Marie-Pierre Casey dans “Faux coupable”

Une des (très rares) bonnes surprises du film “Les Dalton” de Philippe Haïm, est de retrouver Marie-Pierre Casey dans le rôle de Ma Cassidy. Avec Marthe Villalonga, Ginette Garcin et Sylvie Joly, elles forment un quatuor infernal de mères n’hésitant pas à braquer des banques. Hélas c’est plus une présence qu’un véritable rôle… Elle était formidable dans “Que la lumière soit” (1996) en Madame Michu qui tient tête dans un bus… à Dieu (joué formidablement par Galabru). Elle était la garde-malade de Galabru toujours dans “L’été meurtrier” (1982), subissant la rage d’Isabelle Adjani . Elle formait un couple assez sordide avec Fernand Berset dans “L’affaire Dominici” (Claude Bernard-Aubert, 1972), où ils profitent des vacances pour visiter les lieux du drame. Elle campe une religieuse infirmière dans le feuilleton “L’abonné de la ligne U”, une austère professeur chez Pigier dans “Le cinéma de Papa” (Claude Berri, 1970), une nounou débordée pour lequel il faut planifier une garde… bien avant la naissance de l’enfant dans “Elle court, elle court la banlieue” (Gérard Pirès, 1972), une salutiste dans le cultissime “Na !” (1972) unique film de Jacques Martin et une employée “pète-sec” lisant un télégramme à Henri Guybet dans “Pétrole !, Pétrole !” (Christian Gion, 1981). On la découvre avec surprise dans “Certains l’aiment froide” (1959) de Jean Bastia, où sous le nom de Marie-Pierre Gauthey, elle joue une malade séduite par un aventurier campé par Robert Manuel, qui cherche à lui voler ses radios, pour une sombre histoire d’héritage, son personnage habituel était déjà bien dessiné.

Peu de films, finalement (mais avec Jacques Tati ou Claude Sautet), mais elle était très populaire à la télévision (chez Stéphane Collaro, “Vivement Lundi, etc…). Dans “Palace” elle intervenait auprès de  l’homme aux clefs d’or (Claude Piéplu), pour faire remonter l’Audimat. Il fallait voir la tête de Piéplu, avant que Marie-Pierre Casey fasse rentrer une femme nue. Grand moment de TV. En définitive derrière son image vampire de femme de ménage d’une publicité “plizzesque”, il se cache un réel univers, tel ses spectacles au théâtre : “Peinture sur soi”, “Du coq à l’âme”, “Marie-Jeanne a disparu”,  “Décalogue de sourd”, voir lien Théâtre en scène. On la retrouve en 2007 en servante alcoolique, dans la création originale de Francis Perrin “La dame de chez Maxim’s” de Georges Feydeau, spécialement capté pour France 2. Son rôle de vieille dame aux chats, plus maligne qu’il n’y paraît dans le téléfilm “Faux coupable” face à Emma de Caunes et Guillaume Gouix, nous démontre qu’elle est toujours aussi percutante…

 

Filmographie : 1959  Certains l’ aiment froide / Les râleurs font leur beurre… (Jean Bastia) – 1964 Playtime (Jacques Tati) – 1969  Les choses de la vie (Claude Sautet) – La peau de Torpédo (Jean Delannoy) – 1970  Le cinéma de Papa (Claude Berri) – 1971  L’humeur vagabonde (Édouard Luntz) – 1972  Elle court, elle court la banlieue (Gérard Pirès) – L’affaire Dominici (Claude Bernard-Aubert) – Na !…. (Jacques Martin) – 1973  OK Patron (Claude Vital) – On s’est trompé d’histoire d’amour (Jean-Louis Bertuccelli) – Un nuage entre les dents (Marco Pico) – 1976  L’hippopotamours (Christian Fuin) – 1980  La banquière (Francis Girod) – Le coup du parapluie (Gérard Oury) – Viens chez moi j’habite chez une copine (Patrice Leconte) – 1981  Pétrole ! Pétrole ! (Christian Gion) – Mille milliards de dollars (Henri Verneuil) – 1982  Ca va faire mal ! (Jean-François Davy) – La petite bande (Michel Deville) – L’été meutrier (Jean Becker) – 1983  Y a-t-il un pirate sur l’ antenne ? / Titre vidéo : Superflic se déchaîne (Jean-Claude Roy) – 1985  Gros dégueulasse (Bruno Zincone) – 1988  Sortie de route (Bruno Mattei) – 1996  À deux pas des étoiles (Claude Philippot, CM) – Que la lumière soit ! (Arthur Joffé) – 2004  Les Dalton (Philippe Haïm) – 2017 Le créneau (Nina Ralanto, CM).

Télévision (notamment) : 1964  L’abonné de la ligne U (Yannick Andréi, série) – 1968  L’orgue fantastique (Jacques Trébouta & Robert Valey) – 1969  Au théâtre ce soir : Le congrès de Clermont-Ferrand (Pierre Sabbagh) – 1970  Les zazous “La mémoire courte” (Maurice Dumay, divertissement) – Le Noël de Madame Berrichon (François Chatel) – 1971  La lucarne magique : Féérie contemporaine (Pierre Desfons, divertissement) – Les nouvelles aventures de Vidocq : Échec à Vidocq (Marcel Bluwal) – 1972  Le seize à Kerbriant (Michel Wyn, Série) – Docteur Pierre et mister Perret (Pierre Desfons, divertissement) – Les Boussardel (René Lucot, mini-série) –  1973  Le jeune Fabre (Cécile Aubry, série) – Témoignages : Peter (Edouard Luntz, CM) – La dérobade (Gérard Poitou-Weber) – Le chat sous l’évier (Pierre Neel) – L’ange de la rivière morte (Édouard Logereau) – 1975  Une Suédoise à Paris (Patrick Saglio, série) – Sara (Marcel Bluwal) – 1976  Le milliardaire (Robert Guez) – 1977  Les folies Offenbach : Les bouffes Parisiens (Michel Boisrond) – 1978  La filière (Guy-André Lefranc) – 1979  Les 400 coups de Virginie (Bernard Queysanne) – 1980  Des vertes et des pas mûres (Maurice Delbez) – Les incorrigibles (Abder Isker, série) – La mort en sautoir (Pierre Goutas) – La faute (André Cayatte) – 1981  Un chien de saison (Bernard-Roland) – La guerre des insectes (Peter Kassovitz) – À nous de jouer (André Flédérick) – 1982  L’épingle noire (Maurice Frydman, mini-série) – Paris-Saint-Lazare (Marco Pico) – Julien Fontanes, magistrat : Cousin Michel (Guy-André Lefranc) – 1982/1983 Merci Bernard (Jean-Michel Ribes, série) – 1983  Médecins de nuit : Le groupe rock (Gérard Clément) – Thérèse Humbert (Marcel Bluwal) – Emmenez-moi au théâtre : Une journée particulière (Pierre Badel, captation) – Le nez à la fenêtre (Jean-Claude Charnay) – 1985  Un bonheur incertain (Vittorio De Sisti, série) – Le réveillon (Daniel Losset) – 1987  Maguy : La marche funeste (Jean-Pierre Prévost, CM) – 1987/1997  Marc et Sophie (plusieurs réalisateurs, série) – 1988  Palace (Jean-Michel Ribes) – Deux locataires pour l’Élysée (Éric Le Hung) – 1993  Le gourou occidental (Danièle J. Suissa) – Cluedo (Stéphane Bertin, série) – 1993 Les Gromelot et les Dupinson (Christophe Andrei, Fred Demont et Olivier Guignard, série) – 1996  Sexe et jalousie (Georges Folgoas, captation) – 1997  Baby-sitter Blues (Williams Crépin) – 2003/2004  Laverie de famille (Frédéric Demont, série) – 2006  Duval et Moretti : L’imposteur (Jean-Pierre Prévost) – 2008  La dame de chez Maxim’s (Jean-Luc Orabona, captation en direct) – 2011  Faux coupable (Didier Le Pêcheur) – 2018/2020  En famille (plusieurs réalisateurs, série) – 2019  La flamme (Jonathan Cohen et Jérémie Galan, mini-série). Divers : Amour, paillettes et patates à l’eau (série).