Atlantide (Jean Kerchbron) – 1973  Le masque aux yeux d’or (Paul Paviot) – La gageure imprévue (François Gir) – Destins : Le kiosque à musique & Chère petite madame (Serge Hanin) – Une atroce petite musique (Georges Lacombe) – Ton amour et ma jeunesse (Alain Dhénaut, série) – 1974  Aux frontières du possible : Alerte au minotaure (Victor Vicas) – Les brigades du tigre : La confrérie des loups (Victor Vicas) – 1975  Splendeurs et misères des courtisanes (Maurice Cazeneuve) – 1976  Commissaire Moulin : Ricochet (Alain Dhénaut) – 1977  Richelieu (Jean-Pierre Decourt) – 1978  Allégra (Michel Wyn) – Les grandes conjuration : Le connétable de Bourbon (Jean-Pierre Decourt) – 1980  Au théâtre ce soir : Ne quittez pas ! (Pierre Sabbagh) – 1981  Les amours des Années Folles : La messagère (François Gir) – Carte vermeil (Alain Levent) – 1982  Ultimatum (Georges Farrel) – 1996  Les enfants du mensonge (Frédéric Krivine) – Voxographie (notamment) : 1954  Canal de Corinthe (Nelo Risi, CM documentaire, récitant) – 1957  Tokende (Gérard de Boe, documentaire, récitant) – Shiroi sanmayaku (Le toit du monde / La montagne sauvage) (Sadao Imamura, récitant version française) – 1968  Z (Costa-Gavras, doublage).

Mise à jour du 9/01/2010

Posté par Coinducinephage à 09:06 – R.I.P.Commentaires [1]Rétroliens [0] – Permalien [#]
Tags : ,

 

 

 

 

 

 

Commentaires

 

filmo

Cher Christian,

Bel hommage à Jacques Berthier, bien qu’on ne puisse considérer Anouk Aimée, venue au cinéma en 1946, comme une débutante – 1960.

Pour la filmo stricto-senso :

1) JB a bel et bien débuté dans LA FIN DU JOUR… mais sa scène telle qu’il me l’a décrite avec précision n’apparaît ni sur les versions commercialisées (vhs/dvd) ni dans les copies diffusées au Cinéma de Minuit.

2) Le JB de « Sans toit ni loi » est bel et bien un homonyme, vraisemblablement non professionnel.

3) Pour « 1er Mai », il n’y figure absolument pas, contrairement à… Simone Berthier. L’erreur étant bien trop grossière pour venir de toi, je préconise le pal réservé aux mauvais filmographes pour la personne qui t’a fourni ce tuyau percé.

4) En ce qui concerne les 3 Mousquetaires, il n’apparaît que dans la première partie, intitulée Les Ferrets de la Reine.

Voilà…

Armel.

Posté par armel, 10 mai 2008 à 05:08

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Paul Bisciglia

 

Paul Bisciglia dans « Je m’appelle Marcellus », photo source Flavien Larderet – Le fabricant de films

Annonce de la mort, par Angélique Locquard, du comédien Paul Bisciglia à l’âge de 81 ans, le 18 avril dernier. Il était l’un des acteurs fétiches de Jean Anouilh qui l’employait souvent au théâtre dans ses créations, « L’alouette » (1953), « Adèle ou la marguerite » (1958), « L’huluberlu » (1959), etc… Pour le situer j’avais évoqué son rôle dans « Le cinéma de papa » en créant une ébauche de fiche sur wikipédia, il y est le mari de Micha Bayard, passant un casting aux côtés de Dominique Zardi et Henri Attal, mais qui n’est pas retenu car jugé trop petit. C’est l’éternel non crédité au générique, y compris dans les années 80, tel dans « Jours tranquilles à Clichy » (1989) de Claude Chabrol, où il joue un poinçonneur du métro. Dans ses rôles il fait toujours preuve de bagou et d’effervescence. C’est un prolifique, et il n’est pas rare de découvrir de nouveaux rôles à rentrer sur sa fiche IMDB. On le retrouve ainsi en copain frappé par Roger Dumas dans « Rue des prairies » (1959), en assistant croque-mort dans « Arsène Lupin contre Arsène Lupin » (1962), en fan de Charles Aznavour dans « Cherchez l’idole » (1963), en vendeur de journaux fataliste dans « Le dimanche de la vie » (1965) ou en vendeur de voitures zélé dans « Un meutre est un meurtre » (1972). On le remarque en photographe de mode dynamique face à Fred Astaire et Audrey Hepburn dans « Drôle de frimousse » (1956). L’un de ses rôles les plus marquants est celui du bagagiste fourbu de l’hôtel dans « L’aile ou la cuisse » (1976) quelque peu perplexe devant un quiproquo provoqué par Louis de Funès et Coluche. Il était également l’un des comédiens de prédilection de Jean Rollin.  Il était toujours actif ces dernières années, au théâtre sous la direction de Panchika Velez dans « Estrella » en 2004 et celle d’Alain Sachs « Un fil à la patte » en 2007 et dans le court-métrage « Je m’appelle Marcellus » – voir la bande-annonce sur Sur Dailymotion. Merci à Eric Moreau, pour son rôle de passeur. A lire le portrait d’Armel de Lorme dans « L’aide-mémoire ».

Paul Bisciglia dans « L’aile ou la cuisse »

Filmographie établie avec Christophe Bier et Armel de Lorme : 1950  Trois télégrammes (Henri Decoin) – Méfiez-vous des blondes (André Hunebelle) – Clara de Montargis (Henri Decoin) – La belle image (Claude Heymann) – Sous le ciel de Paris (Julien Duvivier) – La grande vie (Henri Schneider) – 1951  Le désir et l’amour (Henri Decoin) – Le dindon (Claude Barma) – Agence matrimoniale (Jean-Paul Le Chanois) – 1953  Avant le déluge (André Cayatte) – Quai des blondes (Paul Cadéac) – 1954  Papa, maman, la bonne et moi (Jean-Paul Le Chanois) – 1955  M’sieur la Caille (André Pergament) – Les hommes en blanc (Ralph Habib) – Marie-Antoinette, reine de France (Jean Delannoy) – 1956  Pardonnez nos offenses (Robert Hossein) – La rivière des trois jonques (André Pergament) – Notre Dame de Paris (Jean Delannoy) – Les lumières du soir (Robert Vernay) – Courte tête (Norbert Carbonnaux) – Le septième commandement (Raymond Bernard) – Les copains du dimanche (Henri Aisner) – Funny face (Drôle de frimousse) (Stanley Donen) – Comme un cheveu sur la soupe (Maurice Régamey) – 1957  V proudech (Liberté surveillée)  (Henri Aisner & Wladimir Voltchek) – Le souffle du désir (Henri Lepage) – 1958  Les cousins (Claude Chabrol) – Douze heures d’horloge (Geza Radvanyi) – Paris nous appartient (Jacques Rivette) – La P… sentimentale (Jean Gourguet) – Les tripes au soleil (Claude Bernard-Aubert) – 1959  Un témoin dans la ville (Édouard Molinaro) –  Bal de nuit (Maurice Cloche) – Rue des prairies (Denys de la Patellière) – Le signe du lion (Éric Rohmer) – La corde raide (Jean-Charles Dudrumet) – Les scélérats (Robert Hossein) – 1960  Air pur (Jacques Guymont, CM) – Les filles sèment le vent (Louis Soulanes) – Les vieux de la vieille (Gilles Grangier) – Les mordus (René Jolivet) – 1961  La belle américaine (Robert Dhéry) – Tout l’or du monde (René Clair) – 1962  Arsène Lupin contre Arsène Lupin (Édouard Molinaro) – 1963  Cherchez l’idole (Michel Boisrond) – Coup de bambou (Jean Boyer) – Méfiez-vous Mesdames (André Hunebelle) – 1964  L’or et le plomb (Alain Cuniot) – Le gendarme de Saint-Tropez (Jean Girault) – 1965  Le caïd de Champignol (Jean Bastia) – La grosse caisse (Alex Joffé) – Paris brûle-t-il ? (René Clément) – Pas de caviar pour tante Olga (Jean Becker) – Le dimanche de la vie (Jean Herman) – 1966  Le soleil des voyous (Jean Delannoy) – 1968  Projet Orfée (Pierre Marchou, CM) – 1969  Hibernatus (Édouard Molinaro) – La vampire nue (Jean Rollin) – La peau de Torpédo (Jean Delannoy) – Le petit théâtre de Jean Renoir [Sketch : « Le dernier réveillon »] (Jean Renoir) – 1970  Le cinéma de papa (Claude Berri) – Bof… anatomie d’un livreur (Claude Faraldo) – Fusil chargé (Carlo Lombardini) – Comptes à rebours (Roger Pigaut) – 1971  Les galets d’Étretat (Sergio Gobbi) – Requiem pour un vampire (Jean Rollin) – L’oeuf (Jean Herman) – Le viager (Pierre Tchernia) – La grande mafia (Philippe Clair, sous réserves) – 1972  Un meurtre est un meurtre (Étienne Périer) – Les voraces (Sergio Gobbi) – Elle court, elle court la banlieue (Gérard Pirès) – Don Juan 73 ou Si Don Juan était une femme (Roger Vadim) – Il n’y a pas de fumée sans feu (André Cayatte) – Le désir et la volupté (Julien Saint-Clair) – 1973  Les aventures de Rabbi Jacob (Gérard Oury) – L’affaire Crazy Capo (Patrick Jamain) – La dernière bourrée à Paris (Raoul André) – Commande urgente (Pierre Goutas, CM) – Mais où est donc passée la 7ème Compagnie (Robert Lamoureux) – Club privé (pour couples avertis) (Max Pécas) – Les démoniaques (Jean Rollin) – …La main à couper (Étienne Périer) – On s’est trompé d’histoire d’amour (Jean-Louis Bertuccelli) – Comment réussir… quand on est con et pleurnichard (Michel Audiard) – Grandeur nature (Luis Berlanga) – 1974  Verdict (André Cayatte) – …Comme un pot de fraise (Jean Aurel) – La kermesse érotique (Jean Lévitte [Raoul André]) – La gifle (Claude Pinoteau) – Sexuellement vôtre (Max Pécas) – Lèvres de sang (Jean Rollin) – La soupe froide (Robert Pouret) – L’important c’est d’aimer (Andrzej Zulawski) – 1975  Lumière (Jeanne Moreau) – La Vie sexuelle des Français / Vicieuses et insatisfaites (Henri Zaphiratos) – Perversions / La grande perversion / Les amours difficiles (Peter Rafaël [Raphaël Delpard]) – Exhibitions danoises (Lino Ayranu [ici Jean-Jacques Renon]) – On a retrouvé la 7ème Compagnie (Robert Lamoureux) – Indécences (Jack Régis [ici Alain Nauroy]) – Suce-moi vampire (Michel Gand [Jean Rollin], reprenant des extraits de « Lèvres de sang ») – 1976  L’aile ou la cuisse (Claude Zidi) – Soumissions perverses / Soumission perverse (Sam Corey [Jean Luret]) – 1977  L’animal (Claude Zidi) – Brigade call-girls (Patrick Aubin [Jean-Claude Roy]) – Délectations (Jacques Parry [Jean Luret]) – Marche pas sur mes lacets (Max Pécas) – Vicieuses et insatisfaites (Henri Thano) – 1978  Cause toujours, tu m’intéresses ! (Édouard Molinaro) – Les raisins de la mort (Jean Rollin) – Les ringards (Robert Pouret) – Tirette devant, derrière / La tirette (Sam Corey [Jean Luret], avec des extraits de « Délectations ») – 1980  Anthracite (Édouard Niermans) – Contes de Jean de La Fontaine / Les contes galants de La Fontaine [sketch : La Servante justifiée] (José Bénazéraf) – Les deux mains dans la culotte / Les deux mains / L’émir (Jean Luret) – Trop au lit pour être honnête (Johan Jef [Jacques Marbeuf]) – Les petites Chattes (Johan Jef [Jacques Marbeuf]) – Ta gueule, je t’aime ! (Serge Korber) – 1981  Médecins de nuit : La pension Michel (Jean-Pierre Prévost) – Belles, blondes et bronzées (Max Pécas, ne semble pas apparaître bien que crédité) – Family rock (José Pinheiro) – Salut j’arrive (Gérard Poteau) – Folies tropicales (Jean Luret) – 1982  La baraka (Jean Valère) – Interdit au moins de treize ans (Jean-Louis Bertuccelli) – 1983  C’est facile et ça peut rapporter… vingt ans ! (Jean Luret) – Les planqués du régiment (Michel Caputo) – La dernière image (Mohammed Lakhdar-Hamina) – 1985  Lointains (Georges Bollon, CM) – 1987  Grain de ciel (Manuel Sanchez, CM) – 1988  Un monde sans pitié (Éric Rochant) – 1989  Jours tranquilles à Clichy (Claude Chabrol) – 1992  La pièce (Charlotte Brabant) – 1993  Profil bas (Claude Zidi) – 1994  Montana blues (Jean-Pierre Bisson) – 1997  Solitudes (Ewa Kruk-Granger, CM) – Le voisin (Marianne Visier, CM) – 2006  Cours Solange Sicard (Armel de Lorme & Gauthier Fages de Bouteiller, inédit) – 1998  Jacynthe, tu as un cul de feu (Philippe Lubliner, CM) – 2007  Je m’appelle Marcellus (Flavien Larderet, CM).

Photo source : bernard-luc.com

Voxographie succincte : 1967  The jungle book (Le livre de la jungle) (Wolfgang Reitherman, animation, version française) – 1970  Pollux et le chat bleu (Serge Danot, animation) – 1980  Le tour du monde en 80 jours (Serge Danot, TV) – 1984  Astérix et la surprise de César (Gaëtan Brizzi & Paul Brizzi, animation) – 1986  Astérix chez les Bretons (Pino Van Lamsweerde, animation) – 1989  Astérix et le coup du menhir (Philippe Grimond, animation).

Jean Richard & Paul Bisciglia dans « Maigret et le tueur »

Télévision (notamment) : établi avec Patrick Bernard : 1954  En votre âme et conscience : Les joyeuses commères de Windsor (François Chatel) – Turcaret (Jean Vernier) – 1957  L’équipage au complet (Claude Loursais) – 1958  Abisag (Jean Vernier) – 1961  Les cinq dernières minutes : Épreuves à l’appui (Claude Loursais) – Les cinq dernières minutes : L’avoine et l’oseille (Claude Loursais) – 1962  Le théâtre de la jeunesse : Gargantua (Pierre Badel) – Elle s’abaisse pour vaincre (Étienne Fuselier) – 1964  Rocambole : L’héritage mystérieux (Jean-Pierre Decourt) – La passerelle de l’Artémise (Anne-Marie Ullmann) – Les hommes (Albert Riéra) – 1965  Les saintes chéries : Ève à la maison (Jean Becker) – 1966  Le dompteur ou l’Anglais tel qu’on le mange (Alain Boudet) – La maison du passeur (Pierre Prévert) – 1967  Présence du passé : Valmy : La bataille et la naissance de la République (Jean Chérasse) – Le crime de la rue de Chantilly (Guy Jorré) – Deslouettes père et fils (Arlen Papazian &  Claude Robrini, série) – Saturnin Belloir (Jacques-Gérard Cornu, série) – Fin (Albert Riéra) – Théâtre d’aujourd’hui : Le brave soldat Chveik (Jean-Paul Roux) – 1968  Bouvevard Durand (Georges Folgoas) – L’homme de l’ombre : L’aventure (Guy Jorré) – L’homme du Picardie (Jacques Ertaud, série) – 1969  Tendrement, cruellement votre (Michel Wichard) – Fortune (Henri Colpi, série) – Le café (Jean-Paul Roux) – La cravache d’or (André Michel, série) – 1970  Les saintes chéries : Ève et la secrétaire de l’homme (Jean Becker) – Les fiancés de Loche (Pierre Badel) – Original Dixieland Jazz Band (Jean-Christophe Averty) – Alice au pays des merveilles (Jean-Christophe Averty) – 1971  Al Jolson (Jean-Christophe Averty) – Madame êtes-vous libre ? (Jean-Paul Le Chanois) – Tang (André Michel) – Le voyageur des siècles : Le grain de sable & Le bonnetier de la rue Tripette (Jean Dréville) – 1972  Schulmeister, espion de l’empereur : Le petit matelot (Jean-Pierre Decourt) – Figaro-ci, Figaro-là  (Hervé Bromberger) – La tuile à loups (Jacques Ertaud) – Pont dormant (Fernand Marzelle, série) – Le fado de la liberté (Janine Guyon) – Qui êtes-vous Monsieur Renaudot ? (Claude Deflandre) – Joseph Balsamo (André Hunebelle, 1 épisode) – 1973  Roc ou la malédiction (Daniel Wronecki) – L’éducation sentimentale (Marcel Cravenne) – Les sauvagines (Pour une poignée d’herbes sauvages) (Jacques Villa, série) – L’équipe ou le roman des fortifs (Jean Kerchbron) – 1974  La folie des bêtes (Fernand Marzelle) – Le pain noir : Le père fraternité (Serge Moati) – 1975  Le péril bleu (Jean-Christophe Averty) – La preuve par treize (Olivier Ricard, série) – Les Zingari (Robert Guez, série) – Monsieur Barnett (Josée Dayan) – 1976  Nick Verlaine ou comment voler la Tour Eiffel : La fille de l’air (Claude Boissol) – Adios (André Michel) – Mini-Chroniques (Jean-Marie Coldefy, saison 1) – Les brigades du Tigre : Le cas Valentin & L’ère de la calomnie (Victor Vicas) – 1977  Allez la rafale ! (Yannick Andréi, série) – Les procès témoins de leur temps : Les fusils sont arrivés (Roger Kahane) – Impression d’Afrique (Jean-Christophe Averty) – La mort amoureuse (Jacques Ertaud) – La mer promise (Jacques Ertaud) – Les samedis de l’histoire : Lazare Carnot ou le glaive de la Révolution (Jean-François Delassus) – Le loup blanc (Jean-Pierre Decourt, série TV) – 1978  La grâce (Pierre Tchernia) – Claudine : Claudine à l’école (Édouard Molinaro) – De mémoire d’homme : L’affaire Laetitia Toureaux ou Le crime parfait (Jacques Ertaud) – Les cinq dernières minutes : La grande truanderie (Claude Loursais) – Désiré Lafarge : Pas de whisky pour Désiré Lafarge (Jean-Pierre Gallo) – Les enquêtes du commissaire Maigret : Maigret et le tueur (Marcel Cravenne) – 1979  Commissaire Moulin : Fausse note (Jean Kerchbron) – Les héritiers : Silencio (Jean Kerchbron) – Désiré Lafarge : Désiré Lafarge et le Hollandais  (Jean Pignol) – L’étrange monsieur Duvallier : Casse-Cash (Victor Vicas) – Brigade des mineurs : Didier (Claire Jortner) –  Le dernier train (Jacques Krier) – 1980  Petit déjeune compris (Michel Berny) – Mont-Oriol (Serge Moati) – Commissaire Moulin : Le diable aussi a des ailes (Guy-André Lefranc) – Les dossiers de l’écran : La faute de Monsieur Bertillon ((Alain Dhénaut) – Les dossiers éclatés : La lame et le manche (Alain Boudet) – Les dossiers de l’écran : Le grand fossé (Yves Ciampi) – Les liaisons dangereuses (Charles Brabant) – Les enquêtes du commissaire Maigret : Le charretier de « la Providence » (Marcel Cravenne) – Julien Fontanes, magistrat : Par la bande (François Dupont-Midy) – Légitime défense (Claude Grinberg) – Le surmâle (Jean-Christophe Averty) – Les dossiers de l’écran : Le moustique (Maurice Fryldand) – 1981  La nonne sanglante ou Roberta La flêtrie (Bernard Maigrot) – Julien Fontanes, magistrat : Le soulier d’or (François Dupont-Midy) – Médecins de nuit : La pension Michel (Jean-Pierre Prévost) – Le mythomane : Le chien-chien de la star (Michel Wyn) – L’antichambre (Hervé Bromberger) – La vie des autres : Vasco (Alain Quercy) – Ubu cocu ou l’archéoptéryx (Jean-Christophe Averty) – Sans famille (Jacques Ertaud, série) – 1982  L’épingle noire (Maurice Frydland, série) – La nuit du général Boulanger (Hervé Bromberger) – Malesherbes, avocat du roi (Yves-André Hubert) – Non récupérables (Franck Appréderis) – Les septs jours du marié (Serge Moati) – Le village dans les nuages (Jean-Pierre Barizien, série) – Panurge (Jean-Christophe Averty) – La démobilisation générale (Hervé Bromberger) – Les dossiers de l’écran : Jupiter 81 (Maurice Frydland) – 1983  Les enquêtes du commissaire Maigret : La colère de Maigret (Alain Levent) – La veuve rouge (Édouard Molinaro) – Les enquêtes du commissaire Maigret : Maigret s’amuse (René Lucot) – Liebe läßt alle blumen blühen (L’attrapeur) (Marco Serafini) – 1984  Cinéma 16 : Le ressac (Charles Paolini) – 1985  Les Bargeot (épisode ?) – Hôtel de police : L’abonné des PTT (Jean-Pierre Prévost) – Cinéma 16 : L’homme des couloirs (Charles Bitsch) – 1986  Julien Fontanes magistrat : Un dossier facile ((Patty Villiers) – Léon Blum à l’échelle humaine (Pierre Bourgeade) – 1988  La ruelle au clair de lune (Édouard Molinaro) – Le désir attrapé par la queue (Jean-Christophe Averty) – 1990  Puissance 4 : Le serpent vert (Claude Faraldo) – 1991  La vénus à Lulu (Daniel Losset) – Crimes et jardins (Jean-Paul Salomé) – Puissance 4 : Mécénat (Jacques Cornet) – Puissance 4 : Tête de pioche (Claude Faraldo) – 1996  1, 2, 3 Théâtre : Arsenic et vieilles dentelles (Stéphane Bertin, captation) – 1998  Accalmies passagères (Yves Di Tullio, captation).

Mise à jour du 28/01/2012

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Sotigui Kouyaté

Photo : Source « Le Point »

Annonce de la mort du comédien burkinabé Sotigui Kouyaté, samedi après-midi à Paris d’une maladie pulmonaire à l’âge de 74 ans. Après la mort de James Cambell-Badiane, c’est un nouveau grand deuil pour l’Afrique. Cet authentique griot était aussi  un ancien joueur de foot professionnel jusqu’en 1966. Il était également musicien et a connu comme comédien une consécration internationale sous la direction au théâtre de Peter Brook qui l’engagera pour le « Le Mahâbhârata » adapté par Jean-Claude Carrière, qui donnera également lieu à un film et une série télévisé en 1985.  Le cinéma français ne tarde pas à l’engager tel Philippe Lioret dans « Tombés du ciel » où il est l’un des refugiés dans le no man’s land d’un aéroport. Il savait apporter une grande humanité, mais aussi une malice tel dans un épisode de « Chère Marianne » où il est à nouveau un sans-papier, qui se refuse de parler français et se réfugie avec les siens dans une église. Il n’aura que très rarement de rôles de méchants tel dans deux épisodes de « P.J. » où il compose un caïd de quartier retord qui exploite ses congénères. Il évite par son intelligence de tomber dans les stéréotypes dont est parfois capable le cinéma français, pour jouer un marabout dans « Black Mic-Mac », un vieux Malien suspecté de meurtre dans « Saraka Bô ». Son extraordinaire charisme sous une silhouette frêle, est utilisé à bon escient dans « Genesis » où il est le conteur de la naissance du monde. Il trouvera l’un de ses plus grands rôles dans « Little Sénégal » en gardien du mémorial de l’île de Gorée partant aux Etats-Unis pour retrouver des membres de sa famille, descendants d’esclaves. Sa naïveté sera malmenée par les dures réalités de la vie. Il est remarquable en duo que tout oppose avec l’actrice britannique Brenda Blethyn, mais dont il partage la quête d’un enfant disparu au cours d’un attentat à Londres en 2005. Il est le père du réalisateur Dani Kouyaté, avec lequel il travailla et du conteur Hassane Kassi Kouyaté. Rarement dans l’histoire du cinéma, nous aurons vu une telle présence et une tel aura.

Pour plus d’infos, notamment sur ses films en Afrique, visitez à son sujet l’excellent site Africultures. Annonce également de la mort de l’un des plus grands cinéastes allemands, Werner Schroeter.

Photo (source Arte)

Filmographie :  1972 FVVA : Femme, villa, voiture, argent (Mustapha Alassane) – 1973  Toula ou le génie des eaux (Mustapha Alassane & Anna Soehring) – 1978  Beogo naba (Chef de demain) (Kollo Daniel Sanou, CM) – 1982 Le courage des autres (Christian Richard) – Paweogo (L’émigrant) (Kollo Daniel Sanou) – 1983  Jour de tourmente (Paul Zoumbara) – Le médecin de Gafiré (Mustapha Diop) – 1985  Black Mic-Mac (Thomas Gilou) – 1986  Descente aux enfers (Francis Girod) – 1987  Y’a bon les blancs / Come sono buoni i bianchi (Marco Ferreri) – 1988  Eden miseria (Christine Laurent) – 1989  The Mahabharata (Le Mahâbhârata) (Peter Brook, + version TV) – Boulevards d’Afrique / Bac ou mariage (Jean Rouch & Tam-Sir Doueb) – L’africana (L’Africaine) (Margarethe von Trotta) – 1990  Mamy Wata (Mustapha Diop) – The sheltering sky (Un thé au Sahara) (Bernardo Bertolucci) – 1991  IP5 : L’île aux pachydermes (Jean-Jacques Beineix) – Golem, l’esprit de l’exil (Amos Gitai) – 1992  Rupture[s] (Christine Citti) – Wendemi, l’enfant du bon Dieu (Pierre Yaméogo) – 1993  Tombé du ciel (Philippe Lioret) – 1994  À cran (Solange Martin) – Sale gosse (Claude Mouriéras) – Keita ! L’héritage du griot (Dani Kouyaté, documentaire) – 1995  Après la pluie (Jacques Dubuisson, CM) – Le maître des éléphants (Patrick Grandperret) – Rainbow pour Rimbaud (Jean Teulé) – Mondokino, le dur métier de policier (Vincent Ravalec, CM) – 1996  Saraka Bô (Denis Amar) – La plante humaine (Pierre Hébert) – 1997  Sotigui Kouyaté, un griot moderne (Mahamat Saleh Haroun, documentaire, MM) – 1998  Civilisées (Randa Chahal Sabag) – La Genèse (Cheick Oumar Sissoko) – 1999  Civilisées (Randa Chahal Sabag) – 2000 Little Senegal (Rachid Bouchareb) – 2001  Dirty pretty things (Dirty pretty things, loin de chez eux) (Stephen Frears) – 2002  The truth about Charlie (La vérité sur Charlie) (Jonathan Demme) – 2003  Tor zum Himmel (Titre TV : Embarquement immédiat) (Veit Helmer) – Genesis (Marie Perénnou & Claude Nuridsany) – 2004  L’annulaire (Diane Bertrand) – Travaux, on sait quand ça commence… (Brigitte Roüan) – 2005  Identités (Sunjata) – 2007  Faro, la reine des eaux (Salif Traoré) – 2008  London River (Rachid Bouchareb, + diffusion TV). Nota : Il est parfois crédité à tort pour « Dernier maquis » (Rabah Ameur-Zaïmeche, 2007). Voxographie : 1966  Terres Africaines N°2 : Contes et légendes (Moustapha Alassane, Claude Le Gallou, Kadiatou Konaté, Cilia Sawadogo, Danièle Roy, Mambaye Coulibaly & Kibush Ndjate Wooto, documentaire, voix du récitant) – 1995  L’oeuf (Moustapha Dao, CM, récitant) – 1997  Imuhar une légende (Jacques Dubuisson).

Télévision : (notamment) 1987  Qui est ce garçon (Nadine Trintignant, série) – Les cinq dernières minutes : Mécomptes d’auteur (Roger Pigaut) – 1990  Cantara (Jean Sagols, série) – Le Lyonnais : Taggers (Cyril Collard) – 1995  Sotigui Kouyaté, une vie d’apprentissage (Dominique Gallet, CM documentaire) – Eux et la France (Dominique Gallet, documentaire) – Le défi du comédien africain (Dominique Gallet, CM documentaire) – Y’a pas de problème : Fragments de cinémas africains (Laurence Gauron, doncumentaire) – 1996  Le juge est une femme : L’enfant de l’absente (Pierre Boutron) – 1997  Highlander (Id) : Comes on a horseman (Gérard Hameline) – Mira la magnifique (Agnès Delarive) – P.J. Cambriolages & Racket (Gérard Vergez) – 2001  Chère Marianne : Cellule familiale (Bernard Uzan) – 2002  Jim, la nuit (Bruno Nuytten).

Musique : 1972 FVVA : Femme, villa, voiture, argent (Mustapha Alassane) – 1973  Toula ou le génie des eaux (Mustapha Alassane & Anna Soehring) – 1983  Jour de tourmente (Paul Zoumbara) – 1986   Terres Africaines N°3 : Jeux et jouets (Mustapha Dao, Sékou Traoré, Issa Traoré, Dani Kouyaté & Issiaka Konaté, documentaire) – 1989  Bilakoro (Le temps de l’innocence) (Sékou Traoré, Dani Kouyaté & Issa Traoré de Brahima, CM) – 1990  Tobbere kosam – Poussière de lait (Philippe Baqué & Dani Kouyaté, CM) – 1994  Gombélé (Robert Millie, CM) – 1995  Keita ! L’héritage du griot (Dani Kouyaté, documentaire).

Fragments d’un dictionnaire amoureux : James Campbell-Badiane

Photo : source Agence Georges Lambert

Annonce de la mort du comédien et musicien sénégalais James Campbell-Badiane, souvent nommé James Campbell dans les génériques, à l’âge de 72 ans. C’était un artiste complet, il était également danseur, photographe, grand défenseur des tirailleurs sénégalais. Il a été fait chevalier de l’ordre national du lion – haute distinction au Sénégal – à titre posthume. On le voyait au cinéma de manière occasionnelle, mais il était toujours remarquable notamment en méchant retord et bondissant dans « Le gorille a mordu l’archevêque ». On le revit dernièrement dans « Tout le plaisir est pour moi », en énigmatique marabout face à Marie Gillain, qui lui donne des herbes étranges. A lire « James Campbell cavalera toujours » par Moctar Selane dans « Le quotidien ».

  Photo : source Agence Georges Lambert

Filmographie : 1949  Désordre (Jacques Baratier) – 1951  Signori in carrozza ! (Rome-Paris-Rome) (Luigi Zampa) –  1955  Les héros sont fatigués (Yves Ciampi) – 1959  Les liaisons dangereuses 1960  (Roger Vadim) – 1960  Le chien de pique (Yves Allégret) – 1961  The big gamble (Le grand risque) (Richard Fleischer) – 1962  Le gorille a mordu l’archevêque (Maurice Cloche) – 1964  Play Time (Jacques Tati) – 1965  Paris au mois d’Août (Pierre Granier-Deferre) – 1970  Le cri du cormoran le soir au-dessus des jonques (Michel Audiard) – 1972  Alpha (Ola Balogun) – Boubou cravate (Daniel Kamwa, CM) – Don Juan 73 ou Si Don Juan était une femme (Roger Vadim) – 1973  La grande bouffe (Marco Ferreri) – 1974  Professione : reporter (Profession reporter) (Michelangelo Antonioni) – 1976  Muzik Man (Ola Balogun) – 1987  Watani, un monde sans mal (Med Hondo) – 1991  Ashakara (Gérard Louvin) – 1992  Siméon (Euzhan Palcy) – 1994  Lumière noire (Med Hondo) – 1999  Pressions (Sanvi Panou, CM) – Abdel a rendez-vous (Sheila O’Connor, CM) – 2001  Ndeysaan (Le prix du pardon) (Mansour Sora Wade) – 2002  La beuze (François Desagnat & Thomas Sorriaux) – 2003  Tout le plaisir est pour moi (Isabelle Broué) – 2004  Le sifflet (As Thiam, CM) – 2006  Ahmed (Alain Gomis, CM) – 2009  Le souffle des ancêtres (Pascal Vuillemot, CM). Voxographie : 1969  Yao (Claude Vermorel) – 1997  La vie sur terre (Abderrahmane Sissako). Télévision (notamment) : 1970  Mon seul amour (Robert Guez, série) – 1974  L’homme au contrat (Jacques Audoir, série) – 1991  Karim et Sala (Idrissa Ouedraogo) – 2000  La dette (Fabrice Cazeneuve) – 2004  Un parfum de Caraïbes (Michel Perrotta). Musique : 1959  Les liaisons dangereuses 1960  (Roger Vadim) – 1960  La bride sur le cou (Roger Vadim) – On n’enterre pas le dimanche (Michel Drach) (1) – 1964  Play Time (Jacques Tati) – 1967  Barbarella (Roger Vadim). (1) IMDB le crédite également comme acteur dans ce film, mais il n’y figure que comme compositeur sur son CV chez son agent « Bureau Georges Lambert », à vérifier.

©   Le coin du cinéphage (reproduction strictement interdite, textes déposés)

FRAGMENTS D’UN DICTIONNAIRE AMOUREUX : EDWIGE FENECH (EN GUISE D’HOMMAGE A NEO PUBLISHING)

La sortie simultanée de deux DVD dans l’excellente collection « Giallo » de chez « Neo Publishing », réalisés par Sergio Martino, « Toutes les couleurs du vice » et « L’étrange vice de Mme Wardh », est l’occasion de rendre hommage à Edwige Fenech. Née en 1948 à Bône (actuellement Annaba) en Algérie en 1948, c’est la plus italienne des actrices françaises – ou la plus française des actrices italiennes, à vous de voir -.Il est intéressant de s’y attarder car elle fait l’objet d’un véritable culte… Elle eut d’ailleurs un numéro spécial du mythique fanzine « Ciné-Zine-Zone N°94/95 ». Il convient aussi de visiter le site français Nanarland et celui canadien du Club des monstres avec une filmographie détaillée qui plus est. L’ineffable réalisateur Eli Roth – Dario Argento, c’est la comtesse de Ségur en comparaison, avec lequel il partage un soupçon de sadisme – lui confie même un rôle de professeur d’art et Quentin Tarantino baptise le personnage joué par Mike Myers dans « Inglorious Bastard » d’un « Ed Fenech » ! « Edwige Fenech est la reine incontestée du pseudo-sexy à l’italienne des années 60 » selon Stefano Masi et Enrico Lancia dans le livre « Les séductrices du cinéma italien », et trouvent que « Les titres de ses films sont les plus fantaisistes et les plus vulgaires du cinéma italien ».  A l’instar d’un « Les zizis baladeurs » évoqué par Jean-Louis Cros dans « La saison cinématographique 1981 » « Inintéressant… à part le spectacle des manteaux de fourrure quand ils s’ouvrent ». Certaines de ces comédies égrillardes sont d’ailleurs disponibles en DVD chez « Bac Films » : « La flic chez les poulets », « La flic à la police des moeurs » et « La prof donne des leçons particulières ». Mais il ne faudrait pas simplement réduire cette comédienne à sa superbe plastique. Elle étonne en femme borderline poursuivie par un étrange inconnu dans « Toutes les couleurs du vice » et en bourgeoise flirtant avec le sado-masochisme dans « L’étrange vice de Mme Wardh », justement. Dans les années 80, elle refuse de jouer dans « La clé » de Tinto Brass, pour devenir productrice – elle créa une société de production « Imagine et Cinema », avant d’abandonner sa carrière d’actrice. Bibliographie : Stefano Mais & Enrico Lancia « Les séductrices du cinéma italien » (Gremese International, 1997). Enrico Lancia & Roberto Poppi « dizionario del cinema italiano : Le attrici » (Gremese editore, 2003).

Filmographie : 1966  Toutes folles de lui (Norbert Carbonnaux) – Le démoniaque (René Gainville) – 1968  Frau Wirtin hat auch einen Grafen / Susanna… e i suoi dolci vizi alla corte del re (Oui à l’amour, non à la guerre / Vidéo : Pour le meilleur et pour l’Empire) (François Legrand [Franz Antel]) – Il figlio di Aquila Nera (Le fils de l’Aigle Noir) (James Reed) – Samoa, régina della giungla (Samo, fille sauvage / Reprise : La sauvageonne) (Guido Malatesta) – 1969  Der Mann mit dem goldenen Pinsel (Franz Marischka) – Top Sensation (Ottavio Alessi) – Die nackte Bovary / I peccati di Madame Bovary (Les folles nuit de la Bovary) (Hans Schott-Schöbinger) – Komm, liebe Maid und mache (Les vierges folichonnes / Au château des Dames, fais ce qu’il te plait…) (Josef Zachar) – Alle Kätzchen naschen gern (Les petites chattes sont toutes gourmandes) (Josef Zachar) – Madame und ihre Nichte / Mia nipote… la virgine (Ma nièce… la vierge) (Eberhard Schroeder) – Testa o croce (La dernière balle à pile ou face) (Piero Pierotti) – 1970  Cinque bambole per la luna d’agosto (Cinq filles dans une chaude nuit d’été) (Mario Bava) – Le Mans, scociatoroia per l’inferno (Le Mans, circuit pour l’enfer) (Osvaldo Civirani) – Don Franco e don Ciccio neel’anno della constestazione (L’ année de la contestation) (Marino Girolami) – Satiricosissimo de Mariano Laurenti (Mariano Laurenti) – 1971  Lo strano vizio della signora Wardh (L’étrange vice de Madame Wardh / DVD : L’étrande vice de Mme Wardh) (Sergio Martino) – Deserti di fuoco (Désert de feu) (Renzo Merusi) – Le calde notti di Don Giovanni (La vie sexuelle de Don Juan) (Alfonso Brescia) – 1972  Perché quelle strane gocce di sangue sul corpo di Jennifer ? (Les rendez-vous de Satan) (Giuliano Carnimeo) – Tutti colori del buoi (L’alliance invisible / DVD : Toutes les couleurs du vice) (Sergio Martino) – Quando le donne si chiamavano « Madonne » (Aldo Grimaldi) – Quel gran pezzo della ulbada tutta nuda e tutta calda (Mariano Laurenti) – Il tuo vizio e una stranza chiusa e solo io ne ho la chiave (L’escalade de l’horreur) (Sergio Martino) – La bella Antonia, prima Monica e poi Dimonia (Mariano Laurenti) – 1973  Fuori uno sotto un altro…arriva il passatore (Giuliano Carnimeo) – Dio, sei proprio un padreterno ! / Il suo nome faceva tremare… Interpol in allarme ! (L’homme aux nerfs d’acier) (Michele Lupo) – La vedova inconsolabile ringrazia quanti la consolrarono (La veuve inconsolable) (Mariano Laurenti) – Anna, quel particolare piacere (J’aime un homme) (Giuliano Carnimeo) – Giovanna coscialunga disonorata con onore (Mademoiselle Longues Cuisses) (Sergio Martino) – L’uomo dal pennello d’oro (L’homme au pinceau d’or) (Franz Marischka) – 1974  Innocenza e turbamento (La belle et le puceau) (Massimo Dallamano) – La signora gioca bene a scopa? (Giuliano Carnimeo) – 1975  Grazie nonna ! (Ah, mon petit puceau) (Franco Martinelli) – L’insegnante (La « Prof » donne des leçons particulières) (Nando Cicero) – Nude per l’assassino (DVD : Nue pour l’assassin) (Andrea Bianchi) – 40 gradi all’ombra del lenzuolo [Sketch : « La cavallona »] (Sexycon) (Sergio Martino) – Il vizio di famiglia (Un vice de famille) (Mariano Laurenti) – La moglie virgine (La femme vierge) (Franco Martinelli) – 1976  La pretora (On a demandé la main de ma soeur) (Lucio Fulci) – Cattivi pensieri (Qui chauffe le lit de ma femme?) (Ugo Tognazzi) – La dottoressa del distretto militare (La « toubib » du régiment) (Nando Cicero) – La poliziotta fa carriera (La flic chez les poulets) (Michele Massimo Tarantini) – 1977  Taxi girl (Michele Massimo Tarantini) – La vergine, il toro e il capricorno (Lâche-moi les jarretelles) (Luciano Martino) – La soldatessa alla visita militare (La toubib aux grandes manoeuvres) (Nando Cicero & Luciano Martino) – 1978  Amori Miei (Mes amours) (Steno) – L’insegnante va in collegio (La « prof » et les cancres) (Mariano Laurenti) – La soldatessa alle grandi manovre (La toubib prend du galon) (Nando Cicero) – L’insegnante viene a casa (La « prof » connait la musique) (Michele Massimo Tarantini) – Il grande attacco (La grande bataille) (Umberto Lenzi) – 1979  La poliziotta della squadra del buon costume (La « flic » à la police des moeurs) (Michele MassimoTarantini) – Dottor Jekyll e gentile singora (Stefano Vanzina) – La patata bollente (Steno) – Sabato, domenica e venerdi (Week End à l’Italienne) [sketch: Sabato »] (Sergio Martino) – 1980  Il ladrone (Le larron) (Pasquale Festa Campanile) – Sono fotogenico (Je suis photogénique) (Dino Risi) – Zucchero, miele e peperoncino (Sergio Martino) – La moglie in vacanza… L’amante in città (Les zizis baladeurs) (Sergio Martino) – Io e caterina (Moi et Catherine) (Alberto Sordi) – 1981  Il ficanasso (Bruno Corbucci) – La poliziotta a New York (Reste avec nous, on s’tire) (Michele Massimo Tarantini) – Cornetti alla crema (Sergio Martino) – Tais-toi quand tu parles (Philippe Clair) – 1982  Il paramedico (Sergio Nasca) – Sballato, Gasato, completament fuso (Steno) – Ricchi, richissimi… praticamente in mutande (Sergio Martino) – 1984  Vacanze in America (Carlo Vanzina) – 1988  Un delito poco comune (Le tueur de la pleine lune) (Ruggero Deodato) – 2000 Il fratello minore (Stefano Gigli) – 2007  Hostel Part II (Hostel, chapitre II) (Eli Roth) – 2008  Steno, genio gentile (Maite Carpio, documentaire). Télévision : 1987  Nel Gorgo del Peccato (Antonio Frazzi & Antonio Frazzi) – 1992  Delitti privati (Sergio Martino) – 1994  Il coraggio di Anna (Giorgio Capitani) – 1995 Alta società (Giorgio Capitani) – Donna (Gianfranco Giagni, série TV) – 2002  Le ragioni del cuore (Anna Di Francisca, Luca Manfredi & Alberto Simone). Comme productrice : 1997  l Segno della scimmia (Le signe du singe) (Faliero Rosati, TV) – 1999  Ferdinando e Carolina (Lina Wertmüller) – Commesse (Giorgio Capitani, TV) – Le madri (Angelo Longoni, TV) – 2000  Il fratello Minore (Stephano Gigli) – Aleph (Gianni Lepre, TV) – 2001  L’attentatuni (Claudio Bonivento, TV) – 2002  Commesse 2 (José María Sánchez Silva, TV) – 2003  La notte di Pasquino (Luigi Magni, TV) – 2004  Part time (Angelo Longoni) – Vite a perdere (Paolo Bianchini, TV) – The merchant of Venice  (Le marchand de Venise) (Michael Radford) – La omicidi (Riccardo Milani, série TV) – 2005  Matilde (Luca Manfredi, TV) – Lucia (Pasquale Pozzessere, TV) – Angela (Andrea Frazzi & Antonio Frazzi, TV) 2007  –  La stella dei re (Fabio Jephcott, TV) – 2008  Per una notte d’amore (Vittorio Sindoni, TV) – 2009  Un amore di strega (Angelo Longoni, TV) – Le segretarie del sesto (Angelo Longoni, TV) – Una sera d’ottobre (Vittorio Sindoni, TV).

Ces deux giallos sont malheureusement – et ce n’est pas un pois(s)on d’avril, voir leur page facebook -, deux des dernières salves de l’éditeur DVD « Néo publishing » après 8 ans d’existence et 160 DVD. Une très mauvaise nouvelle pour les cinéphiles et amateurs de « Mauvais genre »,  car les collections « Giallo » donc, les films de Lucio Fulci, de cannibales, de zombies, ou « Italie à main armée » – avec l’hallucinant Tomas Milian – faisaient l’objet de soins, de bonus DVD très riches, avec des copies de qualité. On salue donc cette formidable équipe et leur politique éditoriale, en leur souhaitant bonne route sous d’autres cieux plus cléments. Les temps sont vraiment difficiles pour paraphraser Léo Ferré.

©   Le coin du cinéphage (reproduction strictement interdite, textes déposés)

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Jacques Dacqmine

Jacques Dacqmine dans « Maigret et la fenête ouverte »

Annonce de la mort par « Le Figaro », confirmée par « Les gens du cinéma », du comédien Jacques Dacqmine, à l’âge de 85 ans. Il suit sous l’occupation des cours au conservatoire auprès de Maurice Escande et André Brunot, entre à la « Comédie Française » qu’il quitte en 1947, pour rejoindre la compagnie « Renaud-Barrault ». Suit un impressionnant parcours au théâtre jusqu’en 2001 pour « Lorenzaccio, une conspiration en 1537 ». On le retrouve souvent au cinéma dans des rôles de séducteur, parfois décalé comme l’impresario confident de Zizi Jeanmaire dans « Charmants garçons » (1957) mais qui se révèle plus sensible au charme d’un groom. Claude Chabrol prit un malin plaisir à malmener son image d’homme du monde en lui donnant le rôle du mari volage de Madeleine Robinson dans « À double tour »  (1959) et celui d’un écrivain catholique qu’on retrouve assassiné et nu, marqué d’un « porc » sur les fesses dans « Inspecteur Lavardin ». Il continuera dans cette voie en général paralysé malmené par un fauteuil roulant qui dysfonctionne dans « L’opération Corned-Beef ». Il participera aux très grandes heures de la télévision notamment dans l’excellent « L’abonné de la ligne U » – disponible en DVD chez L.C.J. vidéo – en inspecteur soucieux. C’était également une des très grandes voix du doublage (James Mason dans « La mort aux trousses », Cameron Mitchell pour « Six femmes pour un assassin », Richard Crenna pour « La canonnière du Yang Tsé », etc…). Plus d’infos sur le Forum du doublage francophone. A lire l’hommage d’Armel de Lorme pour « L’aide-mémoire ». Annonce également de la mort de la comédienne June Havoc.

Jacques Dacqmine dans « L’abonné de la ligne U »

Filmographie : 1941  Premier rendez-vous (Henri Decoin) – 1943  Premier prix de conservatoire (René Guy-Grand, CM) – 1945  L’ affaire du collier de la Reine (Marcel L’Herbier) – 1946  Macadam (Marcel Blistène) – 1947  Chambre 34 (Claude Barma, CM) – 1948  Nuit blanche (Richard Pottier) – Sombre dimanche (Jacqueline Audrey) – Le secret de Mayerling (Jean Delannoy) – 1949  Julie de Carneilhan (Jacques Manuel) – 1950  Caroline Chérie (Richard Pottier) – 1952  Un caprice de Caroline Chérie (Jean Devaivre) – 1954  Le fils de Caroline Chérie (Jean Devaivre) – 1955  Les aristocrates (Denys de La Patellière) – 1956  C’est arrivé à Aden (Michel Boisrond) – Michel Strogott (Carmine Gallone) – Action immédiate (Maurice Labro) – Sylviane de mes nuits (Marcel Blistène) – 1957  Charmants garçons (Henri Decoin) – Fekete szem ejszakaja (La belle et le tzigane) (Jean Dréville & Marton Keleti) – 1958  Des femmes disparaissent (Édouard Molinaro) – 1959  À double tour (Claude Chabrol) – Classe tous risques (Claude Sautet) – 1960  Ravissante (Robert Lamoureux) – Quai Notre-Dame (Jacques Berthier) – 1961  L’affaire Nina B. (Robert Siodmak) – Le jeu de la vérité (Robert Hossein) – Maléfices (Henri Decoin) – 1963  Il terrore dei mantelli rossi (Les cavaliers de la terreur) (Mario Costa) – Le commissaire mène l’ enquête [Sketch : « Le geste d’un fanatique »] (Fabien Collin & Jacques Delille) – 1964  Agent secret FX 18 / Coplan agent secret FX 18 (Maurice Cloche) – 1965  Coplan FX 18 casse tout (Riccardo Freda) – 1968  Phèdre (Pierre Jourdan) – 1978  Brigade mondaine (Jacques Scandelari) – 1983  La crime (Philippe Labro) – 1985  Inspecteur Lavardin (Claude Chabrol) – Mélo (Alain Resnais) – 1988  Erreur de jeunesse (Radovan Tadic) -1989  Nouvelle vague (Jean-Luc Godard) – 1990  L’opération Corned Beef (Jean-Marie Poiré) – Fortune express (Olivier Schatzky) – 1992  Le regard de l’autre (Bruno Rolland, CM) – Germinal (Claude Berri) – 1994  OcchioPinocchio (Francesco Nuti) – 1997  …Comme elle respire (Pierre Salvadori) – 1998  La dilettante (Pascal Thomas) – The ninth gate (La neuvième porte) (Roman Polanski) – 1999  Noire la vie (Yves Thomas & Sophie de Daruvar, CM) – 2000  Un crime au Paradis (Jean Becker) – 2002  Rien que du bonheur (Denis Parent) – Happy Victor (Carina Borgeaud, CM) – 2003  Adieu (Arnaud des Pallières). Voxographie succincte : 1963  Trésor de Delphes (Louis Soulanes, CM documentaire, récitant) – 1977  En direct du Mans (Claude Caillet, CM documentaire, récitant) – 1980  Le chaînon manquant (Picha, récitant).

Télévision (notamment) : 1954  Gigi (Claude Barma, captation en direct) – 1955  Sherlock Holmes : The case of the royal murder (Steve Previn) – 1959  Bérénice (Jean Kerchbron) – 1961  Les mystères de Paris (Marcel Cravenne) – 1962  L’inspecteur Leclerc enquête : La vengeance (Marcel Bluwal) – 1963  Siegfried (Marcel Cravenne) – Horace (Jean Kerchbron) – La rabouilleuse (François Gir) – L’inspecteur Leclerc enquête : La menace (Yannick Andréi) – 1964  Un homme comme les autres (Henri Spade) – L’abonné de la ligne U (Yannick Andréi) – À quoi rêvent les jeunes filles (Maurice Cazeneuve) – 1965  La misère et la gloire (Henri Spade) – Goetz von Berlichingen (Jean-Paul Carrère) – 1966  Le train bleu s’arrête 13 fois : Monaco: non-lieu (Yannick Andréi) – Die Schatzinsel : Der alte Freibeuter (L’île au trésor) (Wolfgang Liebeneiner  & Jacques Bourdon) – 1967  Malican père et fils : La rançon (Dominique Genée) – 1968  Le regret de Pierre Gilhem (Jean De Nesles) – 1969  Le trésor des Hollandais (Philippe Agostini) – 1978  L’inspecteur mène l’enquête : La mort dans le coeur (Eddy Naka) – Le mutant (Bernard Toublanc-Michel) – Douze heures pour mourir (Abder Isker) – 1979  Louis XI ou le pouvoir central (Alexandre Astruc) – L’éblouissement (Jean-Paul Carrère) – La pitié dangereuse (Édouard Molinaro) – 1980  Messieurs les jurés : L’affaire Lezay (Alain Franck) – Jean Jaurès : vie et mort d’un socialiste (Ange Casta) – Arsène Lupin joue et perd (Alexandre Astruc) – 1981  Histoires extraordinaires : La chute de la maison Usher (Alexandre Astruc) – Nana (Maurice Cazeneuve) – Le mystère de Saint-Chorlu (Claude Vajda) – Arcole ou la terre promise (Marcel Moussy) – Les dossiers de l’écran : Staline est mort (Yves Ciampi) – 1982  L’amour s’invente (Didier Decoin, + sujet original) – Les dossiers de l’écran : Les yeux pour pleurer (André Cayatte) – 1983  Les brigades du Tigre : Les fantômes de Noël (Victor Vicas) – 1984  Les enquêtes du commissaire Maigret : L’ami d’enfance de Maigret (Stéphane Bertin) – La piovra (La pieuvre) (Damiano Damiani) – 1985  La piovra 2 (La pieuvre 2) (Florestano Vancini) – Angelo, tyran de Padoue (Jean-Paul Carrère, captation) – 1987  Série noire : Noces de plomb (Pierre Grimblat) – 1988  Mount Royal : Passages L’affaire Saint-Romans (Michel Wyn) – L’argent (Jacques Rouffio) – 1991  Le foyer (michel Treguer, captation) – 1992  Brigada central 2 : La guerra blanca (La guerre blanche) (Pedro Masó) – Un beau petit milliard (Pierre Tchernia) – Le Lyonnais : Cérémonie religieuse (Bernard Dumont) – Le secret du petit milliard (Pierre Tchernia) – 1993  Commissaire Moulin : L…. comme Lennon (Nicolas Ribowski) – 1995  L’affaire Dreyfus (Yves Boisset) – Sandra princesse rebelle (Didier Albert) – La lettre au professeur Marcion (Michel Farin, CM) – 1996  Médée (Pierre Jourdan, captation) – 1998  Manège (Marc Angelo & Charlotte Brandstrom) – La poursuite du vent (Nina Companéez) – 2001  Maigret : Maigret et la fenêtre ouverte (Pierre Granier-Deferre) – L’Algérie des chimères (François Luciani) – 2002  La bataille d’Hernani (Jean-Daniel Verhaeghe) – Mata Hari, la vraie histoire (Alain Tasma) – 2003  Histoires de fiction (Sabine Chalvon-Demersay & Patrick Jeudy, série documentaire). Voxographie TV : 1995  Un siècle d’écrivains : Georges Bernanos (Patrick Zeyen, récitant) –

Fragments d’un dictionnaire amoureux : Yvonne Clech

Photo © Françoise Raybaud

Annonce de la mort d’Yvonne Clech par Yvan Foucart, à l’âge de 90 ans dans la plus grande discrétion – Merci à Richard Templier qui m’informe de l’avis de son décès ce 25 février dans le journal « Le Monde » du 4 mars -. Le tempérament de cette ancienne élève de Charles Dullin, en faisait une cliente idéale pour bien des comédies, bien souvent dans des rôles excentriques de grande bourgeoise, à l’instar de l’automobiliste qui dit à Catherine Demongeot qu’il ne faut pas brutaliser les grandes personnes dans « Zazie dans le métro », et qui est « Une vraie jeune fille, et veuve de surcroit » ! Il faut la voir poursuivre de ses assiduités Vittorio Caprioli. Elle est irrésistible ainsi en femme « Pompette » de Ferdy Mayne dans « Jo » – souvenez-vous de la réplique culte de Florence Blot à son sujet : « Tût-Tût » -. Elle eu un parcours impressionnant au théâtre, elle fut membre de la prestigieuse troupe « Grenier-Hussenot », elle créa avec Jean-Marie Serreau « Amédée ou comment s’en débarrasser » d’Eugène Ionesco en 1961, et « Zoo » de Vercors, en 1964 au TNP. Bibliographie : Dictionnaire cinématographique de Bretagne de Gérard-Louis Gauthier (Télégram édition, 1995). A lire l’hommage d’Armel de Lorme dans « L’aide-mémoire ». 

Yvonne Clech dans « Zazie dans le métro »

Filmographie : 1950  L’étrange madame X (Jean Grémillon) – 1953  Les hommes ne pensent qu’à ça… (Yves Robert) – 1957  Ce joli monde (Carlo Rim) – 1958  La moucharde (Guy Lefranc) – Le grand chef (Henri Verneuil) (1) -1959  Le second souffle (Yannick Bellon, CM) – 1960  Zazie dans le métro (Louis Malle) – Saint-Tropez blues (Marcel Moussy) – 1961  Les livreurs (Jean Girault) – Le tracassin ou les plaisirs de la ville (Alex Joffé) – 1962  Arsène Lupin contre Arsène Lupin (Édouard Molinaro) – Un clair de lune à Maubeuge (Jean Chérasse) – Les veinards [Sketch : « Le vison »] (Jean Girault) – 1963  L’honorable Stanislas, agent secret (Jean-Charles Dudrumet) – Le feu follet (Louis Malle) – L’assassin connaît la musique (Pierre Chenal) – La foire aux cancres (Louis Daquin) – Coplan prend des risques (Maurice Labro) – Faites sauter la banque (Jean Girault) – La vie à l’envers (Alain Jessua) – 1964  Les gros bras (Francis Rigaud) – Relaxe-toi chérie (Jean Boyer) – L’or et le plomb (Alain Cuniot) – 1965  Quand passent les faisans (Édouard Molinaro) – Pleins feux sur Stanislas (Jean-Charles Dudrumet) – 1966  Six chevaux bleus / Zossia (Philippe Joulia, + version TV) – 1967  Le grand Dadais (Pierre Granier-Deferre) – 1971  Jo (Jean Girault) – 1972  Le rempart des Béguines (Guy Casaril) – 1973  Géraldine ou la vertu récompensée (Pierre Sisser, CM) – Gross Paris (Gilles Grangier) – 1974  Un train peut en cacher un autre (Jacques Colombat, CM) – Soldat Duroc, ça va être ta fête (Michel Gérard) – Q / Au plaisir des dames / Le gros lot) (Jean-François Davy) – 1977  Le maestro (Claude Vital) – 1978  Au bout du bout du banc (Peter Kassovitz) – Mireille dans la vie des autres (Jean-Marie Buchet) – 1979  Comme une femme (Christian Dura) – 1983  Y a-t-il un pirate sur l’antenne ? (Jean-Claude Roy) – 1984  Le hasard mène le jeu (Pierre Chenal) – 1988  À deux minutes près (Éric Le Hung) – 1989  Suivez cet avion (Patrice Ambard). (1) précision d’Armel de Lorme, elle n’apparaît pas dans les copies actuellement visibibles.

Télévision : (notamment) : 1954  Volpone (Stellio Lorenzi) – 1955  La rabouilleuse (Jean-Paul Carrère) – 1956  George et Margaret (Marcel Cravenne) – La famille Anodin (André Leroux, Marcel Bluwal & Arnaud Desjardins) – Le prix Martin (Pierre Badel) – 1958  Si c’était vous : Étudiant en médecine (Marcel Bluwal) – 1960  Un homme supérieur (Georges Folgoas) – Le paysan parvenu (René Lucot) – 1961  L’histoire dépasse la Fiction : Fra Diavolo (Jean Kerchbron) – La galettes des rois (Jean Pignol) – Les femmes de bonne humeur (Alain Boudet) – 1962  Elle s’abaisse pour vaincre ou la nuit des erreurs (Étienne Fuselier) – Les vignes du seigneur (Jean Kerchbron) – 1964  La cruche cassée (Jean Kerchbron) – Premier prix de piano (Abder Isker) – Les cabinets particuliers (Alain Boudet) – Les aventures de Monsieur Pickwick (René Lucot) – 1965  La part du gâteau (Guy Labourasse) – Monsieur Biedermann et les incendiaires (Robert Valey) – Conte de Noël : Sujet pour un petit récit (Robert Valey) – 1966  Le philosophe sans le savoir (Jean-Paul Roux) – Antony (Jean Kerchbron) – Au théâtre ce soir : Les portes claquent (Pierre Sabbagh) – À Saint-Lazare (François Gir) – 1967  Le complexe de Philémon (Jacques Pierre) – Allô Police : Le mille-pattes (Pierre Goutas) – Les sept de l’escalier 15 (Georges Rénier) – 1968  La bonne éducation (Marcel Blistène) – Un chat est un chat (Robert Maurice) – 1969  Thibaud ou les croisades : Le mariage de Blanchot (Henri Colpi) – Au théâtre ce soir : Baby Hamilton (Pierre Sabbbagh) – Minouche (Maurice Fasquel & Rinaldo Bassi, série) – La 99e minute (François Gir) – Au théâtre ce soir : Bichon (Pierre Sabbagh) – 1970  Au théâtre ce soir : George et Margaret Pierre Sabbagh) – Les saintes chéries : Ève P.D.G. (Jean Becker) – 1971  Au théâtre ce soir : Les Pituiti’s (Pierre Sabbagh) – Le bouton de rose (François Gir) – 1972  Les dernières volontés de Richard Lagrange (Roger Burckhardt) – La bonne nouvelle (Guy Lessertisseur) – Joyeux chagrins (François Gir) – 1973  Les écrivains (Robert Guez) – 1974  Nans le berger (Bernard-Roland) – 1975  Aurore et Victorien (Jean-Paul Carrère) – Le péril bleu (Jean-Christophe Averty) – Le théâtre de Tristan Bernard : Le prétendant (Georges Folgoas) – 1977  Bonsoir chef (Pierre Goutas) – Chantecler (Jean-Christophe Averty) – 1978  Au théâtre ce soir : Un ménage en or (Pierre Sabbagh) – Au théâtre ce soir : Vous ne l’emporterez pas avec vous (Pierre Sabbagh) – Cinéma 16 : Thomas Guérin, retraité (Patrick Jamain) – 1979  Le petit théâtre d’Antenne 2 : L’homme de Rangoon (Jean-Charles Dudrumet) – Le troisième couteau (Robert Valey) – Les amours de la belle époque : La statue voilée (Jean-Paul Roux) – 1980  Au théâtre ce soir : Beaufils et fils (Pierre Sabbagh) – Les incorrigibles (Abder Isker) – 1981  Au théâtre ce soir : La claque (Pierre Sabbagh) – Au théâtre ce soir : Alain, sa mère et sa maîtresse (Pierre Sabbagh) – Les gaietés de la correctionnelle : Une dame de qualité (Marlène Bertin) – 1982  Georges Dandin (Jean Kerchbron, captation) – Jules et Georgia (Robert Valey) – Le rêve d’Icare (Jean Kerchbron) – 1983  Père Noël et fils (André Flédérick) – 1984  La fête (Éric Le Hung) – Au théâtre ce soir : La vie est trop courte (Pierre Sabbagh) – La pendule (Éric Le Hung, plusieurs épisodes) – Les enquêtes du commissaire Maigret : La nuit du carrefour (seconde version) (Stéphane Bertin) – 1986  Madame et ses flics : Le corbeau informatique (Roland-Bénard) – L’amour à tout prix (Marie-France Hascoët, CM) – La guerre des femmes (Pierre Bureau) – 1988  Espionne et tais-toi ; Flamiche en Barzac (Claude Boissol) – Les enquêtes du commissaire Maigret : Maigret et le témoignage de l’enfant de coeur (Michel Subiela) – La baby-sitter (Christiane Lehérissey & Laurent Lévy, plusieurs épisodes) – 1989  Le hérisson (Robert Enrico) – 1990  Drôles d’histoires / Mésaventures : Persécution (André Teisseire, CM) – 1996  Madame Dubois – Hôtel Bellevue (Jean-Pierre Améris) – 1998  Pour la galerie (Claude d’Anna et Laure Bonin, captation) – Nora (Édouard Molinaro) – 1999  Une femme d’honneur : La femme battue (Alain Bonnot) – Intrigues: Un sujet de roman (Jean Pignol) – 1992  Mésaventures: Le prestige de l’uniforme (Sélim Isker, CM) – 2002  L’emmerdeuse : Jeunesse oblige (Michaël Perrotta). Remerciements : à Bernard. Bibliographie : « Les fictions française à la télévision » de Jean-Marc Doniak (Dixit-SACD, 1998).